Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

mardi 23 mai 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Les techniques de base

Entretien des moteurs glow

François Lumaye

Les moteurs glow utilisés en modélisme sont des moteurs relativement simples de conception mais pas toujours faciles à démonter par manque d’espace, ou à cause des pièces fondues d’un seul tenant (par exemple : démontage de la bielle)

Règles de base

Tout d’abord, pour démonter un moteur que faut-il ? Pas grand-chose de spécial en fait : une clé pour vis six pans creux (appelée aussi clé BTR ou clé alène), un tournevis, bref rien que des outils de base.
-  Le démontage doit se faire sur une surface plane, propre et suffisament large pour pouvoir y étaler toutes les pièces du moteur. Avant de tout démonter il est primordial de repérer l’emplacement des différentes pièces ainsi que de les marquer pour pouvoir les remonter exactement dans le même sens. Pour le marquage on utilise un marqueur mais surtout pas un objet dur ! Il est en effet capital de connaître les deux règles d’or du démontage (et du remontage d’un moteur) :premièrement on n’introduit jamais d’objets durs dans le moteur et deuxièmement on ne force jamais sur une pièce. Si une pièce est coincée plusieurs solutions existent.
-  Prenons l’exemple d’une chemise bloquée : plutôt que de forcer avec un tournevis, il est préférable de faire tremper le moteur pendant 24 heures dans l’huile (WD40), le White spirite ou dans de l’alcool à brûler.

Si cette technique ne fonctionne pas, il faut plonger le moteur dans l’eau et le faire bouillir 20 minutes. L’eau va ramollir les résidus d’huile et permettra à la chemise de sortir toute seule, rien qu’en faisant remonter le piston. Si malgré ces techniques une pièce vous résiste, n’hésitez pas à demander de l’aide à ceux qui s’y connaissent (sur http://forum.modelisme.com/index.php par exemple).

Nouveaux joints

Une fois que tout a été démonté, on pourra nettoyer et inspecter chaque pièce, remplacer le circlips (clips qui maintient le piston et la bielle solidaires) et éventuellement le joint d’échappement. A ce sujet, voici une astuce que j’utilise fréquemment pour ne pas racheter de nouveaux joints. Il n’est pas rare de voir des moteurs tourner avec des joints d’échappement autres que ceux d’origine qui d’ailleurs ne sont à mon avis pas forcément meilleurs !

Le joint d’origine de mon 6,5cc - 10.9 ko
Le joint d’origine de mon 6,5cc

Une technique assez fréquente est l’utilisation d’une pâte spécialement prévue à cet effet (produit de marque « Loctite » -http://www.loctite.com- généralement vendu dans les magasins de bricolage rayon auto). L’orifice d’échappement du moteur est enduit de pâte, ensuite on replace l’échappement. La pâte va sécher et former un joint étanche et résistant à la chaleur. Je pense que ce n’est pas la technique la plus pratique, surtout au niveau du démontage suivant, c’est pourquoi je préfère la solution que voici.

Plutôt que d’acheter un produit spécifique on peut découper un joint pour notre moteur dans un joint d’échappement récupéré d’une voiture ou d’une tondeuse. Si vous n’avez ni l’un ni l’autre une troisième possibilité existe : il suffit de découper les joints dans des emballages tétra bricks de lait ou autres.

Joint de remplacement - 7.1 ko
Joint de remplacement
Il a été découpé dans le carton d’un Tetra-Brick

Un simple cutter suffit -ainsi qu’un modèle de joint bien entendu- et un tétra brick vous fournit suffisamment de joints que pour tenir 5 ans au moins.

C’est efficace ! - 12.4 ko
C’est efficace !
Voici le joint "Tetra-Brick" après une vingtaine d’heures de fonctionnement

Une fois que l’inspection des différentes pièces est terminée, on peut remonter le moteur. Il faut toujours éviter de forcer sur les pièces. Pour aider au remontage, je huile mes pièces avec un mélange de 50% de méthanol et 50% de ricin. Les vis quant à elles sont enduites de graisse graphitée pour empêcher le grippage. Il faut éviter de serrer trop fort (généralement on serre à deux doigts). Quand le moteur est remonté, il faudra le faire tourner à la main pour vérifier que rien ne gène le mouvement.

Après avoir tourné toute la saison, votre moteur a bien besoin d’un petit entretien.

Comment démonter le moteur sans l’abîmer, que démonter ?

Suivez le guide !

Un vilebrequin

L’ensemble Bielle-Piston et ci-dessous la Chemise

REMARQUES

Comme à priori le contre pointeau (ou pointeau de ralenti) peut être complètement déréglé, il ne faut pas compter dessus pour faire fonctionner le moteur au ralenti, donc pour cette fois : il faut démarrer plein pot. Une fois le moteur démarré, il devrait tourner en fumant et en crachant de l’huile.Il faut alors fermer progressivement le pointeau pour faire atteindre au moteur son régime maximal. Le pointeau principal est maintenant réglé, passons au réglage du contre-pointeau ou pointeau de ralenti. Pour cela mettre le moteur au ralenti, s’il s’étouffe par excès d’essence le moteur va gargouiller avant de caler, s’il manque d’essence l’arrêt sera plus rapide. Une fois que le moteur tient le ralenti, couper l’arrivée d’essence et écouter le bruit que fait le moteur avant de s’arrêter : s’il n’accélère pas c’est le bon réglage. Une fois que le moteur tient à peu près le ralenti, il faut affiner ce réglage pour avoir de bonnes reprises.

Pour terminer, je tiens à préciser que cette technique n’est pas la seule qui existe et qu’elle n’est pas nécessairement la meilleure, mais elle est simple et elle fonctionne !

Bon entretien