Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

mardi 23 mai 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le Surcouf

Le contenu du kit

Jean-Luc Béchennec

Commençons par l’examen classique des éléments qui composent le kit. Ils sont rangés dans une boite plutôt petite en regard des productions germaniques

Eléments de la coque et matériaux de construction

La construction du Surcouf est classique, bordés sur couples, mais la présence de blocs avant (pièces a sur la photo 1) et arrière (pièces b sur la photo 1) simplifie beaucoup la pose des bordés. Ces blocs sont fraisés et bien finis. Ils ne nécessiteront qu’un léger ponçage (réalisé avec le reste de la coque) finalement pas si léger que ça car les blocs sont hors cote.

Photo 1 - 17.2 ko
Photo 1
Les blocs avant et arrièresont fraisés dans du ramin.

Les 15 couples (voir photo 2 et 3) sont en contreplaqué 3 plis de 5 mm d’épaisseur et sont découpés de manière très propre (le couple 9 est en deux parties et correspond au décrochement entre le pont avant et le pont arrière, le couple 15 est aussi en deux parties mais dans le sens transversal (voir photo 8) et se colle directement sur les pièces a de la photo 1). Les couples ne s’adaptent pas parfaitement et il faut agrandir légèrement l’échancrure pour que le couple puisse être mis en place sans forcer. Attention en les plaçant sur la quille car certains couples sont assez fins au niveau de l’échancrure. Il faudra tout de même vérifier que les couples sont bien symétriques avant de se lancer dans le montage.

Photo 2 - 14.3 ko
Photo 2
Les couples de la partie avant. 9 et 9bis sont collés ensemble et correspondent au décrochement dans le pont.

Des pièces prédécoupées en contreplaqué permettent de réaliser l’étrave (pièce a sur la photo 2) qui recevra les deux blocs avant et la poupe (pièces a et b sur la photo 3), la pièce a recevra les deux blocs arrières.Un fagot de lattes 600×10×2 mm est fourni pour le bordage. Ces lattes servent aussi à constituer des cales pour le chantier et à renforcer les superstructures. A priori, ça a l’air d’être du samba. Un second fagot contient deux lattes 3×10 mm pour réaliser les quilles antiroulis et des baguettes 2×2 mm pour les défenses latérales.

On y trouve aussi des baguettes 3×3 mm pour renforcer les superstructures et une baguette 5×5 mm. Des fils laiton 5/10e, 8/10e et 10/10e pour les rambardes et les deux mâts sont aussi fournis. La quille est en deux partie. La partie principale, la plus longue, est échancrée et vient s’emboîter sur la pièce a de la photo 2. La seconde partie constitue l’étambot. Elle supporte le gouvernail et s’emboîte sur la pièce a de la photo 3. L’étrave (pièce a, photo 2), les pièces de forme de la poupe (pièces a et b, photo 3), et les ponts sont en contreplaqué 3 mm de qualité moyenne. Dans ma boîte, toutes ces pièces sont plus ou moins vrillées ou arquées.

Eléments des superstructures

Les éléments des superstructures sont en ABS thermoformé. Cela présente deux inconvénients : d’une part, les angles sont fragiles car il y a peu de matière et, d’autre part, ils doivent être renforcés pour aplanir les toits et les parois (l’ABS thermoformé est toujours un peu bombé). L’avantage est bien sur la légèreté. Sur les photos ci-contre, les bavures de moulages ont déjà été éliminées.

Les blockhaus central et arrière (voir photo 4) sont d’une seule pièce mais le central doit être coiffé d’une plateforme qui supporte une paire de tourelles de 57 mm. Cette plateforme est une pièce en contreplaqué qui est, sur mon exemplaire, complètement vrillée.

Je pense que je la referai en carte plastique, l’absence d’enduit et le collage à la colle liquide pour polyestyrène compensant la densité plus importante du plastique par rapport au bois. Le blockhaus avant est constitué de trois pièces (F4, F5 et F6 sur la photo 5). L’ensemble chevauche les ponts avant et arrière. La pièce F4 est située sur le pont arrière, F5 s’appuie sur F4 et sur le pont avant et F6 constitue une partie de la passerelle et est collée sur F5.

On trouve aussi de nombreuses pièces en plastique pour réaliser les tourelles de 57 mm (photo 6, à gauche les pièces et à droite la tourelle partiellement assemblée) et de 127 mm (photo 7, à gauche les pièces et à droite la tourelle partiellement assemblée), les télémètres ; certaines pièces sont en bois pour le télémètre avant (voir photo 9 en bas de la page) et certaines pièces de la mâture. La mâture en elle-même est en laiton à souder.

En un mot comme en cent : ce n’est pas du Tamiya. Le plastique est de qualité variable selon les pièces et un ébavurage et des rebouchages massifs sont à prévoir. Certains détails laissent à désirer comme les échelles des tourelles qui ne sont pas conformes au plan (à moins que ce soit le plan qui soit faux) et gravés dans le plastique. Je pense les refaire en fil laiton de 5/10e. J’ai aussi des doutes sur les canons de 127, la bouche me semble bizarre. Il faut absolument que je me procure des photos du Surcouf.

Quoiqu’il en soit, il ne faut pas s’attendre à la qualité de moulage des maquettes plastique de grande série sur ce type de kit. Les cheminées sont en deux parties moulées en ABS (pièces a et b sur la photo 8 ci-contre). Je prévois une bonne crise de nerf pour réaliser un assemblage propre et solide. La passerelle est un bloc de bois plein. Il est indiqué sur la notice que les vitres soivent être figurées par de la peinture noire. Pour ma part, je referai la passerelle en carte plastique avec de vraies vitres par soucis de réalisme.

Accastillage

L’accastillage est fourni sous blister. On y trouve les écoutilles, les hélices, le gouvernail, les bittes d’amarrage, les hublots, etc. Un ébavurage et un affinage sérieux est à prévoir sur les pièces plastiques comme pour les superstructures. Les bittes d’amarrage sont en laiton et sont à souder deux par deux sur une embase. Sur certaines embases, les trous ne sont pas alignés. En outre, les bittes sont trop haute (par rapport au plan) une solution est de les enfoncer dans l’embase en profitant de l’agrandissement des trous pour les recentrer.

Du fil laiton 2 mm et 3 mm est fourni pour réaliser les mâts. N’est-ce pas un peu exagérer de mettre tant de poids aussi haut quand la notice clame qu’il faut abaisser au maximum le centre de gravité ? J’ai donc racheté du tube laiton pour remplacer ces pièces mais on peut aussi choisir de les faire en tube plastique (voir les profilés plastique Evergreen) et coller les échelles à la cyanolite au lieu de les souder.

Photo 3

Les couples de la partie arrière.

Photo 4

Les blockaus central et arrière.

Photo 5

Le blockaus avant.

Photo 6

Les éléments d’une tourelle de 57mm.

Photo 7

Les éléments d’une tourelle de 127mm.

Photo 8

Les éléments de la cheminée et de la passerelle.

Photo 9

Les éléments du télémètre.