Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

samedi 29 avril 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le Malamok

Le treuil de pêche du Malamok par Alain
Le treuil de mon Malamok

Alain Meyer

J’ai construit le treuil de mon Malamok (qui est toujours actuellement sans nom) avec du bois Ctp de peuplier et ctp de bouleau), carton (manchon de papier cadeau), laiton, acier, et de plusieurs colles adaptées. Il m’a fallut pas mal de temps, de documentation et d’imagination pour pouvoir me servir des photos de treuil à ma dispositon, réelles et de modèles réduits dont celles de notre ami Albertus traitant du même sujet.

Premier essai d’assemblage - 49.4 ko
Premier essai d’assemblage
La base et ses montants en ctp de peuplier, le rail du guide en laiton, un tambour en tube carton et ctp.

Le plus difficile était de trouver un moteur et sa démultiplication pour obtenir un treuil fonctionnel en pêche aux cannes ou au chalut. J’ai choisi un moteur de lecteur CD d’automobile en 12 volts (2350 tours/minute) et des roues dentées de pendule neuchâteloise fournies par un voisin horloger. J’ai construit une cage en laiton pour pouvoir fixer le moteur et les engrenages, et le tout devait se dissimuler entre les deux montants centraux du châssis.

Moteurs et engrenages - 54.4 ko
Moteurs et engrenages
Le treuil est monté et maintenant on passe à la mise en place et l’adaptation de toutes ces pièces.

La largeur des engrenages et leur position décalée les uns par rapport aux autres ont nécessité une cage un peu plus large que prévue et les montants qui la contiennent ont dû être décollés et écartés de 6mm.

L’axe principal du treuil supporte les deux tambours et les poupées. Entre les montants du centre, qui deviennent la boîte de transmission, est montée la roue d’entraînement de la démultiplication et le système de manœuvre du guide-fune.

Il faut signaler que le treuilliste devait manoeuvrer le guide pour que les funes s’enroulent plus ou moins bien sur les tambours afin d’éviter les surpattages et le bloquage du treuil.

Retour au modèle :

L’axe principal traverse quatre montants. Sur chacun d’eux j’ai fixé un roulement à bille étanche pour faciliter la rotation de l’axe et diminuer l’effort pour le moteur. Je pense que grâce à la démultiplication obtenue je n’aurais pas de problème. Les tambours tournent entre dix et vingt tours minute.

Le treuil partiellement monté - 71.8 ko
Le treuil partiellement monté
Préparation du gabarit pour le montage sur le pont. L’ouverture sera rectangulaire.

Sur la photographie ci-dessus on aperçoit l’intérieur de la boîte de transmission et le système de manoeuvre du guide funes.

Sur la photographie de l’original, en haut de la colonne de droite, on aperçoit trois volants. Celui du centre gère le fonctionnement du guide-funes. A gauche et à droite, les volants actionnent les freins des tambours. En effet. il fallait pouvoir régler la longueur des funes pour que le chalut soit perpendiculaire à l’axe de marche du bateau. Vu que les potences se trouvent une fois sur l’arrière ou sur l’avant et que l’on monte le chalut également par les potences avant, il pouvait y avoir une différence de plusieurs mètres, d’où le débrayage d’un tambour après l’avoir freiné. La fonction de treuilliste sur un chalutier est primordiale lors de la manoeuvre du chalut.

Freins des tambours - 35 ko
Freins des tambours
Bandes de laiton, tiges filetées, écrous et supports.

Frein du tambour - 60.6 ko
Frein du tambour
Le volant blanc actionne une tige filetée montée sur un support, qui déplace un écrou sur lequel est soudée une extrémité de la bande en laiton. L’autre extrémité de la bande en laiton est soudée sur le support de la mécanique. La bande est ainsi serrée et enserre la flasque fixée au tambour.

Treuil vu de face - 47.5 ko
Treuil vu de face
Le guide d’enroulage des funes est actionné par le volant rouge par un revoi sur un engrenage plat. Les poupées sont installées en bout d’axe.

Le treuil sur un bateau a besoin d’une source énergétique pour le faire fonctionner. Les cabestans étaient actionnés à la force des bras, certains sur deux ou trois ponts superposés, pour pouvoir augmenter le nombre de marins assignés à la tâche. Puis la vapeur fît son apparition et ensuite les moteurs diesel de propulsion avec des transmissions plus ou moins fiables. On peut dire que la pêche a fait évoluer l’utilisation du treuil de chalut. A tel point que des firmes se sont spécialisées dans ce genre d’accessoires. Il en existe de toutes les grandeurs selon les besoins et les utilisations.

Treuil à bord de l’Iguane - 28.7 ko
Treuil à bord de l’Iguane
Photo tirée de l’excellent site Bateaux de Pêche des Côtes de France. Ces treuils étaient entraînés par une couroie en cuir, via une poulie située sur la sortie de l’arbre moteur, et entraînant une autre poulie située sur le contre arbre du treuil.


Le fonctionnement de mon treuil est assuré par un moteur électrique de 12 volts et un système de démultiplication à base d’engrenages récupérés sur de vieilles pendules. Les tambours sont montés sur l’axe principal et entrainés par une goupille coudée, noyée dans le tambour du frein. L’engrenage de transmission de l’axe est fixé par une goupille à ressort.

Goupille coudée du tambour - 37.5 ko
Goupille coudée du tambour

Laissons parler les images :

Repérage - 40.5 ko
Repérage
Les roues dentées sont présentées à partir de l’axe principal du treuil et les mesures sont prises pour la fabrication des joues de la cage.

Montage dans la cage - 61.2 ko
Montage dans la cage
Après la construction de la cage, les axes des roues dentées sont ajustés à sa largeur. Le moteur est fixé en place et la roue d’entrainement est préparée pour être montée sur l’axe principal

Treuil vu de dos - 42.5 ko
Treuil vu de dos
Vu depuis la place du treuilliste. Les volants blancs actionnent les freins, le volant rouge actionne le guide des fûnes

Les bandes servent à serrer la flasque montée sur le tambour. Elle sont soudées sur des écrous et sur le support de la mécanique qui, elle, est fixée au chassis. J’ai bien regardé les freins d’une charrette tirée par l’un de mes chevaux et les modèles réduits de freins réalisés pour le treuil fonctionnent aussi bien que ceux de la charrette.

La mécanique du frein - 36 ko
La mécanique du frein


Et voilà le travail ! 120 pièces et un poids de 390 gr. C’est la première fois que je comptabilise les pièces utilisées et montées. Leur nombre m’a étonné moi-même. La hauteur du treuil en modèle réduit correspond à un treuil de 82 cm de haut.

Merci au modéliste qui m’a transmis les plans du Galaxie. Ils vont me servir pour de nombreux détails de plan de pont et de pièces à fabriquer. J’ai égaré son adresse mail. Qu’il me donne de ses nouvelles. A la prochaine, pour la fabrication du mât.

Amitiés à tous et bonnes constructions. Alain