Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

lundi 24 juillet 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Cheviot

Les roues à aubes
Construction pas à pas dans le détail

GéGé

Préambule

Je ne connais pas l’origine de la légende véhiculée par certains modélistes qui affirment qu’un bateau à roues latérales ne vire pas de bord si l’on ne réalise pas une transmission indépendante pour chaque roue. Ils vont même jusqu’à affirmer qu’il est nécessaire d’inverser le sens de rotation de la roue qui se trouve à l’intérieur du virage !

Ont-ils déjà navigué sur des bateaux à roues à aubes pour affirmer une telle chose ?

En ce qui me concerne, j’ai passé de nombreuses journées sur ce type de bateau. Je suis donc en mesure de vous affirmer qu’ils virent très bien sans cet artifice et qu’il en va de même pour une maquette.

Je possède actuellement trois bateaux à roues, qui virent très bien de bord, et il ne me viendrait pas à l’idée de changer quoi que ce soit à leur conception.

Préparation des composants.

Dans le cas du Cheviot, en observant bien la photo qui sert de modèle, on se rend compte que les roues sont à pales fixes et en bois. Nous sommes en 1863 et le système d’articulation des pales n’est pas encore utilisé sur ce bateau. Le rendement général s’en trouvera donc très légèrement affecté.

Découpe des flasques - 14.5 ko
Découpe des flasques

Finition soignée à la lime pour chaque ouverture - 17.6 ko
Finition soignée à la lime pour chaque ouverture

Toujours pour une question de poids, je décide de réaliser la totalité des roues en bois, armature comprise. Cette armature sera donc découpée dans un contre-plaqué multi-plis de très bonne qualité. Le tout est découpé et soigneusement terminé à la lime puis repris au tour pour le diamètre extérieur.

Tournage et perçage des moyeux - 18.4 ko
Tournage et perçage des moyeux

Les moyeux sont tournés dans du bois dur et le trou de passage de l’axe est fourré d’un tuyau aluminium de diamètre intérieur 6mm, ce qui permet un ajustement parfait avec l’axe.

Les pales sont constituées de planchettes de tilleul assemblées entre elles.

Les composants prêts pour l’assemblage - 24 ko
Les composants prêts pour l’assemblage

Comme le tout sera en contact permanent avec l’eau, il faut veiller à bien imprégner tous les éléments de résine 2 composants très fluide, de manière à nourrir le bois et bien boucher les pores. Les divers éléments reçoivent pour terminer plusieurs couches de verni pour la mise en couleur

Prêt pour la mise en peinture des cache-roues - 17.5 ko
Prêt pour la mise en peinture des cache-roues

Assemblage

J’ai réalisé un gabarit d’assemblage me permettant de monter les deux roues avec un minimum de mal-rond et de battement. Les armatures (flasques) sont collées et vissées sur le moyeu central et les pales sont collées (rivetées) une à une sur ces armatures en contrôlant bien chaque fois, le battement, le mal-rond et l’équilibrage.

Gabarit d’assemblage - 11 ko
Gabarit d’assemblage

Une flasque, composée d’une rondelle laiton (épaisseur 2mm) sur laquelle j’ai soudé un manchon de diamètre 12 mm avec deux vis latérales, vient se fixer sur le coté intérieur de la roue. C’est ce qui assurera la fixation et l’immobilisation de la roue sur son axe.

Détail de la roue tribord - 15.6 ko
Détail de la roue tribord

Les deux roues maintenant assemblées sont montées sur l’arbre de transmission du bateau, d’un diamètre de 6mm. Comme le groupe vapeur est opérationnel, un petit essai me confirme que tout est ok et fonctionne bien.

Essai de fonctionnement. Remarquez la très longue cheminée ! - 25.3 ko
Essai de fonctionnement. Remarquez la très longue cheminée !

Il faut maintenant habiller ces roues, c’est-à-dire réaliser l’armature qui va soutenir l’axe à l’extérieur de celles-ci et les deux caches qui protègent des projections d’eau. Toujours par souci de légèreté, le bois utilisé est soigneusement choisis. Ainsi, par exemple, les caches sont réalisées en contre-plaqué (épaisseur 1 et 0,6mm). L’intérieur est fibré au tissu 25 gr/m2 pour l’étanchéité. Ces caches sont maintenues en place par quatre vis et sont donc très facilement démontables.

Pose de l’armature de maintien des cache-roues - 16.7 ko
Pose de l’armature de maintien des cache-roues

Pose des cache-roues - 13.2 ko
Pose des cache-roues

A ce stade de la construction il est donc toujours possible :
-  De sortir facilement le groupe vapeur en dévissant les quatre vis de maintien de la plaque de base qui repose sur les traverses.
-  Démonter une ou les deux roues pour une réparation éventuelle

Dans le prochain article, vous suivrez la finition du pont et de son infrastructure, la réalisation de l’accastillage et l’installation de la radio-commande