Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

mardi 23 mai 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le Liberté

Retour sur le LIBERTE
Présentation de ma construction du Bautier de Barfleur LIBERTE

GéGé

Titillé par l’excellent article d’Albertus déjà paru sur ce site alors que je cherchais à construire un vieux gréement, je n’ai pas résisté au plaisir de réaliser ce bateau après en avoir acheté le plan à la revue MRB.

Je souhaite aujourd’hui revenir sur quelques points de ma propre construction. Inutile de reprendre celle-ci dans le détail, je vais simplement vous faire part de mes expériences en essayant d’apporter un complément à l’article très complet et détaillé déjà publié en 2003 par Albertus.

J’ai choisis ce voilier pour sa gueule sympathique, sa belle coque noire, et surtout pour sa réputation de voilier performant, c’est à dire manœuvrant et rapide. Je dois également vous avouer que, avant de me lancer dans cette réalisation, j’ai lu et relu l’excellent livre "construction sur membrures" écrit par Jean-Claude Chazarin. Ce livre est une formidable source de renseignements, de conseils et d’astuces et j’en ai fait mon livre de chevet pendant toute la construction du Bautier.

La coque.

Pour la pose et le collage des couples, puis des premiers bordés sur le haut de la coque, j’ai réalisé une solide fixation sur mon chantier.

Début de construction avec posage solidement fixé au chantier. Remarquez les barrots provisoires pour chaque couple - 48.9 ko
Début de construction avec posage solidement fixé au chantier. Remarquez les barrots provisoires pour chaque couple

Ce dernier me permettait d’aligner de manière très précise les couples et de coller les premiers bordés en évitant toute déformation, jusqu’à obtenir un ensemble suffisamment résistant pour terminer le bordé quille en l’air.

Pose des premiers bordés - 40.7 ko
Pose des premiers bordés

On continue quille en l’air. On distingue bien l’usinage de la quille permettant d’y loger une partie du lest - 48.8 ko
On continue quille en l’air. On distingue bien l’usinage de la quille permettant d’y loger une partie du lest

Vous remarquerez que deux couples sont ajourés pour laisser place au moteur. Oui je sais, d’aucun vont crier à l’hérésie car le LIBERTE lancé en 1900 n’avait pas de moteur. Je répondrais que cette petite entorse n’est que peu visible en exposition statique et absolument invisible une fois sur l’eau. C’est par contre une aide précieuse en cas de pétole, pour manœuvrer au port, et parfois pour aider le bateau à virer vent debout. A remarquer que les Bautiers, après 1930, étaient motorisés.

Détail de la motorisation. La partie amovible de la quille à la base du safran permet le démontage de celui-ci et permet également de sortir l’arbre d’hélice pour l’entretient ou une réparation éventuelle. - 34 ko
Détail de la motorisation. La partie amovible de la quille à la base du safran permet le démontage de celui-ci et permet également de sortir l’arbre d’hélice pour l’entretient ou une réparation éventuelle.

Une autre petite entorse pratiquement invisible : comme le conseille Jean-Claude Chazarain, la quille à été rehaussée de 15 mm permettant d’y fraiser un logement plus important pour le lest, ce qui abaisse le centre de gravité et améliore le couple de rappel. Enfin, le traditionnel plomb (densité 11.3) à été remplacé par du métal lourd (densité 18) ce qui donne tout de même pour un dm3 une différence de poids de 6,7kg.

Bordage terminé coque prête à être fibrée. La quille est plus haute de 15 mm. - 43 ko
Bordage terminé coque prête à être fibrée. La quille est plus haute de 15 mm.

Toute la coque est fibrée au tissus de verre 25 gr/m2 et résine époxy. Avantage de la fibre 25gr ? Elle est si fine que les défauts et les bordés restent visibles sous la trame. Après ce traitement, la coque est par contre bien protégée de l’humidité et parfaitement étanche.

La radio commande.

Liaison safran-servo simplifiée à l’extrême et inspirée de l’aéromodélisme, les célèbres chapes à boule. Simple, efficace, jamais en panne ! 40 ans d’aéromodélisme, cela laisse des traces !

Commande du safran par chappe à boule - 11.7 ko
Commande du safran par chappe à boule

Servo-treuil avec, en remplacement de la poulie d’origine, une poulie à 3 étages en bois sur laquelle viennent s’enrouler les écoutes de voiles guidées par des tubes à l’intérieur de la coque. J’ai donc scrupuleusement suivis l’implantation prévue sur le plan, même si j’avais quelques doutes à se sujet.

Installation RC. Les 3 tubes de guidage des écoutes jusqu’aux poulies ne sont pas encore montés. - 49.1 ko
Installation RC. Les 3 tubes de guidage des écoutes jusqu’aux poulies ne sont pas encore montés.

Installation terminée, le guidage des écoutes se fait au plus près des poulies - 35.2 ko
Installation terminée, le guidage des écoutes se fait au plus près des poulies

Une seule batterie au milieu de la coque pour l’alimentation du moteur et de la réception, via un variateur. L’antenne reste entièrement dans la coque déployée à l’intérieur d’une gaine plastique. Cela peut surprendre mais testé à plus de 500 mètres je n’ai jamais eu de problèmes réception. Inutile donc de faire monter vos antennes le long du mât ou d’un hauban.

Le safran.

Toujours selon les conseils de Jean-Claude Chazarain j’ai également triché sur la surface du safran en l’augmentant légèrement ce qui permet une meilleure manœuvrabilité.

Le safran légérement agrandi - 15.9 ko
Le safran légérement agrandi

Le rouf et le pont.

En prévision de navigations sur mer particulièrement agitée, mes améliorations personnelles sont : Pour les trappes de visites et le rouf, des hiloires de 10 mm ce qui permet d’inonder le pont sans avoir de l’eau qui pénètre dans la coque. Le rouf possède un faux fond étanche. En cas d’inondation du pont l’eau qui pourrait éventuellement passer par les portes du rouf est donc retenue et ne pénètre pas dans la coque.

Les lames sont posées sur une première couche de CTPL de 0.8mm - 8.7 ko
Les lames sont posées sur une première couche de CTPL de 0.8mm

Avant de poser les lames du pont, ce dernier à été entièrement recouvert par un contre-plaqué de 0,8 parfaitement étanchéifié par 4 à 5 couches de fond dur. Donc, même si quelques gouttes d’eau devaient passer entre les lames de pin du pont elles seraient retenues par cette barrière.

Dans la prochaine publication nous parlerons du pont, du rouf, des voiles et de l’accastillage