Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

dimanche 30 avril 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le batral « Jacques Cartier »

Porte avant mobile , équipement RC

André Guignet

Après avoir examiné le montage des différents éléments de superstructures et d’équipements du navire, nous allons voir dans cet article l’animation de la porte d’étrave ainsi que le montage des moteurs de propulsion et des éléments électroniques servant à faire naviguer la maquette (servos, relais, batteries, résistances d’allumage... )

LES PORTES D’ETRAVE :

La coque étant construite sans tenir compte de la possibilité de faire ouvrir ces deux portes, il va falloir les découper (sans se louper !) afin d’avoir les formes définitives de l’avant du bateau.

Préparation de la découpe - 20.9 ko
Préparation de la découpe

Il faut apporter un grand soin au découpage, d’abord avec une lame de scie puis avec la mini perçeuse équipée d’une fraise de 1 mm de diamètre : c’est le jeu et la marge nécessaire à une éventuelle retouche au moment de l’ajustage et à la fixation des portes.

Il faudra faire un montage pour pouvoir prendre appui avec la miniperçeuse afin de découper et suivre le pourtour dessiné sur la coque. La découpe verticale (séparation de l’avant des deux portes) doit être parfaitement rectiligne. L’épaisseur de l’étrave est importante (plus de 5mm), c’est donc assez difficile !

Il faut suivre le traçage  - 25.1 ko
Il faut suivre le traçage

Enfin, lorsque les deux pièces sont sur la table, il reste encore quelques étapes avant de les voir s’ouvrir et fermer avec la télécommande .

Un moule en plâtre est tiré de la pièce découpée - 30.7 ko
Un moule en plâtre est tiré de la pièce découpée

Devant la grande ouverture qui est sur la coque, on se pose des questions :
-  comment faire pour que l’ensemble soit étanche
-  quel mécanisme pour que cela fonctionne avec une voie
-  comment descendre la rampe (car pour faire rentrer une voiture dans le bateau, il va falloir déployer une rampe sur la plage (de sable fin) puis la rentrer.

Fabrication des portes :

La pièce que l’on a découpée est conservée précieusement. Elle servira pour faire un moule en plâtre, lequel, après séchage complet, va servir pour construire deux pièces en résine qui seront la base des portes définitives.

Préparation des portes - 30.5 ko
Préparation des portes

Afin d’avoir de l’épaisseur ainsi qu’une surface finale plane, la construction de deux pièces en ctp 0.8 mm qui constitueront les bords des portes est nécessaire. Elles seront collées sur l’avant. L’épaisseur sera obtenue avec du polyuréthane en bombe (produit utilisé pour faire l’étanchéité entre briques et chassis de fenêtres dans le batiment). La forme en mousse sera ensuite enduite pour obtenir une surface lisse.

L’ensemble des deux portes est très léger. Deux tubes en alu seront marouflés et collés à l’araldite en guise de charnières. Il faut veiller à bien dégager ces tubes de façon à éviter les "points durs" au fonctionnement.

Sur le bateau, deux trous au diametre 2mm seront aménagés, assez profondément. Les axes reliant les portes au bateau sont constitués de deux tiges en laiton de diamètre 2 mm. En principe, aucun contact avec l’eau ne doit se faire, même si le niveau de la ligne de flottaison est proche.

Lorsque tout est en place, les portes doivent fonctionner librement. Toutefois, montées ainsi, elles ne restent pas ouvertes d’elles même.

Détail des commandes des portes - 28.3 ko
Détail des commandes des portes

Pour éviter qu’elles ne se referment, il faut ajouter deux lames de ressort qui maintiendront les portes en position ouverte. Ces deux pièces sont coupées dans le ressort d’un mécanisme pour jouet. Elles sont fixées solidement sur la coque, avec deux petites vis en laiton de diamètre 2mm, dans la partie haute des portes, au dessus de la charnière du bas.

Il ne reste plus qu’à placer le treuil à l’extrémité de la rampe d’accès, juste sous le pont, et à relier les deux cordes nylon. L’ensemble est commandé par un servo, commande classique marche avant-arrière d’un moteur. Pour l’instant il n’y a pas de contact fin de course : la fermeture s’effectuant toujours proche de la berge, la commande est faite "à vue". Aucun problème pour ajouter cette amélioration et cette sécurité par après si cela s’avérait nécessaire.

Un petit mot sur la rampe qui fonctionne suivant le même principe que la porte, avec un treuil qui se déclenche par un mini contact placé sur l’ouverture de la porte. Elle est montée sur une ligne filante placée le long des couples auquels est fixée, rigidement, la rampe par un seul coté. Afin d’éviter sa mise en travers, une articulation est fixée sur la rampe, ainsi que deux guides au sol (en baguettes).

EQUIPEMENT RADIO

Une remarque : le Jacques Cartier est une maquette assez complexe, il faut 7 voies pour commander les différentes fonctions. Ce n’est pas à proprement parler une maquette de débutant.

Comme dans tous mes bateaux, je distingue l’animation du bateau et les commandes classiques de la maquette (direction et marche avant-arrière), ce qui m’amène à avoir deux batteries avec un schéma électrique bien séparé (quelquefois le voltage est différent).

Cette discipline de montage assure une plus grande sécurité (je vous expliquerai plus loin par une petite anecdote, l’aventure qui m’est arrivée pendant une démonstration).

Comme je dois placer des éléments de feux d’artifice dans cette maquette, j’essaie d’assurer un maximum de sécurité afin d’éviter le déclenchement involontaire de ceux-ci, en obligeant deux manoeuvres pour leur mise à feu .

Tous les éléments radio sont montés sur une platine en atelier, le cablage est ainsi plus facile et peut être testé sans gène et sans risque. Différents témoins de fonctionnement se trouvent sur la maquette pour permettre de suivre le déroulement des opérations depuis la berge :
-  une LED à allumage clignotant signale le bon fonctionnement de la résistance du fumigène.
-  la mise en marche du radar indique l’ouverture normale de la porte.
-  le rotor de l’hélico est visialisé par une autre LED clignotante.

Sur cette platine radio se trouve également la batterie du récepteur et la barrette de connexions des moteurs et des treuils. Comme la plupart des modélistes, je protège mon installation par le montage d’un fusible type "automobile", mais seulement sur la partie animation.

..

Le cablage du bateau est placé sur le coté et fixé par des colliers mini-Rilsan, pour éviter d’avoir un désordre des fils électriques.

Pour terminer, je vais vous conter une mésaventure .

En mai 2006, lors d’une manifestation importante, je faisais une démonstration avec le Jacques Cartier, avec mise à feu du fumigène à l’arrière du bateau.

La nuit... - 17.1 ko
La nuit...

Seulement, voilà : le fumigène était d’un modèle inhabituel, plus gros et plus long que d’ordinaire. Malgré ces caractéristiques constatées en dernière minute, je décide de faire le spectacle.

Dès l’allumage, je m’aperçois que le fumigène dégage beaucoup plus de fumée que d’habitude, mais aussi des flammes que ne donne pas le modèle plus petit.

Le feu a pris sous le pont ! - 22.9 ko
Le feu a pris sous le pont !

Les spectateurs ne s’aperçoivent de rien... personne ne s’inquiète (à part moi), tout paraît normal.

Mais le pont arrière est en feu ! les commandes électriques sont coupées ! l’hélico se met en route tout seul, mais fonctionne normalement. Tout le faisceau électrique est inopérant.

Je décide de ramener le bateau : les commandes des moteurs et de la direction fonctionnent sans problème. ouf !

A l’arrivée, beaucoup de dégats.

CONCLUSION : Sans les deux batteries et la séparation des circuits électriques, je n’aurais pas pu ramener la maquette et les dégats auraient été encore plus importants. Déja, il n’y avait plus de barrières à l’arrière : elles se sont déssoudées et sont tombées dans le bassin ! la coursive à été complètement détruite, le pont et l’hélico ont fondu ainsi que la plaque en alu de protection du fumigène. Même les lampes du pont sont à changer, et le câblage électrique est à refaire entièrement. Conséquense : un mois et demi de travail pour remettre le bateau en état, un hélico (équipé d’un moteur et de lumières) à refaire.

Donc, faites attention lorsque vous animez vos maquettes !

L’hélico a été bien
L’hélico a été bien "attaqué"

Quelques mois plus tard , tout est de nouveau normal.

Nouvelle démonstration  - 25.1 ko
Nouvelle démonstration
Expo fin 2006 - 36.3 ko
Expo fin 2006



Etanchéité avant


Les charnières


Montage des portes


Commande des portes


Vue de dessus


Montage radio


La platine radio


La LED témoin


Détail de l’installation des servos


Le feu !

Le cablage a brûlé


Le feu !

le feu a pris en dessous du pont




Depuis cet incident un autre bateau est venu complèter le spectacle !

Peut être l’objet d’un nouvel article... à suivre.

J’espère que cette série d’article vous a plu et e reste à votre service pour répondre à vos questions éventuelles