Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

dimanche 28 mai 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Construction d’une coque en bois

Le chantier et la mise en place des couples

Jean-Luc Béchennec

Un chantier de construction rigide, facile à mettre en oeuvre et garantissant une bonne assise pour le montage de la coque est à la base d’une construction réussie. Quand on débute et que l’on vient d’acheter son premier kit bois, la tentation est grande de se lancer rapidement dans le bordage de la coque. Il convient, bien au contraire, de prendre son temps pour mettre en place une infrastructure fiable et ne pas aller à la catastrophe.

Un chantier est constitué d’une planche épaisse et rigide sur laquelle les couples vont être fixés.

Préparation du chantier

La première étape consiste à tracer sur le chantier l’axe de symétrie de la coque. L’état de surface du bois n’étant pas adapté à un tracé de précision, il est préférable de coller sur le chantier des feuilles de papier. Pour ce travail, j’emploie de la colle en bombe pour assemblages définitifs. Cette colle (3M ou autre) s’achète dans les magasins d’arts graphiques et chez certains papetiers.

Cela permet de gagner du temps par rapport à la colle blanche mais surtout, cette colle en bombe ne contient pas d’eau qui risque de faire travailler le bois. Une fois l’axe de symétrie tracé, on y marque l’emplacement des couples afin de tracer les perpendiculaires sur lesquelles les couples seront positionnés. Pour une bonne précision, le tracé de ces perpendiculaires se fait au compas par construction géométrique (voir Le tracé des perpendiculaires au compas).

Préparation des couples

Un petit tour sur le plan du futur navire permet de faire deux constatations qui vont servir à l’élaboration du tracé des couples.
-  Les couples sont déduits des verticales du plan de forme (formes du bateau vue de l’avant et de l’arrière) et sont donc perpendiculaires à la ligne de flottaison.
-  Le pont est généralement à une distance variable de la ligne de flottaison.

Les couples sont montés perpendiculairement au chantier, ce dernier est donc parallèle à la ligne de flottaison. Comme le pont est à une distance variable, il faut caler les couples à la distance correspondante par rapport au chantier.

Dans cette optique, plutôt que découper les couples tels qu’ils apparaissent sur le plan, il est plus astucieux de les munir de deux pattes qui servent de cales (voir figure 1 ci-dessus à gauche). Lorsque la coque sera démoulée (c’est à dire retirée du chantier), ces pattes seront coupées (voir figure 2). Ne faites pas ces pattes trop larges pour ne pas compliquer le découpage, 25mm suffisent. Pour assurer une bonne rigidité, les pattes doivent être le plus écarté possible. Les pattes reposent sur le chantier et il est important que leur longueur soient égales afin que le couple ne repose pas en biais sur le chantier. Une amélioration de cette technique consiste, lors de la découpe, à réunir les pattes par une bande horizontale (appelée assise dans la suite de cet article) qui portera sur toute la largeur du chantier (voir figure 3).

Par ailleurs, on prendra soin de tracer l’axe de symétrie du couple. Cet axe sera aligné avec l’axe de symétrie du chantier. L’assise permet cet alignement de manière simple alors que des pattes indépendantes réclame l’intervention d’une équerre.

On peut être tenter de ne pas découper l’échancrure centrale et de faire une seule patte large qui s’étend sur presque toute la largeur du couple. C’est une erreur car après le démoulage de la coque, la découpe de cette patte sera difficile.

Enfin, attention de laisser suffisamment d’espace entre la coque et le chantier pour pouvoir passer la main à l’intérieur afin d’essuyer la colle, s’assurer de l’ajustage d’un bordé, etc.

Mise en place des couples

l’assise de chaque couple est fixée à un tasseau de 22x22mm coupé à la largeur du chantier. La fixation est faite au moyen de 2 vis métaux à tête cylindrique de 4mm de Ø. Les têtes de vis sont côté assise (percée à 4mm de Ø) et le tasseau est percé à 6mm de Ø pour permettre un ajustage de l’assise. Côté tasseau, une rondelle et un écrou terminent l’assemblage.

Figure 4 - 7.7 ko
Figure 4
Schéma de montage des couples sur le chaantier.

La fixation du tasseau sur le chantier suit le même principe mais il faut employer des vis à tête fraisée qui seront mise en place par dessous le chantier. Ce dernier est donc percé à 4mm de Ø et fraisé pour accueillir les têtes de vis. Le tasseau est percé à 6mm de Ø pour permettre l’ajustage (alignement de l’axe de symétrie des couples avec l’axe de symétrie du chantier).

Cette fixation permet un démontage aisé voire un remontage. On peut, par exemple, après le ponçage de l’extérieur de la coque, démonter la coque du chantier, stratifier l’intérieur pour remonter le tout sur le chantier pour stratifier l’extérieur dans de bonnes conditions.

Figure 1

Calage d’un couple sur le chantier avec des pattes découpées en même temps que le couple.

Figure 2

découpe des pattes après démoulage de la coque. Cette découpe peut être retardée pour les couples des extrémités car il peut être intéressant de pouvoir placer le bateau à l’envers pour la suite de la construction.

Figure 3

Calage d’un couple sur le chantier avec des pattes réunies par une bande horizontale (amélioration du système présenté figure 1).

Quels matériaux

Une bonne épaisseur procure une bonne rigidité. De bons candidats sont le contreplaqué ou le latté à partir de 19mm d’épaisseur. Vérifiez que la planche est bien plane. On trouve aussi parfois des planches en pin lamellé collé de 20mm qui sont destinées à réaliser des étagères et qui peuvent convenir.