Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

dimanche 24 septembre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le Zubr

La saga du Zubr (6)
la propulsion et la radiocommande

Benoît Raynal

Je pensais avoir devant moi un travail simple et rapide. Il fallait monter les moteurs de propulsion, implanter la radiocommande et relier le tout. C’est à dire : mettre un variateur de vitesse par Speed 480, un interrupteur pour la sustentation, les câbles de commande de la direction et ceux pour les portes.

Si le début fut facile, j’ai rencontré des difficultés de mise au point.

Les trois moteurs Speed 480 sont montés chacun sur un mât en fibre de verre. Pour rigidifier le tout, les trois mats sont reliés ensemble et la force de poussée est reprise par un jambage oblique qui prend appui sur la coque. Les hélices quadripales sont à l’origine beaucoup trop grandes pour les Speed 480 et pour la taille de la maquette. Une fois montée sur un moteur, chaque hélice a été ramenée à la dimension voulue : on met le moteur en marche, pas trop vite, et avec un papier de verre ou une lime électrique on use le bout des pales. En y allant doucement cela ne pose aucun problème. Pour respecter le plan et les diamètres des carrossages de turbines, le porte-hélice est monté avec une série de rondelles de façon à éloigner le plus possible l’axe de l’hélice du moteur. Les moteurs sont montés de manière provisoire avec des Serflex. Les supports définitifs devront prendre en compte les supports internes des bulbes d’hélice.
-  voir PHOTO 1

A ce stade, chaque alvéole de la coque va être remplie de mousse polyuréthane bi-composants pour assurer la rigidité définitive de l’ensemble et sa flottabilité. Cette mousse présente la particularité de ne pas prendre l’eau en raison de ses cellules fermées.
-  voir PHOTO 2

LA RADIOCOMMANDE

L’implantation de la radiocommande se fait sur une plaque collée directement sur la mousse entre les quatre turbines de sustentation, sous ce qui sera le château du Zubr, avec l’intention de faire la trappe à cet endroit. En arrière, assez près des moteurs de propulsion, les trois variateurs de vitesse sont mis verticalement pour garder une ventilation efficace. Juste en avant, j’ai mis la distribution de courant. Le Zubr est prévu pour fonctionner avec trois batteries de 7,2 volts : deux pour la propulsion et une pour la sustentation. J’ai fait une installation en parallèle des trois moteurs et des deux batteries. Puis j’ai mis sur une même ligne tous les interrupteurs : un par variateur, plus celui de l’alimentation de la radiocommande que j’ai préféré garder indépendant des batteries. Dans la mousse, le récepteur, et en avant les trois servos. Celui le plus à gauche (au fond sur la photo), une commande mécanique de deux interrupteurs pour la sustentation. Je n’ai pas osé mettre quatre variateurs en parrallèle et, avec un seul variateur pour tous les moteurs, je n’avais plus le régime maximum des moteurs. Au milieu : le servo de commande des portes.
-  voir PHOTO 3 Ce servo commande un système de cames différentes (deux pour être précis) pour faire fonctionner les deux portes. La difficulté est venue vers l’arrière du manque de place pour implanter le mécanisme et vers l’ avant de la différence d’axe entre la charnière de la porte et la charnière de la jupe.

Le dernier servo commande trois cables pour les trois ailerons de direction. A ce stade, je les ai simplement montés sans les relier. Les ailerons de direction faisant partie des superstructures, leur réalisation se fera plus tard.

Les trois batteries sont prévues à l’avant, pour équilibrer le poids. Leur fixation définitive n’interviendra qu’à la fin, lorsque leur position idéale aura été définie lors des derniers essais pour régler l’assiette du Zubr. J’ai prévu un support qui permettra d’ajuster leur place sans devoir faire de trappe supplémentaire.

LES ESSAIS

Après de nombreux essais statiques pour régler d’une part les centres de poussées des moteurs (facile), et d’autre part les ouvertures de portes (avec beaucoup de difficultés), le grand jour est enfin arrivé. Trois batteries pleines, des piles neuves et ...
-  voir PHOTO 4

Pour le diriger, il faut jouer sur les trois moteurs de propulsion. Sur le manche droit de la radio, j’ai mis les moteurs droit et gauche. Sur le manche gauche, j’ai mis le moteur central et la direction. Sans les ailerons, le Zubr se dirige facilement grâce aux moteurs. A pleine vitesse, les ailerons permettront de le diriger sans perdre de poussée.

Diagramme de la radio-commande - 3.4 ko
Diagramme de la radio-commande
C’est ainsi que j’ai configuré l’émetteur


Un beau soir de septembre, nous nous sommes retrouvés au bord de l’eau. Quelques essais statiques pour vérifier les commandes, puis je dépose le Zubr dans l’eau. Bien sûr, l’assiette n’est pas horizontale et après un petit tour sur le plan d’eau, je l’ai ramené au bord pour rééquilibrer en bougeant les batteries. La commande séparée des trois moteurs rend le Zubr hypermaniable en avant comme en arrière. Bien que non carrossé, sans ses bulbes d’hélice ni ses ailerons de direction, nous avons estimé sa vitesse à 25-27 km/h en pointe.

essai sur l’eau - 10.2 ko
essai sur l’eau
Si les ailerons de direction ne sont pas montés, cela ne l’empéche pas de se comporter comme le vrai.

Contrat rempli pour ma partie ! Maintenant, avec Didier mon coéquipier, nous allons nous attaquer aux superstructures.

Et là ce fut encore une drôle d’histoire...

PHOTO 1 : vue des 7 moteurs

Trois Speed 480 et quatre speed 400 pour une puissance totale de 200 W

PHOTO 2 : vue de dessus avec la mousse de flottabilité

Chaque alvéole a été remplie de mousse polyuréthane bi-composants à cellules fermées, pour la flottabilité et la rigidité

PHOTO 3 : vue de l’implantation des servos

A gauche les trois variateurs de vitesse, au centre les interrupteurs et le récepteurs. A droite, vers l’avant, les servos de commande des portes, de direction et des moteurs de sustentations

PHOTO 4 : le premier essai !

La photo est floue mais il vole et se déplace.