Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

mercredi 13 décembre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Barques, Dinghy et Pédalos

Semi-rigide en carton • La construction

Albertus

Sans pour autant être attiré par le offshore, j’avais envie de tâter à la vitesse sur l’eau, mais sans, non plus, décider froidement de faire déjauger mes chalutiers ni mes remorqueurs. Avec une SNSM Rescue, un Windstorm ou une vedette de type Riva, j’aurais eu l’occasion de découvrir ce qu’est une vraie vague d’étrave. Mais ces modèles demandent une construction longue et l’échelle habituellement préconisée pour ce genre de bateau (1/15 ou 1/10) sous-entend un stockage encore une fois très encombrant ! C’est à ce moment de mes réflexions que Dada a publié sur ce site un article super bien fait sur son Zodiac. (Lien ici)
-  Un Zodiac c’est petit, donc, à grande échelle ça reste petit. J’avoue avoir envisagé d’acheter tout fait un MiniZod. Finalement, heureusement que cette société -qui par ailleurs présente un magnifique site web- brille surtout par son absence de réactions : Un mois après leur avoir demandé la procédure pour passer commande, toujours pas de nouvelle. Ils ne semblent pas désirer me vendre un Zod ? tant pis pour eux, je ferai le Zod moi-même !

Commence alors la longue et agréable période de documentation qui précède (ou en tous cas qui devrait toujours précéder) l’élaboration d’un projet. Concernant les bateaux pneumatiques, la documentation foisonne sur le Web ! en 8 jours j’ai rassemblé tout le nécessaire. Avec en + les MRB 421 (tiens, un Zod) 439, le 473, le 503 et le RCM 109. Rien ne me convient vraiment dans ces numéros, faut que je trouve autre chose.

Je me décide pour un Semi-Rigide. J’aurais aimé le 1/10e, mais le seul moteur performant en hors-bord électrique impose une échelle plus grande encore. Ok, je ferai donc moi aussi mon semi-rigide à l’échelle Barbie. Action-Man , plus exactement !

Une expédition dans les recoins de mon grenier m’a permis de retrouver le pilote d’hélicoptère de mon Héli-Baby Schlüter , construit en mars 76... et cassé définitivement en août 76. Une recherche sur les différents forums pour compléter les infos largement distillées par Dada sur ce site, me démontre l’attachement des navi-modélistes pour les solutions sanitaires (tubes de décharge, tuyaux de descente de gouttière, etc.)

Bon !... j’ai pas ça de stock chez moi, mais par contre, de par mon métier, je dispose d’une multitude de tubes en carton, diamètre 57mm. Les boudins de semi-rigide ont un diamètre généralement compris entre 60 et 40 cm, donc ça marche ! C’est du carton, et le carton prend l’eau ! pas de problème : un article récent de  Laurent  explique à merveille l’utilisation du G4 ! (Lien ici)

Décidément, je trouve les réponses à toutes mes questions en restant ici sur le site ! Dada parle des difficultés rencontrées pour couper les tubes en angle. Roger Matigot sous-entend la même chose dans le RCM 109. Faut que je réfléchisse à la question. Mais tout d’abord, quel semi-rigide ?? Zodiac ? Zeppelin ? Bombard ? Avon ? Brig ? Novomar ? Lomac ??

Finalement je me décide pour un melting-pot à tendance Bombard.


-  Le modèle fera 570x270 mm avec des boudins de 57 mm.
-  La motorisation sera assurée par le Out Bord GTX650 de Graupner
-  La direction sera confiée à mon pilote ActionMan, assisté par un servo S148 Futaba et un régulateur T6830 Aquaspeed.
-  Installation BEC avec 6xSANYO2000 HightCapacity.

Le plan est relativement aisé à dessiner et permet de relever les mesures. Mais attention : un plan vu en plan ne tient pas compte de l’allongement des éléments obliques. Pas grave, puisque je le sais ! j’adapterai le plan de découpe en cours de montage.

La première découpe me donne les deux longs boudins latéraux, parfaitement identiques.

Un gabarit de construction est indispensable : un chantier, comme on dit ! Ici, il s’agit tout bêtement de deux tiroirs de ma petite étagère d’atelier, disposés sur l’établi, espacés de la largeur extérieure du bateau

Ensuite, même opération de découpe pour les deux pièces intercalaires. Elles sont à présent collées aux premiers boudins et présentées dans le gabarit.

Maintenant, réfléchir... imaginons un semi-rigide vu de profil : les boudins se relèvent à l’avant, côté proue.

Dans mon gabarit, il suffit de faire tourner les boudins principaux sur eux-même (en supra-divergeant) pour que les pièces intermédiaires se décollent de l’établi et pointent vers le ciel ! pas trop, juste l’angle qu’il faut, en se référant à la vue de profil des schémas techniques présents sur tous les catalogues de pneumatiques téléchargeables sur le web. Afin de les maintenir en bonne position, il suffit de coller deux pseudo-barrots, des lattes d’espacement, sur le dessus des longs tubes, afin d’obtenir quelque chose qui tient ensemble et pouvoir me passer du gabarit-tiroir !
-  Maintenant, découpe et collage oblique (même principe) des deux éléments de la pointe ... Ils pointent eux aussi vers le ciel et s’écartent maintenant l’un de l’autre, au point de laisser un vide de +/-5 cm à l’étrave. Un support est intercalé entre la table et les sections de tube, pour les maintenir durant le séchage de la colle. Ensuite, il va falloir dessiner et découper le 5ème élément.

Prendre la mesure du vide de l’étrave est facile. Mais la circonférence oblique de la jointure dépasse de beaucoup la circonférence des tubes. comment faire ? Simple : je coupe la pièce pour ouvrir la bague et j’étire la forme jusqu’à toucher les sections babords et tribords. Léger trempage du carton qui prend facilement la nouvelle forme. Un point de colle cyano et le problème est réglé. La partie manquante de l’anneau, située au niveau du pont vers l’intérieur, sera ajoutée ultérieurement.

A présent, et toujours à partir du plan imaginaire que j’ai dessiné, je découpe une quille dans du ctp 12mm et je la colle aux boudins en assemblant le tableau moteur arrière (en ctp 5mm) et le plancher du bateau (en carton épais). Les panneaux du fond de la coque sont découpés dans du carton moins épais, collés à la cyano et G4-tisés grassement. Les panneaux sont collés entre la quille et les boudins. Carton contre carton, pas de problème. Maintenant je puis enlever mes pseudo-barots.

Le résultat est quelque chose qui ressemble pas mal à un Dinghy. Pour les cônes du bout des boudins, j’utilise le carton d’emballage d’une superbe tarte aux fraises, en enroulant sur elle-même la découpe du dessin à plat d’un cône tronqué (facile : grâce à internet, on se remémore les principes de géométrie dans l’espace). Les cônes sont collés aux tubes avec de la cyano. Ca ne tient pas très bien,... pas grave !... patience ! Je fore maintenant avec une mêche de 12mm un trou à l’étrave dans le tube et plusieurs trous dans le plancher. Et, par les trous, je déverse un flot de mousse polyuréthane en bombe, jusqu’à la voir apparaître aux sorties (par les cônes tronqués). Gaspillage, car la mousse quadruple de volume et elle sort bientôt par tous les interstices disponibles. Après polymération de la mousse, arasement au cutter de toutes les vomisures et on obtient enfin un pneumatique solide, avec des cônes qui tiennent, des éléments parfaitement soudés entre eux, et pas de place à l’intérieur des structures pour la moindre goutte d’eau. Pour l’extrémité des cônes, deux demi billes en bois de 20mm sont collés sur la mousse arasée. Un bon coup de papier de verre sur le tout, puis G4 dilué 50/100, suivi d’une couche 50/50 et d’une couche 100% G4 (dilution du G4 avec du thinner spécial, surtout pas avec de l’acétone qui est un dissolvant et sert uniquement au nettoyage des pinceaux... et des doigts)

Voilà. La structure est parfaite, resterait à la fignoler ! ! !

Parfaite, mais quand même assez lourde ! Alors que tous ceux qui font du bateau de vitesse ne jurent que par le rapport poids/puissance, je me demande si le moteur électrique sera assez puissant ! Où plutôt si le bateau ne sera pas trop lourd pour la puissance du moteur. Par rapport aux bateaux que je construis habituellement, je n’ai jamais eu quelque chose d’aussi légéer, mais un doute m’envahi quand même ! Je fais quoi ? je recommence en plus léger, ou bien je continue pour voir ? Au point où j’en suis, autant continuer. On verra bien lors des essais si c’est vraiment trop lourd. Et puis il n’y a pas que le poids, à remettre en question : la forme de la quille par exemple ! J’arrive à fleur du tableau arrière, c’est à dire à l’endroit le plus lourd du bateau (à cause du moteur) et c’est l’endroit où le bon Monsieur Archimède travaillera le moins ! pas logique ! Et l’angulation du tableau par rapport au fond ? Bien des choses à calculer...ou à expérimenter. Tant pis je continue sur ce modèle. Et si je dois recommencer tout, je recommencerais ! comme ça, j’aurai deux semi-rigide dans ma collection !


Bombard Explorer DB - 6.5 ko
Bombard Explorer DB

C’est le modèle qui m’a le plus inspiré lors de la construction.

La photo ci-dessus est extraite du catalogue Bombard, disponible sur le web


La découpe des tubes pose problème ?? Réfléchissons :

En fait, on a besoin de rigoureusement les mêmes angulations à tribord et à babord ... facile, puisqu’un tube coupé en oblique donne deux demi-tubes symétriques. Suffit de tourner (rouler) le déchet de 180°.
-  Comment tracer un trait de découpe sur un tube ?
-  Facile : on mesure à partir de la base sur des ligne diamétralement opposées, et on trace une ligne reliant les points.
-  Mesurer c’est simple : marquer les distances avec des épingles enfoncées (dans le carton c’est facile)
-  Tracer c’est aussi simple : relier les épingles par un élastique. Tracer au crayon en suivant l’élastique
-  Couper c’est encore plus simple : il suffit de couper au disque à tronçonner, pour éviter une déviation inévitable si on utilise une scie (qui coupe les deux côtés à la fois ! ! !)

découpe facile - 10 ko
découpe facile

Assemblage du plancher et de la quille

Le plancher en carton+G4 reçoit la quille collée à l’époxy. Des demi-couples triangulaires sont répartis de part et d’autre de la quille, ils sont collés à la cyano

Les deux panneaux de fond

Réalisés eux aussi en carton+G4. Ils seront soutenus par les couples élémentaires

Un des panneaux de fond est collé

Le collage est réalisé à la cyano. L’important est d’avancer rapidement. une fine baquette de balsa a été collée le long de la quille pour servir d’apôtre aux panneaux de fond