Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

lundi 20 novembre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Mini-voiliers RC

L’accastillage et le circuit d’écoutes

Janot

Une fois construit, votre mini-voilier doit être gréé et accastillé. Si le gréement réclame des talents de couturière, l’accastillage et le plan de pont qui en découle nécessitent quelques explications, que voici :

Le circuit d’écoutes :

(voir l’extrait du plan dans la colonne de droite)

P. Jahan utilisait un servo-treuil à bras de l’époque (les années 80 ne l’oublions pas) : le Futaba S 125. J’ignore si on le trouve encore aujourd’hui, mais il y a des équivalents chez Hitec (715BB et 765HB) par exemple.

De toute façon, un servo puissant (type voiture RC) est utile : L’inconvénient c’est son débattement réduit (90°), qui impose d’en modifier le potentiomètre (en rajoutant des résistances en série) pour récupérer plus de 120° de course, voir l’article cité dans Navi-modélisme

Ne pas oublier que les puissances des servos sont données pour un rayon de 1cm (par ex. 3,5 kg/cm pour un Futaba 3003). Si on met un bras de levier de 10cm, la puissance est divisée par 10 ... et on n’a plus grand chose qui bouge avec 30dm² de voiles !

Ce servo à bras est fixé dans l’axe du bateau par deux baguettes 5x8 perpendiculaires à cet axe, à une hauteur idoine pour que le bras puisse effectuer son mouvement (sur 140-150° environ) sans toucher le couple n°4.

Les deux écoutes (foc et GV) sortent par un trou juste au dessus du milieu de ce couple, derrière le capot, sur le pont.

Guidées par des pitons, les écoutes circulent sur le pont jusqu’au foc et à la GV.

Le "départ" des écoutes est fixé sur un taquet à l’intérieur droit du voilier, elles passent ensuite dans une poulie puis dans le trou du bras, avant de repasser par la poulie et ressortir par le trou du pont... Vous suivez toujours ? Regardez bien le plan...

Donc quand le bras pivote, il démultiplie la longueur d’écoute, il faut bouger environ 20 à 25 cm de cette longueur, donc calculer (par essais, au pif) les positions des trous du bras pour obtenir ce débattement en longueur...

Sur le site de Lester GILBERT, un spécialiste, quelques détails de calculs pour les treuils à bras !

Toutes les explications “pifométriques” citées plus haut y ont leurs calculs détaillés...Pour les fanas de la trigo en anglais !

Tout ceci sans élastique de tension, c’est le système le plus simple, mais quand cela s’emmèle... gare à la crise de nerfs au bord de l’eau !

Non, non, j’ai déjà dit dans mes articles précédents que la voile RC c’était calme, "lénifiant", reposant... donc il y a d’autres solutions :

Le plan de pont - 89.1 ko

La photo ci-dessus présente le plan de pont d’une de mes Jauginettes, résultat final d’évolution de plusieurs concepts.

Je ne prétends pas détenir la vérité ultime, mais ce système à été testé par tous les temps et me donne satisfaction depuis plusieurs années.

Le brin de l’écoute doit être très solide et ne pas s’étirer à la longue : le mieux est d’employer du cordage de cerf-volant type "Dyneema" que l’on trouve chez Décathlon.

-  Version avec servo-treuil à tambour :

(voir la série de photos dans la colonne de droite)

L’écoute principale est fixée au...tambour (il faut bien commencer par un endroit !), elle sort sur l’avant du voilier, a coté du bout dehors...

...par une sortie d’écoute en "U" qui la renvoie vers l’arrière (un tube en cuivre cintré en "U" bien fixé au pont fait l’affaire, sur la photo c’est une pièce d’accastillage en inox), jusqu’à une poulie à un réa (poulie simple) fixée solidement au pont au niveau du milieu du couple 4, qui renvoie cette écoute vers l’avant jusqu’à sa fixation sur le foc.

Cette “pantoire” sert à rapprocher le point de tire de l’écoute de GV de la bôme, pour plus de précision de réglage.

Elle est constituée d’une tige inox d’environ 8 à 10cm fixée sur la poulie AR terminée par un passe-fil à œuillet (haut de canne à pêche) et est maintenue latéralement par deux “bouts” réglables par tendeurs 3 trous (comme pour les tentes en camping)

Pour tendre le circuit d’écoute principal, un élastique de 15 à 20 cm maintient la tension sur l’écoute de foc, légèrement en arrière de celle ci, toujours par boucle et nœud et fixé sur l’avant du beaupré.

Un minimum de tension est nécessaire "tout choqué" pour que l’effort "tout bordé" soit minimisé et n’en rajoute pas trop en plus de la pression du vent sur les voiles...pour ce pauvre treuil !

Les photos à droite et le schéma ci-après vous détaillent les positions du circuit bordé, en position médiane puis choqué :

Comme on le voit sur les photos, la course coté babord sert pour l’écoute de GV, et le retour coté tribord pour celle du foc.

La sortie d’écoute et la poulie de renvoi sont espacées sur le pont d’environ 25 à 30cm, ce qui permet d’avoir le débattement nécessaire pour la longueur d’écoute...

Avec un servotreuil à bras, le circuit d’écoutes est identique sur le pont, il suffit de dimensionner le bras et les poulies pour obtenir les 25 à 30 cm de débattement...Ce sera peut-être pour un autre article !

la fixation des haubans :

A partir du piton solidement boulonné (j’ai bien dit boulonné) sur le bordé, on trouve un émerillon de pêche, puis une chape et sa vis et enfin le câble du hauban, serti par un "sleeve" (petit tube laiton ou alu que l’on écrase à la pince après y avoir versé une goutte de cyano : attention aux doigts !).

Comme cela on peut tendre le hauban en tournant la chape...

Ne pas oublier le collier en morceau de durite silicone qui sécurise l’ouverture des mors de la chape : indispensable pour ne pas démâter au milieu du plan d’eau !

Le "trou de nab"

Une petite astuce pour vider le bateau après la navigation, car il y a toujours un peu d’eau qui s’insinue par... un peu partout !

(Une petite éponge trainant au fond de la coque permet aussi d’éviter que cette flotte finisse par accéder au mauvais endroit)

Avec un tronçon de corps de stylo bic et le bouchon qui va avec, on fabrique ce fameux trou de nab qui permet de vider la coque !

Surtout ne pas oublier de bien remettre le bouchon après, car le voilier coule au bout d’1/4 d’heure de navigation paisible ! (expérience vécue dans un lac des Ardennes !).

et enfin :

Le balestron de foc et le bout-dehors

Les pièces sont en carbone de diamètre 8 à 10mm.

L’émerillon de foc est une production EOL de la grande époque (roulements à bille, etc...), mais un simple "bout" suffit !

On distingue le bout-dehors télescopique, les fixations de la draille de foc, l’élastique de rappel du circuit d’écoutes.

Tout cela fait partie de l’accastillage classique d’un voilier RC, on en voit sur tous les bons plans d’eau...


Les articles précédents m’ont valu assez de demandes d’informations complémentaires et je reconnais que sur un petit voilier, l’organisation de l’accastillage et du circuit d’écoutes n’est pas facile à réaliser, surtout pour les novices.

Je vais donc essayer de clarifier tout cela dans les lignes qui suivent...


L’ ACCASTILLAGE DE LA JAUGINETTE

Ce terme « nautique » est relatif à l’ensemble des accessoires de pont (et du dessous) que l’on trouve sur un voilier RC et qui permettent de fixer le mât, le beaupré, de manœuvrer les écoutes, les haubans, bref toute la quincaillerie qui permet de faire “fonctionner” le voilier.

Il est un adage très couru des marins qui dit que : « trop fort n’a jamais manqué », mais il ne faut pas oublier que l’optimisation de l’accastillage en légèreté est primordiale pour la performance, surtout sur les voiliers, donc il faut garder une “petite” marge de sécurité dans le dimensionnement, sans tomber dans l’excès...Du surdimensionnement !

Extrait du plan d’origine

Cette vue de dessus en ’crevé’ détaille la position du treuil à bras...

Avec servo-treuil à tambour

La photo vous montre le montage avec un servo-treuil à tambour, il s’agit d’une mécanique Anglaise de SLM datant des années 90, très solide, mais il fallait réaliser l’électronique soi-même !

La sortie d’écoute sur le pont

{On distingue sur la photo ci-dessus l’écoute de GV à babord qui est reprise sur l’écoute de foc juste après la sortie en "U" (par une boucle avec un nœud).}

Quand tout est bordé, elle court à coté de l’écoute de foc, passe dans un piton (qui fixe une partie de la poulie AR au pont) puis dans l’anneau de la “pantoire” jusqu’à la fixation sur la GV.

Circuit d’écoutes bordé

Circuit d’écoutes choqué

La fixation des haubans


C’est la fin de cet article sur l’accastillage de la Jauginette...Qui est aussi valable pour les autres mini-voiliers RC !

J’ai essayé d’être exhaustif, mais il y a toujours des choses qui échappent...Si vous avez des questions, manifestez-vous !


Et pour ceux qui me demandent ce qu’est devenu le génial concepteur de la Jauginette, Pierre JAHAN, je leur conseille de faire un tour sur le site :

-  >http://www.jahandesign.com

Ils y verront que la compétition VRC mène à tout et que les vrais champions trouvent toujours le moyen de rebondir...

Je tiens encore à vous remercier, Pierre, pour vos encouragements !