Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

mercredi 23 août 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Drague à godets Henri Boutteville

Une coque particulière

Albertus

Une drague à godets a une coque particulière qui doit permettre le passage de l’élinde articulée sur le grand portique.

L’ élinde est le bras articulé qui supporte le chemin de roulement de la chaîne et le long duquel se déplacent les godets. Cette élinde est articulée sur le haut du grand portique, abaissant son extrémité dans l’eau et passant par un chenal aménagé au centre du bateau. L’arrière de l’élinde est supporté par les câbles d’un treuil situé sur le petit portique de poupe. Comme le chenal est ouvert sur la poupe, on a donc deux demi-coques carénées à partir du maître couple vers la poupe. La structure rappelle (un peu) celle des avions P38

Pour rigidifier cette construction peu banale, le petit portique arrière joue un rôle essentiel. Il doit donc être mis en place dès le début de l’assemblage quille(s)-couples. Comme à mon habitude, je vais construire sans chantier, mais en installant au fur et à mesure les éléments raidisseurs que seront le pont et le portique arrière, et en renforçant le bordage par un mélange colle+sciure appliqué au fur et à mesure de la construction. Celle-ci nécessitant un séchage lent va s’étaler sur trois ou quatre semaines

L’avant du bateau est traditionnel. La robustesse de l’armature étant indispensable, j’ai utilisé des couples épais en ctp 12mm

24 lignes de couples, 12 couples complets à l’avant, et deux fois 12 demi-couples à l’arrière, avec, pour la rigidité, le prolongement des quilles arrières sur 5 couples complets.


-  Sur la photo de gauche, vue depuis la proue, on voit bien en bas de l’image le prolongement des deux quilles arrières sur plusieurs couples complets
-  Sur la photo de droite, on comprend que le portique arrière a une importance capitale sur la rigidité de l’ensemble. Il n’est pas posé sur le pont, mais encastré profondément contre les demi-couples)

-  Les couples sont découpés en ctp marin de 12mm
-  Les quilles sont tirées d’un barreau de chêne raboté de 12x12mm
-  Les pièces d’étrave et d’étambots sont en ctp 12mm

Des renforts sont installés dès le début - 32.8 ko
Des renforts sont installés dès le début

-  Avant même de commencer le bordage, des éléments du pont sont déjà collés en place aux deux poupes (1) et à hauteur du maître couple (2) Les parois du chenal sont mises en place
-  De même, le portique arrière est solidement fixé(3)
-  Là où les quilles sont côte à côte, un plancher (vaigrage) est également collé (4)

La coque prête à recevoir la peinture - 21.1 ko
La coque prête à recevoir la peinture
Le bois est imprégné de plusieurs couches de G4 très dilué (1x G4 + 3x thinner) par l’extérieur, puis essuyé légèrement avant de passer une couche 1x G4 + 1x thinner, puis enfin G4 pur, sans jamais attendre la complète polymérisation entre les couches. Ce traitement garantit une insensibilité absolue de la coque à l’eau. Par l’intérieur, la coque est DURCIE par application de colle+sciure de chêne/hêtre puis, après séchage, peinte avec un reste de couleur extérieur LEVIS

L’avant de la coque

Le pont avant et une partie du pont central ont été établis directement lors de l’assemblage quille-couples pour contribuer au renforcement. Le vaigrage (plancher) a empêché le vrillage de la coque

Les deux étambots

Tout l’arrière des double-coques est réalisé en bois pétrissable. Plus facile à modeler que les habituels blocs de bois ou de balsa, ce produit suppose une finition fine à l’enduit après imprégnation de G4

Les demi-coques

Le livet de pont est réalisé sur tout le bateau AVANT la pose des bordages, ce qui contribue fortement à la rigidité de la structure et permet sans risque la construction volante, sans chantier

Bordage de la coque

Le bordage est réalisé en lattes 3x10x100, en peuplier. Les quilles ayant une largeur de 12mm, des entretoises de 3x1x100 (noires sur la photo) permettent de rattraper la différence en largeur. La coque est imprégnée de G4 AVANT d’être enduite

Les deux poupes en cours de finition.

Le recul du safran et la fine épaisseur du pont au niveau de la jaumière vont imposer un système de commande des gouvernails par secteurs apparents sur le pont

et voilà, la coque est faite !
-  Trois semaines ont été nécessaires car le séchage doit être lent pour éviter tout vrillage de l’ensemble.
-  Trois semaines qui ont été mises à profit pour déjà commencer les éléments de la superstructure. Les articles suivant vont détailler la constructions des différents éléments . Il y a du boulot, sur un tel bateau !