Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

vendredi 23 juin 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le Galaxie

La coque

Albertus

La construction de la coque du GALAXIE ne pose pas de problème majeur. Au 1/10eme, c’est un fameux morceau, et les épaisseurs des bois utilisés doivent être à l’avenant : ici la quille est en chêne 15x40mm, les couples en ctp marin 8mm. La forme particulière de l’étrave fortement cintrée impose l’emploi de blocs avant, ici réalisés en mousse de polyuréthane sculptée, poncée et enduite de bois pétrissable Les virures brochetées sont en tilleul 3x10 et 3x15, la croute interne colle+sciure fait 5mm d’épaisseur. Pour l’extérieur, après un premier masticage-poncage en bois pétrissable Cetabever, un tissus de verre 160 gr a été posé à la résine époxy, puis le tout a été remastiqué au mastic époxy ED 205, peint d’un voile d’apprêt, puis poncé, poncé, et reponcé.

Après mastiquage, la coque doit être recouverte de plusieurs couches de peinture. J’ai utilisé de la laque satin Levis, appliquée au pinceau puis au rouleau à vernir

Une première série de trois couches de peinture est appliquée au rouleau, mattage entre les couches, puis la bande molle est posée. Sur les bateau à coque en bois, il est fréquent de voir cette "ferraille" qui protège la quille lors des échouages journaliers dûs aux marées qui assèchent parfois une partie des petits ports. Sur un gros et lourd modèle difficile à manipuler, il peut être sage de prévoir cette protection de quille, ici un fer plat de 4x20mm, mis en forme sur le brion et remastiqué sur la coque après fixation ferme par vis inox.

La bande molle - 11.6 ko
La bande molle
La bande molle protège toute la quille jusqu’à l’arrière. Elle contribue à augmenter efficacement la solidité du talon, et son poids conséquent assure un lestage parfait : impossible d’aller plus bas.

Les jambettes de pavois sont en pin 7x7, le pavois est en ctp 2,5mm et le plat bord est en contre-collage de tilleul 4x4. Le pont est latté en 15x3 en ménageant 0,8mm entre les lattes pour le calfatage.

Moins simple qu’il n’y parrait, la mise en place symétrique des préceintes qui font une hauteur de 24mm. Elles sont réalisées en accolant trois lattes de 8x4mm, mais la partie fortement courbe de l’avant est faite de deux baguettes 4x4 externes à un remplissage au mastic epoxy

Les préceintes - 11.1 ko
Les préceintes
Leur largeur est de 24mm. Pas de problème sur les côtés du bateau, on utilise trois planchettes de 8mm de large ; mais où celà se corse, c’est quand il faut les cintrer sur le tulipage avant. Pour plus de flexibilité, elles sont à cet endroit simplement composées de deux lattes de 4x4mm. Le remplissage entre ces baguettes de section carrée est fait après coup au mastic époxi

Protections de coque en demi-ronds d’acier - 10.4 ko
Protections de coque en demi-ronds d’acier
Des barres d’acier sont fixées sur la coque. Elles ont pour but de protéger celle-ci contre les chocs lors de la remontée des lourds panneaux de chalut. Elles sont réalisées ici en demi-rond de ramin, et devront être abondamment rouillées lors de la patine du modèle.

Protection de coque et de pavois - 18.6 ko
Protection de coque et de pavois
Des barres métalliques sont aussi fixées sur l’arrière de la coque, sur les préceintes et sur le pavois, lui-même renforcé par des grosses planches ajoutées.

Entorse à la réalité (et ce ne sera pas la seule) : prévoyant la faible manœuvrabilité de ce chalutier, j’ai installé un propulseur d’étrave à palette excentrique. La mise en place des tubes impose le percement de la coque après lattage et croûtage interne. Là aussi, le mastic époxy se révèle très utile. Le gaillard avant est latté en 10x2mm après avoir aménagé complétement sa cale, peinture et éclairage compris.

L’accès à l’intérieur est aisé, le rouf est bien entendu amovible, mais tout le milieu du plancher arrière se démonte lui aussi.

Dans la cale - 19.1 ko
Dans la cale

-  Flèche jaune : Le plafond de cale est en tôles d’alu (plaque offset) recollées après la pose du pont. L’absence de sous-pont et la technique de vieillissement au sel imposait ce système
-  Flèches vertes : les jambettes de pavois rajoutées sont collées à l’intérieur de la coque sur minimum 2 cm de leur longueur
-  Flèche rouge : les couples sont perforés de divers trous qui servent entre-autres choses à tenir les nombreux fils électriques le long des parois internes du bateau

L’hélice installée est une Raboes laiton, 3 pales, 75mm, M5. Le tube d’étambot pour l’axe M5 fait 8mm de diamètre. J’avais prévu un couloir de 6mm que j’ai du reforer après coup (mèche de 400x10mm) Le tube est scellé à la Stabilit Express sur toute sa longeur. Un système de lubrification est installé, avec réserve d’huile épaisse cachée sous un fût...de lubrifiant Castrol. La réserve d’huile est constituée d’une boite de film dia 24x36 raccordée à un tuyau plastique d’aquarium au moyen de Stabilit Express. Une embase annuaire est collée au pont autout de cette boîte. Cet anneau est au diamètre intérieur d’un fût d’huile réalisé en carton
Le berceau du moteur sur mesure - 22.7 ko
Le berceau du moteur sur mesure
Prise d’empreinte sur le corps du moteur, réalisation en silicone sanitaire.

Le moteur prévu est un Power1000 avec un acouplement semi-rigide. Innovation : il est en pose presque libre, ce qui lui permet de bien s’aligner de lui même dans chaque sens de rotation. Un sandow le maintient en place dans son berceau de silicone, et un taquet l’empèche de tourner sur lui même. Je vous tiendrai au courant de l’efficacité du système

Graissage du tube d’étambot - 21.6 ko
Graissage du tube d’étambot

-  Flèches jaunes : le tube d’étambot (en pointillé) traverse l’épaisseur de la quille. Un bout de tube de laiton y a été soudé, qui ressort de la quille.
-  Flèches rouges : Ce bout de tube laiton reçoit le tuyau plastique qui descend du fût d’huile situé sur le pont
-  Flèche verte : l’accouplement semi-rigide. Pas besoin de cardan, l’axe du moteur et celui de l’hélice sont parfaitement alignés.
-  Flèche bleue : un bac à huile. Le tube d’étambot n’est pas étanche, or il est situé sous la ligne de flottaison. Une très légère infiltration d’eau (ou un suintement d’huile) est possible. Le bac récolteur est en silicone, le nettoyage-séchage ne posera pas de problème majeur

La bande molle

Un fer plat de 4x20mm est forgé en forme sur un gabarit, puis collé à l’époxi sur la quille, vissé, puis remastiqué à la coque

Dalot

Les sabords servent à évacuer l’eau embarquée. Lorsque le produit de la pêche est déversé sur le pont, on ferme les sabords par des dalots, pour empêcher que le poisson ne retombe à l’eau

L’évacuation du wc et de la cuisine

Les eaux usées de la cuisine et du wc retournent directement à la mer. Le pavois est tout simplement percé pour laisser passer le tuyau d’évacuation

Rejet de l’eau de refroidissement du moteur

La muraille est percée entre les barres de protection fixées sur les préceintes. Le rejet d’eau ne devra pas être violent, et si possible saccadé. Il n’est pas obligatoire d’installer une pompe pour obtenir un tel rejet, une prise d’eau derrière l’hélice suffit

La cale avant

Le bateau est très ventru et aucun problème ne se posera pour la mise en place des batteries et des divers accessoires d’animation

Propulseur d’étrave

Les tuyaux transversaux sont noyés dans le mélange colle+sciure. Le moteur, muni d’un joint étanche, est positionné verticalement

Tout l’avant est fait d’un bloc de mousse

Toute la partie avant est en mousse de polyuréthane d’isolation, retaillée au couteau à pain (grand couteau de cuisine muni de dents). Sa sculpture terminée, ce bloc sera recouvert de bois pétrissable qui servira d’isolant entre la mousse et la résine+tissu de verre qui recouvrira le tout

Un Power1000 en pose libre

Le moteur repose sur un morceau de cuir souple. Il se cale parfaitement dans son berceau de silicone fait sur mesure. Une butée à l’arrière l’empêche de tourner sur lui-même sous l’effet de couple. Un lien élastique le maintient simplement en place. L’alignement moteur-arbre est alors automatique lors du renversement de marche

Lubrification

Une réserve d’huile épaisse, destinée à lubrifier le tube d’étambot en continu, est constituée d’une boite de film 24x36 raccordée à un tuyau en plastique (flèche rouge). La flèche jaune montre l’embase ronde collée sur le pont, qui recevra le fût d’huile