Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

lundi 1 mai 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le Colin Archer RS1

Le gréement et l’accastillage

Albertus

Une fois les mâts et le bout-dehors en place (provisoirement), essais de transport du modèle dans la voiture : faudra t’il ou non prévoir un grand mât abattable ? Heureusement, l’auto est très grande, et en réalisant un ber spécial maintenant le bateau incliné, ça passera sans démontage ! Il faudra seulement descendre le mât de flèche.

Je remplace l’étai en cordage par un câble de freins de vélo, fourré bien sûr avec du fil textile, et vernis après teinture pour "coller" les peluches éventuelles. Dans la réalité, ces câbles sont goudronnés. J’ajoute deux galhaubans réalisés de la même façon. Ces trois câbles seront tendus au moyen de ridoirs.

Les haubans en cordage tendus par les caps de mouton, se détendant en effet au gré de l’humidité de l’air, n’auront donc qu’un aspect décoratif. Ainsi, plus de craintes à avoir ! Les poulies fonctionnelles fournies dans le kit ont leurs cages en plastique moulé, les réas sont en laiton. Après montage, la peinture brune, "lavée" après séchage avec de la peinture ocre, leur donne un aspect bois tout à fait acceptable. Le grand mât est terminé ! j’y ai installé un éclairage fonctionnel rouge et vert (le rouge en haut). Les fils électriques passent dans une rainure sur toute la hauteur du mât (rebouchée par la suite au bois pétrissable) et arrivent à fond de cale.

Photo 1

Les feux fonctionnels de gabarit. le verre vert est découpé dans une bouteille de limonade.

Photo 2

Le treuil. Il est peint en plusieurs nuances de noir pour plus de réalisme.

La bôme est installée. J’ai ajouté une entretoise au vît-de-mulet, entre les deux points de fixation de l’axe. Sinon, écrasement de l’ensemble ! Bizarre que Billing Boats n’y ait pas pensé ! Les cornes des pics sont à façonner dans un bloc d’obéchi. Pas vraiment facile, surtout qu’ils sont courbes. Après découpe grossière, en les recollant (légèrement) ensemble pour les poncer (une fois dans chaque sens) on arrive à les faire symétriques. Le bout dehors est installé, rocambeau y compris, fourré comme sur les photos. La partie du bout dehors restant sur le pont est de section carrée sur les photos, mais la baguette fournie est ronde. Pour ne pas tout refaire, j’ai ajouté de la matière en bois pétrissable, pour faire carré. Petite erreur : le bois pétrissable ne réagit pas de la même facon que le bois à la teinture. Il aurait donc fallut utiliser du bois pétrissable de la couleur finale de l’espart. Enfin, ça ne se remarque pas trop.

Deux planchers en caillebotis sont ajoutés de chaque côtés du cockpit. Ils ne figurent pas sur les plans, mais existent sur les photos du vrai bateau. Par paresse face à leur réalisation, j’ai acheté les éléments chez Stab. Cher, mais facile :-).

Le cockpit est muni de tubes de laiton cintrés au ressort, qui permettront la sortie des écoutes sur le pont. Mais franchement, je ne sais pas encore, au stade actuel, comment je vais diriger les voiles, les débattements d’écoute n’étant vraiment pas les mêmes pour les voiles auriques que pour la trinquette, et encore moins pour l’énorme foc qui croise derriere celle-ci. Faudra-t’il un ou plusieurs treuils ??? On verra plus tard !

Les roufs sont tous amovibles sauf un, qui sert de poignée au grand panneau d’accès à l’intérieur de la coque. Dans ces roufs, l’éclairage, mais aussi les interrupteurs radio et prises de chargement des batteries. Le treuil est très détaillé. pratiquement tout en plastique injecté. Je fais une peinture noire aspect vielli avec 6 nuances de noir mélangé de gun métal (humbrol). L’ancre est peinte en gris métal mélangé de noir, avec des nuances brunes pour l’aspect rouille .

Couleur presque sèche sur le pinceau, pour obtenir un aspect boursoufflé, imitant le métal attaqué par l’eau de mer. Tous les gréements, dormants et courrants, sont en cordages (fournis dans le kit), teintés à l’écoline sépia avant d’être passés à la lasure (celle du pont). Le résultat donne un cordage sans peluches, mais gardant toute sa souplesse. Le sépia utilisé pour les dormants est plus foncé. Deux personnages en résine viendront animer la maquette. Hauteur 12 cm (échelle 1/15), ils sont habillés comme le vénérable barreur figurant sur les photos du vrai bateau.

Le problème est de leur trouver une place ne gènant pas la manoeuvre. La position des bras est modifiée après chauffage, afin de leur donner un air moins guindé ;-) La peinture de la coque m’avait posé des problèmes sur le remorqueur construit précédement. la peinture en bombe (humbrol) n’avait pas séché :-( la peinture (humbrol en pots) s’écaille maintenant un peu sur l’ABS, et quelques poils du pinceau utilisé sont figés à jamais sur la coque.

Photo 9

Vue plongeante. Côté babord terminé. Trappe d’accès à la cale bien visible, car mal positionnée.

Cette fois ci, j’ai d’abord dépoli l’ABS au papier de carosserie à l’eau (grain 400) et je l’ai dégraissé ensuite à l’essence de nettoyage pour vêtements (thétrachlorure), avant de peindre...au rouleau (j’ai pas d’aéro ). C’est génial ! J’ai utilisé un petit rouleau de mousse prévu pour la gouache (magasins pour artistes). le finit est légèrement peau d’orange et donne une texture tout à fait réaliste. il faut seulement prévoir deux pots de humbrol pour la première couche, et un pot par couche supplémentaire, car le rouleau ne restitue pas tout ce qu’il boit.

Photo 3

Le bout dehors et l’ancre : la section carrée du bout dehors est réalisée en pâte à bois. L’ancre toute en plastique est viellie façon métal oxydé.

Photo 4

La sortie des tubes de guidage des écoutes de voiles. Ils sont réalisés en laiton cintré au ressort. A l’avant-plan droit, le canon lance amarres .

Photo 5

La plage arrière. On distingue la découpe du panneau d’accès à la radio.

Photo 6

La coque est peinte au rouleau à gouache (mais pas à la gouache ;-) )

Photo 7

Le mini rouleau à gouache. Plus de poils perdus dans la couleur, mais il faut prévoir beaucoup plus de peinture, car le rouleau absorbe énormément.

Photo 8

Un truc pour le réglage des caps de moutons : un fil de fer maintient les caps de moutons en attendant leur finition.