Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

mercredi 13 décembre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le Galaxie

Usure et patine réaliste

Albertus

Le pont, latté de 3x15 en tilleul, devait être calfaté comme les vrais, en insérant à force un cordon d’étoupe entre les planches. L’étoupe aurait été remplacée par un fil de coton brun trempé dans du verni.

Essais de calfatage du pont - 20.3 ko
Essais de calfatage du pont
Un cordon de coton est inséré à force entre les planchettes.

Avant le calfatage, le pont doit être teinté et vieilli. Tout d’abord, teinture chêne moyen Les Anciens Ebénistes. Le bois doit être imbibé le plus possible. Après séchage, un coup de laine de fer dans le sens des planches. Ensuite, vieillissement du bois au sel de mer :

Le pont est recouvert de 3 kg de sel fin, maintenu fortement humide par vaporisation d’eau tous les jours pendant deux semaines.

3 kgs de sel sur le pont  - 13.9 ko
3 kgs de sel sur le pont
On dirait de la neige... C’est Noël !

La trappe à poissons, couvercle enlevé - 12.3 ko
La trappe à poissons, couvercle enlevé
Le sel mouillé forme une pâte corrosive. La teinture elle-même se désagrège

Retirer ensuite le sel humide et laisser sécher 3 jours avant d’enlever le sel restant à l’aspirateur, puis passer chaque planche à la brosse métallique en acier, pour enlever les fibres tendres rongées par le sel. Après séchage, brossage à la brosse en laiton, puis à la brosse à dents usagée, puis deux couches de verni acrylique mat. POLYVINE 2xMAT

Le calfatage avec du fil de laine n’était à ce moment là plus possible, les planchettes, uniquement collées sur les barrots, et non pas à plein bois sur un sous-pont (comme dans le cas du Sirius), les planchettes donc ayant travaillé au point de ne plus présenter d’espace régulier entre elles. A certains endroits elle sont devenues partiquement jointives. (En fait, l’eau salée s’est infiltrée dans les fibres du bois lorqu’il a gonflé sous l’action de l’humidité. Au séchage, l’eau s’est évaporée mais les cristaux de sel sont restés prisonniers des fibres de bois, et ont dilaté les planchettes). Il fallait donc trouver une autre technique pour le calfatage.

J’ai finalement utilisé un enduit réalisé en malaxant de l’émail noir mat Humbrol à de la pâte de bois Polyfilla. Le produit est surprenant : séchage gris anthracite extrêmement rapide, plasticité étonante, allonge à l’eau ! Le bourrage des joints s’est fait avec le talon plat d’une lame de cutter. Les clous sont simulés : le bois est marqué au poinçon et les trous sont remplis du mélange. Le lendemain, le pont est passé, latte par latte, à la brosse dure, reverni de deux couches d’acrylique mat, et rebrossé à la brosse douce. Résultat criant de vérité !

Tout est vieilli simplement en usant le bois comme dans la réalité, en imaginant où se pose le pied du marin qui descend du roof etc . Autre exemple : le premier échelon de l’échelle n’est jamais usé, car on pose le pied directement sur le second échelon ; les montants ne sont jamais empoignés plus bas que la hauteur des épaules, etc.

Accès au gaillard d’avant - 28.6 ko
Accès au gaillard d’avant
Il faut grimper sur le coin du coffre qui finit par être usé

La rouille est réalisée avec de la vrai rouille en poudre, obtenue en laissant rouiller des tampons de laine de fer. Cette poudre tamisée est collée aux objet avec du verni, mais pas n’importe où ni n’importe comment. Tout est dans l’observation de la réalité, du haut d’un quai (tous les chalutiers rouillent pour les mêmes raisons, donc aux mêmes endroits) ou, si on habite à plusieurs centaines de km des bateaux, dans le détaillage de photos, et surtout dans la logique de réflexion. Les endroits repeints le sont généralement sur la rouille à peine brossée, il faut donc boursouffler ces endroits avant peinture. On peut à cet effet utiliser de la pâte à bois. etc !

Accès à la passerelle - 19.1 ko
Accès à la passerelle
A babord on doit monter sur les béquilles rangées le long du roof, à tribord il faut enjamber le coffre pour accéder au marche-pied en alu. Mais en descendant on marche forcément sur le rebord de planches qui doit présenter une forte usure

Les grosses chaînes utilisées sur la maquette sont issues du catalogue d’accastillage Aéronaut. A l’achat, elles sont clinquantes dorées, il faut donc les peindre en noir puis les rouiller. J’ai donc tenté d’oxider le laiton en les marinant dans un bain d’amoniaque. Surprise : le laiton s’en va tout seul après une heure, et il reste une chaine en fer qui ne demande qu’à rouiller. On l’y engage en la trempant quelques minutes dans de l’acide sulfurique (prudence !). Les pneus de pare-battages font 7 cm de diamètre. Chacun d’eux est composé de deux demi-pneus de tracteur BRUDOR (jouets) Après assemblage il faut les user, les pneus servant de pare-battage étant des pneus usagés. Enfilés sur un tourillon, je leur ai fait parcourir quelques kilomètres sur une ponceusee à bande en mouvement Ils ont ensuite été peints en plusieurs nuances de gris-vert pour présenter l’aspect du caoutchouc cuit par le sel et le soleil. Généralement il est plus facile de représente l’usure en usant réellement, représenter la rouille avec de la rouille, le cambuis avec du cambuis. Attention au désordre sur le pont : si le bateau navigue, on a rangé la bouteille de pinard et tout doit être arrimé (notament les fûts d’huile). Les caissettes calibrées destinées aux sardines ne doivent pas voisiner avec la caisse à outils. Dans le vivier, les homards ne sont pas cuits, donc pas rouges. Pas de caisse remplies de coquilages qui seraient gros comme des ballons de foot. Et pas de bateaux fantômes, pensez à l’équipage.

Patiner un modèle, c’est le rendre réaliste. Avec ou sans rouille, d’ailleurs, qui n’est qu’un des éléments de la patine. Les structures apparentes doivent donner l’impression d’avoir vécu : Les planchers d’un chalutier sont rongés par le sel de l’eau de mer, les peintures se sont cloquées par place, le passage répété au même endroit à usé le bois et la couleur. Si des cordages sont disposés sur le pont, il doivent donner l’impression d’avoir le poids de la corde réelle. Il ne peuvent pas rester raides, mais doivent paraître souples, comme fatigués, avachis sur les support sur lesquels ils sont lovés. Les pneus utilisés comme pare-battage ne sortent pas de l’usine : ils ont roulé plusieurs milliers de km. Ce ne sont pas des pneus de scooter ni de tondeuse à gazon, mais des pneus de camion. Leur diamètre doit être à l’échelle ; les bandes de roulement doivent être usées, le caoutchouc doit avoir souffert. Ils doivent être fixés comme le sont les vrais pneus, avec des chaînes ou des cordages les traversant. Les nœuds de fixation doivent être les nœuds utilisés : nœuds de chaise, nœuds de batelier etc. Si un objet rouille, des coulures de rouille doivent se marquer dans le sens de l’écoulement, suivant la gîte du bateau. Avant de se lancer dans la patine d’un modèle, il faut se documenter, voir, regarder, comprendre où, pourquoi et comment l’usure est apparue : une main courante de rambarde rouille d’abord en dessous, là où les gouttes s’accumulent. C’est l’accumulation de DÉTAILS EXACTS qui donne une impression de réalisme. C’est à la portée de tous les modélistes.

Vaporisation

Tous les matins durant deux semaines, le sel est largement réhumidifié. L’intérieur du bateau, mais aussi le plancher de l’atelier doivent être protégés des coulures salines

Le pont vieilli du chalutier

Après plusieurs essais de couleurs (rouge) et de teintures (chêne moyen, merisier), la décision est prise : le pont patiné au sel restera couleur naturelle

Accès à la passerelle

On pose le pied sur le second ou le troisième échelon, jamais sur le premier.

Tuyau d’évacuation

Le tuyau traverse le pont pour vidanger à travers le pavois. Il s’agit d’un tuyau en pvc, qui doit être protégé sous un tunnel de planches (ou de treillis) On ne l’enjambe que rarement, on pose presque toujours le pied dessus

Pare-battages

Des pneus de camion usagés. Ils sont percés au fer rouge dans leur bande de roulement.Ils sont suspendus par une corde ou une chaîne. La corde ne passe jamais à travers le passage de jante, elle s’userait sur le mur du quai

Comme on voit, c’est souvent la réflexion qui aide à comprendre comment s’use un bateau. Même un nouveau bateau qui sort de son chantier pour la première fois, avec des peintures rutillantes, sera équipé de pneus usagés. Les funes commenceront à rouiller avant même la première pêche. Les cordages seront récupérés sur le précédent bateau. etc

Une certaine patine est donc indispensable, quel que soit le choix de présentation. Si on recherche le réalisme, on doit le faire à fond et uniformément. Un chalutier est un bateau de travail, soumis à un usage rude et malaisé (un panneau de chalut pèse plusieurs centaines de kgs, un choc contre le pavois est vite arrivé, et le pavois n’en sort pas sans mal ) Après quelques mois, les traces sont visibles. Les éléments (mer et soleil) sont corrosifs. Sans devenir une poubelle flottante (il y en a) un bateau de travail qui se veut réaliste doit montrer des traces d’usure. Mais il faut surtout "suggérer", faire travailler l’imagination de l’observateur. Attention toutefois à l’échelle du modèle : En dessous du 1/15ème il faut vraiment y aller molo ! et en dessous du 1/25eme il faut s’abstenir.