Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

samedi 21 octobre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Drague à godets Henri Boutteville

La drague de Charles Ribiollet

Albertus

Monsieur Charles Ribiollet est l’auteur de l’article sur la drague Henri Bouteville paru dans le MRB 209. C’est avec grand plaisir que je lui cède la parole pour présenter son bateau


"Cette semi-maquette que j’ai réalisé à l’échelle 1/30e mesure 1,80 m. et pèse 30 kg. Elle a été commencée fin 1959, j’avais 27 ans ! J’avais déjà passé plusieurs mois à en redessiner le plan des formes. En effet, les plans du Chantier Naval, que j’ai toujours en ma possession, ne présentaient pas les formes de la coque que j’ai déduit des courbes du pont et de celles des ponts intermédiaires avants et arrières. Sur le plan MRB, le dessin du tracé des couples est le résultat d’un plan de formes long de 1,80 m.

Ma philosophie était de construire une maquette qui soit très mécanisable. Les "maquettes exactes" ne sont pas faites pour moi !

Vous verrez sur les photos que la transmission entre moteur et chaîne à godets se fait par une seulle chaîne, ici non protégée, et un seul couple de pignons au sommet du portique. Ceci pour un un problème financier : à l’époque je n’avais pas d’argent à jeter par la fenêtre... ni maintenant non plus !

Au départ, je voulais la faire fonctionner au moyen d’une machine à vapeur, mais c’était une utopie.

N’ayant pas respecté toutes les formes du plan d’origine, je ne pouvais pas lui conserver son nom. D’autre part, c’est un bateau qui a un certain caractère et on ne peut pas lui donner n’importe quel nom. Qui plus est son nom est très long et découper toutes ces lettres à la main, représente un cetain travail à faire plusieurs fois. Je pensai que dans la mythologie grecque, j’allais trouver le personnage qui correspondrait à sa fonction de drague. Un jour j’ai pensé à ANTEE. Je ne savais pas qui il était ; après renseignements Antée est un géant du même genre qu’Atlas. Son père est Poseidon, dieu de la mer, mais il est aussi le fils de Gaïa, déesse de la terre ; Dans cette filiation se retrouvait la fonction d’une drague..... D’autre part ce nom ne fait que 5 lettres.

Avant cette maquette, javais réalisé un remorqueur qui fonctionnait à vapeur avec une turbine de ma fabrication. !!!! C’est la raison pour laquelle j’ai bâti sur la drague un roof de plus grande dimension ...qui en définitive contient 3 batteries de 6 V, dont 2 couplées pour obtenir 12 V.

Les moteurs d’hélices sont indépendants et peuvent tourner en 6 ou 12 V. en marche avant ou arrière ce qui donne 2 vitesses.

Avec la télécommande, j’ai ajouté un petit plus dans mes cheminées avec un fumigène que je pouvais commander à distance, mais ce n’est pas spectaculaire...

Ce qui est amusant, c’est qu’en 1977, donc bien après sa mise en chantier, en feuilletant un livre de "France Outremer", recueil de revues reliées, chez un beau-frère, je suis tombé sur une grande photo et un petit historique de cette drague. Du coup, mon beau-frère m’a fait cadeau du livre. La grande photo qui se trouve dans le MRB de 1979 provient de cette revue.

En 2000, je suis allé à La Réunion et ayant visité le port, j’ai rencontré le directeur à qui j’ai demandé ce qu’était devenue cette drague.
-  Eh bien, m’a-t-il dit, elle a bien travaillé ! Nous avons finalement récupéré tout ce qui était récupérable et nous avons vendu la coque à Madagascar.

Dragage en cours - 28.9 ko
Dragage en cours
La potence arrière fait descendre l’élingue supportant la chaîne à godets

Ma drague, c’est du tout fait main, sauf les guindeaux avant faits avec un compteur à rouleaux que j’ai motorisé : il avait la bonne dimension pour faire un guindeau opérationnel... La grue arrière fonctionne grâce à 3 manivelles.. Vous remarquerez évidemment la chaîne à godets avec ses 44 godets taillés dans du fer blanc...

Les pieds dans l’eau... - 44.5 ko
Les pieds dans l’eau...
Toujours en forme, Charles vous présente sa magnifique réalisation de la drague Boutteville

Le monde est petit... Internet est grand !

Monsieur Charles Ribiollet, l’auteur de l’article parut en 1979 dans la revue MRB est maintenant âgé de 76 ans. Comme tout le monde, il s’est un jour équipé d’un PC et, comme tout le monde, il a surfé sur le web en cherchant dans les sujets qui lui sont chers ! Dans le domaine du modélisme naval, il est tombé sur NavimodélismeRC et sur la série d’articles traitant de la drague Boutteville, bateau qu’il a construit et article qu’il a écrit dans la revue Modèle Réduit de Bateaux. Il m’a aussitôt contacté, me proposant des photos de sa construction. C’est avec un grand plaisir et une certaine fierté que nous l’ accueillons dans ces pages pour y présenter SA drague.



Sur l’eau, la drague a fière allure, avec ses deux grandes cheminées rouges portant le sigle de la compagnie

Détail des godets - 16.6 ko
Détail des godets
Il y en a 44, façonnés dans du fer blanc

Interprétation modifiée du plan, initialement prévue dans le but d’animer la maquette à la vapeur

Vue d’une partie des installations internes - 15.5 ko
Vue d’une partie des installations internes


Ci-dessous quelques photos d’un autre constructeur de cette drague : il s’agit de Monsieur Michel Aussenard de Navimodèle 45 (Orléans).

Détail de la drague de Michel Aussenard

La drague de Michel Aussenard

Michel a même mis une réplique de la drague en bouteille !