Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

mardi 27 juin 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Aéroglisseur type Qoum 8

La coque et la jupe

Benoît Raynal

La coque

J’ai fait une forme en bois à partir des plans RcCad V2. Pour la transformer en moule j’utilise une technique particulière. Bien sûr les puristes de la résine vont être choqués mais cela me permet d’aller vite. Quand je veux une belle pièce, je fais comme tout le monde, mais pour une coque d’aéro que personne ne voit, cela permet d’avoir une forme à mouler en 10 minutes. Je prends du scotch d’emballage marron, celui avec lequel on renforce les cartons, j’entoile ma planche, avec un coup de décapeur thermique électrique je le tends, je le cire à peine et hop je « résine ». Une seule couche de mat de verre de 300 g. On laisse bien sécher et ça se décolle presque tout seul.

coque et moule

Une couche de mat de verre posée sur du scotch d’emballage ciré entourant la forme en bois.

Pour l’instant je ne vous parle pas des superstructures, c’est normal, à ce moment là je n’avais pas encore décidé quelle forme exacte je voulais donner à ma machine. L’avantage d’une coque comme cela, c’est que dessus on peut faire ce que l’on veut. J’ai choisi des turbines à intégrer mais on peut aussi faire un fuselage central et mettre deux turbines carénées à l’extérieur avec une commande avant/arrière sur les moteurs. Faire de la reverse avec des turbines carénées en guidant l’air, m’a semblé trop peu esthétique et plus fragile. J’ai décidé de mettre la turbine de sustentation verticale (horizontale c’est possible, mais cela complique un peu le canal d’air) et d’intégrer les turbines dans la carrosserie en les ouvrant sur le côté pour mes reverses.

La jupe

Bon sur une coque il faut une jupe, là on a deux solutions : on fait une forme et on fabrique dessus, ou on calcule. J’ai calculé et fait des patrons en papier. Comme j’ai un stock de tissu de Kway gris, en une soirée avec mes formes papier, j’ai tracé, collé à la superglue et cousu les morceaux. Pourquoi collé et cousu ? parce que j’ai appris à être prudent, une jupe soufflée de ce type ne résiste pas au lâchage d’un collage et la machine devient quasiment ingouvernable.

Réflexion

Alors résumons nous : d’un côté un coque brute de démoulage, de l’autre une jupe toute prête et au milieu le tas de moteurs, turbines et servos. Il faut s’organiser. J’ai dit une turbine verticale pour la sustentation, deux horizontales de part et d’autre pour la propulsion.

Bien mais pour la forme générale ? Sur un papier, j’ai fait pas mal de croquis jusqu’à ce que je trouve quelque chose qui me plaise et qui puisse contenir les éléments. Comme vous le constatez, tout le poids actif est en arrière, heureusement avec l’électrique, il y a les batteries qui sont là pour faire le réglage. Donc devant ce sont les batteries, la place exacte sera déterminée aux essais.

La jupe

Jupe complète collée cousue, composée de 6 morceaux découpés dans un tissu style Kway.

La découpe de la jupe

L’ensemble des photos est à : http://photos.yahoo.com/benraynal/