Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

samedi 27 mai 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Trucs et astuces

Détecteur d’eau

Albertus

En principe, nos maquettes sont étanches. En principe !

Pourtant, une avarie est toujours possible, comme une durite qui se détache de la pompe qui simule le vide-cale, et qui alors se transforme en rempli-cale ! Ou un joint qui lache, ou le tube d’hélice sans graisse, ou la jaumière trop courte, ou l’abordage trop musclé qui a occasionné une voie d’eau.

L’entrée d’eau sera rarement rapide au point de voir notre bateau jouer les Titanic, et si tel était le cas il ne resterait qu’à retourner à la voiture chercher le tuba et les palmes ! Mais avec toute l’électronique embarquée et avec ce qu’elle nous a coûté, il est préférable d’éviter au maximum les risques.

En stand-by la consommation est nulle. La bobine du relais par contre ne doit pas trop absorber de courant en fonctionnement

Le buzzer peut aussi être alimenté par la même source de courant que la plaquette, une pile 9v par exemple, ce qui permettrait de tout installer dans un petit boîtier et d’obtenir un détecteur indépendant

CET ARTICLE A ÉTÉ ÉCRIT GRÂCE À L’AMABILITÉ D’ALEXIS DU C.M.N.H.N : Club Modélisme Naval de Haute Normandie, QUI M’A AUTORISÉ À UTILISER SES SCHÉMAS.

BIEN D’AUTRES CHOSES INTÉRÉSSANTES SONT À DÉCOUVRIR SUR SON SITE

http://alex.modelisme.naval.free.fr/cariboost1/


Le montage décrit dans cet article a deux avantages : Il ne coûte pas cher et est facile à réaliser, même pour les nuls en électronique. Il est même tellement simple qu’on peut assembler les éléments utilisés avec du fil, sans réaliser de circuit imprimé. Et comme on utilise un relais, c’est lui qui va commander -au choix- le déclenchement d’un buzzer, d’une sirène, d’un flash clignotant ou d’une pompe de cale.

La sonde sera indépendante : raccordées au montage par du fil souple, les deux lamelles de laiton nu seront fixées à un bout de CTP fin qui pourra être disposé à fond de cale. Elle pourrait, plus simplement, être constituée de deux petites vis fixées dans le bois de la coque et qui maintiendraient les fils. L’important, bien entendu, est que les éléments qui constituent la sonde soient conducteurs de courant. Attention à l’écart maximal entre les lamelles (ou les vis) qui ne doit pas dépasser 2 cm.


Un euro pour le relais, vingt cents pour le transistor, deux cents pour la diode et les résistances... Et le relais peut provenir d’une casse, et on peut se faire offrir les composants par le voisin qui a tout ça dans des petites boîtes et qui bricole dans les radios ! Et je parie qu’il se fera une joie de réaliser l’assemblage. Au prix de la bouteille de bière, on sera encore gagnant ! Décidément, on n’a aucune excuse pour ne pas équiper nos modèles d’un détecteur d’eau