Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

jeudi 29 juin 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le Colin Archer RS1

La fabrication des voiles

Albertus

Les voiles sont le gros morceau, dans la construction d’un vieux gréement. Le tissus préimprimé, fourni dans la boîte, ayant été confié à une copine possédant une machine à coudre, il a fallut patienter ! Trois semaines de stress ;-)

...et enfin le grand jour : le coup de téléphone qui m’apprend que les voiles sont terminées. Je file chez la copine et j’embarque le paquet. Au déballage... petite désillusion : c’est bien fait, ok, mais c’est pas comme j’aurais cru :-( Le fil utilisé n’est pas assez tranchant sur la couleur des voiles, les piqures symbolisant les renforts ne présentent pas bien, les doubles coutures ne sont pas trés paralléles, etc ! Bref, il ne suffit pas de savoir se servir d’une machine à coudre, il faut également avoir une idée de ce qu’on est occupé à coudre !

Photo 1

Découpe des voiles : le gabarit en carton de la grande voile du Colin Archer.

Pas grave, je décide de tout refaire en repartant de zéro. Premiére opération, relever d’aprés ce que j’ai, les gabarits sur carton. Ensuite, visite chez un marchand de tissus, et achat du coton (toile à draps de lit). Teinture à chaud avec des pastilles colorantes Dylon, et découpe des cinq voiles suivant les modéles en carton.

Les ourlets, je les colle à la colle spéciale pour textile... Les renforts, je les découpe à part, et aprés les avoir ourlés , je les colle en place... Les bandes de lé, je les trace au crayon mine de plomb...

...et j’emméne le tout dans un atelier de couture professionnel. Surprise du chef d’atelier, en prenant ma commande, mais finalement, il se prend au jeu, et me demande plein de détails techniques sur ce que je veux faire. En fait, il s’agit simplement de repiquer sur les ourlets et sur les bords des piéces collées, et de réaliser les coutures des lé, bien paralléles, sur les tracés de crayon. Et cette fois, je fournis le fil ad-hoc. Trois jours plus tard, les voiles sont prétes ! Waw !!! Vive les Pro. :-))) c’est parfait ! et cela ne me coute que 900 FB (150 FF).

Mais les voiles sont loin d’être terminées : il me reste à y coudre les ralingues, percer les oeil-de-pies, fixer les oeillets et les ficelles de ris. Pour les ralingues, je finis par trouver dans une corderie, des ficelles en lin, au bon diametre et dont les torons sont tournés à gauche... Mais pas moyen de coudre ça correctement. Solution : La colle textile ! Simplement, au lieu de fixer les oeillets dans la ralingue, je les fixerai dans l’ourlet de la toile : j’emploi des petites sections de tube alu, collées à la cyano dans un trou fait à l’emporte-piéce dans l’ourlet. Les oeil-de-pies sont faits (comme expliqué dans le MRB ) avec la pointe d’une fléchette enduite de cyano.

Enfin, les voiles sont montées en place sur le bateau, et recoivent un coup de bombe imperméabilisante.

Photo 2

Les ourlets sont réalisés à la colle pour tissus, avant d’être surpiqués à la machine. Idem pour les renforts en applique. Rigueur garantie !

Photo 3

Le matériel nécessaire à la réalisation des voiles. Y ajouter une machine à coudre.... et une couturière professionnelle ;-)