Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

dimanche 22 octobre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Trucs et astuces basiques

Trucs en vrac 31

Albertus

Les pneus de défense

Si les défenses des yacht sont toujours pimpantes, en silicone cylindrique ou en boules, soigneusement rangées dans un râtelier ou suspendues en permanence aux filières ou au pavois (ce qui fait vraiment "marin d’eau douce"), sur les bateaux de travail (chalutiers, remorqueurs ...) il s’agit souvent de vieux pneus de camions suspendus au livet de pont.

L’erreur, sur les maquettes, et on l’a déjà expliqué, est d’utiliser des pneus trop petits et avec un aspect neuf. On a déjà expliqué comment les user (trucs en vrac 13), comment les suspendre de la bonne et de la mauvaise manière (trucs en vrac 9).

Aujourd’hui une nouvelle manière de faire, plus solide et souvent rencontrée. De qui rendre les maquettes plus véridiques

Cela se passe d’explications

Cintrage d’un tube

Comme un fil plein est bien plus facile à cintrer qu’un tube (qui a toujours tendance à s’écraser !), l’astuce consiste à remplir le tube. Certains préconisent le sable fin, d’autres le sel de cuisine, avec diverses astuces pour boucher les extrémités ! c’est assez facile sur les gros diamètres, mais pas sur les fins tubes de nos rambardes. Mon truc c’est la soudure à l’étain : j’utilise de la soudure en fil. Le tube est fiché dans de l’argile fraiche. Je chauffe le tube vers le milieu avec un chalumeau à crème brûlée (ben oui, je suis un modéliste gourmet)en poussant le fil d’étain à l’intérieur. Après refroidissement, le tube plein se courbe facilement. Ensuite, un coup de chauffe pour le vider et la soudure s’en écoule

Pour les ressorts à cintrer des magasins de modélisme, il faut bien entendu mettre le ressort à l’extérieur du tube, en choisissant celui qui coulisse juste dessus sans serrer mais sans trop de jeu. Pour le retirer après lavoir effectué le coude, on le tord dans le sens contraire de son enroulement de façon à légèrement agrandir son diamètre et on le glisse en tournant.

Il est fréquent de devoir fermer le coude un peu plus que nécessaire pour compenser l’élasticité du métal qui tend à rouvrir la courbure

Dans tous les cas il faut recuire le tube (chauffe au rouge et refroidissement lent
-  Si la courbure est ratée, il faut à nouveau recuire avant de rectifier car le cintrage à redurci le métal


Se passer de la râblure d’étrave

En ce qui concerne le maintien des virures lors du recouvrement des coques, un nouveau truc pour ceux qui sont allergiques à l’idée de creuser uen râblure (ce qui est pourtant simple et efficace)
On remplace la râblure par un serrejoint muni de deux lattes chanfreinées (en rouge sur le dessin) qui maintiennent l’extrémité du bordage contre la quille. Il est impératif (pour la solidité du collage) de prévoir des apôtres (en bleu sur le dessin) collés à la quille pour augmenter la surface de collage du chant de bout du bordage. Un joint de colle (la colle est représentée en jaune sur le dessin) assure encore mieux le collage