Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

lundi 21 août 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Les techniques de base

Equerrerage des couples

Albertus

Equerrer les couples... on y revient

Equerrer les couples ne signifie pas les disposer bien d’équerre par rapport à la quille ou au chantier !

Qu’on l’appelle équerrage, dégraissage ou encore autrement, l’équerrage consiste à poncer l’épaisseur du couple (son chant) en biseau de façon à ce que la latte de bordage repose à plat sur l’épaisseur du couple.

Sur un plan de modélisme, on trouve généralement le dessin des couples à reporter sur le bois et à découper à la scie à chantourner.
Sur la vue de profil, des traits sur la quille matérialisent l’emplacement où coller les couples. Mais ces couples ayant une épaisseur de quelques millimètres : de 2 à 12mm selon la dimension du bateau ou son usage, où faut-il les coller par rapport à ces traits ?
Nous y reviendrons !

Lorsque les couples seront collés en place, on y collera les lattes du bordage.
Si les chants des couples ne sont pas poncés suivant la courbure que va prendre la latte de bordage, celle-ci n’appuiera que sur l’angle du couple, et la colle ne tiendra pas

Bien pire : la latte de bordage ne prendra pas la bonne courbure

Voir le dessin ci à droite.

On ponce donc le chant du couple pour que la latte y pose à plat et prenne la forme prévue par le plan.
En rouge ce qu’il faut enlever par ponçage
En bleu, la forme que prendra la latte de bordé si on n’a pas équerré le couple
En noir la bonne courbe

Oui, mais si l’on ponce, on enlève de la matière ! et donc, on risque d’obtenir des couples trop petits, que les lattes cintrées ne toucheront même pas !
A ce propos, rappelons que sur certains plan on ne trouve pas le dessin de chaque couple, mais seulement le plan du relevé des formes extérieures de la coque.
Ce dessin bien connu ne représente donc pas le contour des couples, mais le contour du bateau, donc les couples + l’épaisseur de la coque !
Il convient donc, pour dessiner les couples à partir de ce plan des formes, d’enlever au tracé l’épaisseur des lattes que l’on a l’intention d’utiliser pour le bordage.

En fait, le dessin du plan des formes extérieures ne tient pas compte de l’épaisseur du contreplaqué ou du bois dans lequel on va découper les couples.
Il faut donc comprendre que, si sur la vue de profil du plan on a un seul trait qui matérialise la position du couple, les couples situés en avant du maître-couple doivent être positionnés devant ce trait, et les couples situés derrière le maître-couple, doivent être positionnés derrière ce trait.
Seul le maître-couple sera positionné "à cheval" sur le trait

Certains plans de modélisme représentent les couples en entier ou par demi, dessinés justes et donc découpables tels quels. Sur la vue de profil de ces plans, sur la quille, les deux traits représentant l’épaisseur des couples sont dessinés.
Dans ce cas, il est évident que le modéliste devra absolument découper ses couples dans l’épaisseur recommandée par le plan, de même que pour le bordage il devra pour ses virures utiliser des planchettes de l’épaisseur prévue par le plan.
Sinon, les couples avants seront positionnés avec leur face arrière sur le trait arrière du plan, et les couples arrières la face avant sur le trait avant du tracé du plan

Pas facile, hein ! bien relire pour comprendre !

En réalité les couples devraient être équerrés aussi à l’intérieur pour que le vaigrage y pose à plat.
Le vaigrage c’est l’habillage des couples dans le bateau

Tout ça pour dire que construire un bateau d’après un plan nécessite bien plus de réflexion que d’après un kit où les éléments découpés auront au moins la bonne dimension, même si ils ne sont pas forcément mis en forme


Tant qu’à parler de la précision des plans, rappelons encore que de nombreux modélistes critiquent la précision des plans, qui sont pourtant corrects, mais qui, simplement, sont mal interprété !
Un exemple simple : le dessin d’un élément, sur un plan de profil, ne représente pas la dimension exacte de cet élément posé en oblique par rapport à la vue. Si on décalque le plan pour découper cet élément à poser en oblique, il sera trop court car on n’aura pas tenu compte du fait que le dessin le représente en raccourci