Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

lundi 1 mai 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le 4 Vents Atao

Sur le plan d’eau

Albertus

Le village d’Ensival, près de Verviers en Belgique, possède depuis 1975 ce qui fut à l’époque le seul bassin de navimodélisme répondant aux normes sportives internationales en Belgique francophone.

Un plan d’eau (presque) pour moi tout seul

Pourtant la villle n’a plus de club de navimodélisme, et nous ne sommes plus que deux ou trois à le fréquenter. La faible profondeur (+/-45 cm) pose problème aux voiliers munis de profondes dérives et les sous-marins risquent de racler le fond. Le thermique bruyant y est interdit pour raisons de voisinage. Pas de soucis pour les vieux gréements, les chalutiers et autres remorqueurs. Le bassin est vidé et renettoyé chaque année au début du printemps... le nec plus ultra ! L’endroit idéal pour des après-midi de navigation tranquille, mais cela manque quand même d’émulation !

La grande antenne à l’arrière a été réduite de moitié, en longueur et en diamètre. Elle n’est pas fonctionnelle , ce n’est pas l’antenne du récepteur . Il doit s’agir de l’antenne UHF

Baptème au plan d’eau

En tous cas, c’est parfait pour essayer un bateau ! Les véhicules peuvent approcher le bord, ce qui est important avec un bateau de 30 kg. La mise à l’eau d’un modèle de grande dimension (mais surtout de grand poids) n’est pas simple ! ça fait travailler les abdominaux ! L’idéal est d’utiliser des sangles, qui permettent de rester debout . Chez moi, l’idée des sangles a d’ailleurs fait son chemin (voir les articles sur le Marine Travelift)

Critique et améliorations à faire

La position sur l’eau s’avère parfaite, à peine 10mm sous la ligne de flottaison sont apparents. En avant toute... A plein régime, le Power1000 ne dépasse pas les 2200 tr/min., et sa puissance entraine sans forcer l’hélice de 70 mm. : réaction immédiate. La vague se creuse parfaitement à la fin du premier tiers du bateau, et l’effet est réaliste. Avec de trop petits bateaux, c’est rarement le cas, car n’oublions pas que si le bateau est à échelle réduite, les molécules d’eau, elles, restent à l’échelle 1/1 ! Même à petite vitesse, la vague se forme parfaitement à l’étrave.

Le bateau est bien dans ses lignes d’eau. Le peu de rouge visible sous la ligne de flottaison ne le sera plus avec les cales remplies de poissons

La vitesse, elle aussi est réaliste même à pleins gaz. Pour rappel, la vitesse d’un modèle doit être égale à la vitesse du bateau divisée par la racine carée de l’échelle ! Le vrai bateau fait 12 noeuds, le modèle au 1/15e doit en faire 3 c’est à dire maximum 5,5 km/h Arrière toute : le bateau court un instant sur son erre mais s’arrête très vite.

Très manoeuvrable en marche avant, le Quatre Vents Atao l’est très peu en marche arrière. Est-ce dû à la cage d’hélice ? ou à la poupe carrée ? Le safran devrait peut-être se voir allongé à l’avant de son axe de rotation, mais je ne pense pas que les 4 mm possibles à ce niveau changeront quelque chose. J’essayerai en ajoutant quelques mm à la largeur totale du safran. Il faudrait peut être un gouvernail compensé (Becker) ?

La corne de brume ne s’entend plus à 5 mètres de distance. Pourtant, à l’atelier, le son faisait fuir mes chats ! Il est vrai qu’ici l’autoroute toute proche génére un bruit de fond important. Existe t’il des amplis à adapter au module Robbe installé ? faudrait-il essayer un autre haut-parleur ? ... faut-il qu’il y ait réellement de la brume pour porter le son...ou moins de trafic autoroutier ? Je referai un essais tard le soir, ce qui me permettra par la même occasion de tester la portée des phares de pêche. Sinon, le haut-parleur pourrait être installé dans le rouf plutot qu’à fond de cale. Le bateau est très lourd à bout de bras pour la mise à l’eau, c’est encore pire à la sortie. Décidément, il faudra des sangles, ...ou des bottes !!

Conclusion

Vraiment agréable à construire, le Quatre Vents Atao navigue bien, a de la « présence » sur le plan d’eau, et est amusant à piloter. Les manoeuvres en marche arrière sont assez difficiles, et rappellent que bien accoster est un art. Le manque de maniabilité explique peut être l’état de la carène du vrai bateau.

Un plan MRB, complet et bien fait (symétrie des couples à rectifier), sur lequel ne figurent pas les enrouleurs de chalut, mais bien les potences d’origine. A déconseiller comme premier bateau aux débutants inexpérimentés, ce gros modèle (qui exige une documentation annexe pour les détails) procurera beaucoup de plaisir aux modélistes confirmés. Des photos du vrai bateau m’ont été envoyée par un modéliste breton et sont disponible sur demande à mon adresse mail.

En mer, les pneus et autres pare-battage sont généralement remontés à bord. La navigation sur le plan d’eau simule bien entendu les manoeuvres au port !

Il est difficile, étant seul au bord de l’eau, de photographier le bateau en mouvement.