Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

lundi 21 août 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Construction d’une coque en bois

Construire une coque, c’est facile -1
Un peu de théorie simple à comprendre !

Albertus

Il existe différentes techniques de construction, plus ou moins faciles, et qui chacune conviennent à un modéliste habitué à cette technique.

Pourtant, la construction d’une coque de bateau nécessite de faire attention à tant de choses, qu’il est plus intelligent de commencer par une des technique les plus fiables. Malheureusement, cette technique n’est pas celle décrite par les modes d’emploi imprimés dans les kits de construction bois.

La rigueur et la précision obtenue par la découpe laser ou la découpe au jet d’eau des pièces fournies dans les kits de qualité permettent généralement d’éviter les plus grosses déconvenues, et les nouvelles techniques d’assemblage proposées par certaines marques sont garantes d’un résultat valable, mais si le modéliste qui choisi un kit a compris en lisant ces articles à quoi il doit faire attention, il aura plus facile de suivre la méthode décrite par les fabricants.

De plus, le modéliste "mordu" ne tardera pas à se lancer dans une construction d’après un plan, un vrai plan, pas un mode d’emploi d’assemblage ! Cela lui permettra entre autres d’avoir un bateau choisi et personnalisé selon ses propres critères. Et à un prix généralement moindre !

Donc, à lire (et à relire) sans modération.

Un peu de théorie pour commencer


-  Savoir lire un plan a bien entendu une importance capitale que nous allons détailler. Il faut savoir qu’un plan de modèle réduit n’est pas forcément un plan de bateau réel que l’on a réduit.
-  Les matériaux utilisés en construction réduite sont les mêmes, mais leur densité relative face à leur environnement (l’eau) est différente.
-  Les plans de modélisme de qualité ont été corrigés éventuellement par leur concepteur, car c’est bien de concevoir et pas seulement de réduire qu’il s’agit.
-  Le nombre des couples aura été adapté, le tirant d’eau aura peut-être été légèrement augmenté et parfois le centre de gravité revu en fonction de l’implantation des différents éléments techniques

Echelle
-  La notion d’échelle est facile à comprendre (un bateau de 20 mètres à l’échelle 1/20e mesurera 1 mètre) et il est facile d’admettre que TOUS les éléments de la maquette doivent être à la même échelle. C’est logique, et cela paraît toujours évident ! !

Poids
-  La notion de poids du modèle est peut-être bien plus importante, et pourtant rarement envisagée en démarrant le modèle réduit. Simplement parce qu’on n’a pas compris son importance.

Pourtant, si un bateau réel pèse 56 tonnes, sa maquette au 1/20e DEVRA peser toute finie 7 kgs afin de flotter comme le vrai, enfoncé jusqu’à la ligne de flottaison dessinée sur le plan, mais aussi LE CENTRE DE GRAVITE de la coque devra se situer à l’endroit déterminé sur le plan, et en tous cas le plus bas possible dans le bateau.
-  Le poids de la maquette est obtenu en divisant le poids réel du bateau par le cube de l’échelle.
-  Donc avec un bateau de 56 tonnes au 1/20e, on devra avoir :

(cube=20x20x20=8000) donc 56000 : 8000 = 7 kg .
-  Pour ce poids final, il faut faire attention de choisir les bons matériaux pour la construction avant de l’entreprendre !

au 1/25e cela ne fait plus que 3,6 kg ! Dur dur !

Par contre, construit au 1/15e cela permettrait de monter à 16,6 kg ! aucun soucis à se faire !

La structure d’un bateau modèle, le principe de base :

Comparée à un squelette, on va discerner en gros : la colonne vertébrale, c’est la quille avec l’étrave et l’étambot, les côtes sont constitués par les couples et le bordage représentera la peau
-  La charpente axiale du bateau est constituée de la quille, de l’étrave et de l’étambot


-  Le tracé de ces pièces est à relever sur la vue de profil du plan
-  La charpente pourra être découpée d’une pièce dans un contreplaqué de qualité, d’épaisseur adaptée, ou réalisée en assemblant les éléments formés séparément à partir de tasseaux de bois bien droits. On choisira un ctp de Bouleau ou de Méranti, et des tasseaux de Samba ou de Hêtre
-  Sur la vue de profil, sont indiqués et numérotés les emplacements des différents couples.
-  Par facilité, ceux ci ne seront pas réalisés comme en charpentage de marine (14 éléments pour constituer un couple) mais découpés dans du contreplaqué plus fin que la quille, généralement un ctp de peuplier.
-  Les couples seront décalqués d’apres le plan, ou celui ci reproduit par photocopie ou au scanner en prenant soin de positionner le plan dans le même sens pour tous les couples (une photocopieuse et un scanner à plat déforment toujours dans le sens de l’analyse)
-  Les couples "papier" devront être vérifiés avant d’être collés sur le ctp (avec une colle sèche)


-  La moindre erreur de symétrie dans le tracé d’un couple, lors du dessin du plan ou de la découpe du ctp, aura des conséquences visibles sur la construction finale. Simplement par pliage, il est facile de contrôler la symétrie des couples "papier"
-  Les couples sont généralement enfichés sur la quille grâce à la découpe de varangue, cette entaille qui permet au couple de chevaucher la quille
-  La rigueur dans le tracé et dans la découpe de cette entaille est primordiale.

Une fois les couples fixés en place, on pourra commencer le bordage de la coque en la recouvrant de lattes jointives ou de panneaux. Les lattes sont collées sur le chant des couples, et collées entre elles par leur chants. Si les lattes choisies sont trop souples et qu’il y a des défauts dans la découpe des couples, il est facile d’imaginer le résultat désastreux qui apparaîtra au final, c’est à dire généralement trop tard. Avec des lattes de qualité, d’une essence et d’une épaisseur adaptées, la latte posera sur tous les couples sauf si ceux-ci ont des défauts. On pourra alors facilement corriger ces défauts de symétrie en ajoutant des épaisseurs ou en ponçant des débords, et si le couple était parfaitement symétrique, c’est sa position sur la quille qui pourra être avancée ou reculée de quelques dixièmes de mm afin d’obtenir une pose parfaite.


Vous trouverez, en haut de la colonne de droite, les liens directs vers les autres articles expliquant la construction d’une coque de bateau

Faire un article qui décrit comment construire une coque n’est pas possible. La chose est trop complexe que pour pouvoir se décrire sur une page de texte. C’est donc dans une série d’articles qui se suivront que je vais me lancer, en essayant de ne pas sauter des étapes, et en choisissant une technique de construction facile à mettre en oeuvre et qui donne toutes les garanties de réussite.


Sur un plan destiné aux modélistes on trouve toujours la vue de dessus et la vue de profil du bateau, avec sur cette dernière l’emplacement de la ligne de flottaison.

C’est cette ligne qui sert de référence horizontale, et pas la ligne de quille, même si sur certains modèles ces lignes sont parallèles.

On trouve aussi, au moins, le plan des formes verticales. C’est ce dessin compliqué où les formes extérieures du bateau sont reprises couple par couple de part et d’autre d’une ligne verticale.

On trouve également une ou deux coupes verticales qui dessinent la section du bateau ou de la cabine selon un sens de vue et un endroit défini sur la vue de profil. quelques détails peuvent figurer sur le plan, comme un treuil, un mât, etc

Enfin, les couples y sont parfois dessinés séparément, complets ou par demi.

Le plan des formes verticales.

C’est la représentation graphique des formes extérieures de la coque d’un bateau. A droite de la ligne médiane, le dessin de l’extérieur de la coque au niveau des couples avants. A gauche de la ligne, les couples arrières.
-  C’est donc de ce dessin qu’on va partir pour dessiner les différents couples du bateau à construire, en décalquant chaque couple et en reproduisant sa demi silhouette par symétrie.
-  Mais on a bien dit "dessin des lignes extérieures de la coque", c’est à dire les formes de la coque AVEC le bordage. Lors du dessin des couples par décalque, il faut donc absolument déduire à l’extérieur l’épaisseur du bordage qu’on aura choisi de poser

J’en reste là pour ce premier article afin de ne pas vous donner d’indigestion. Nous avons donc résumé le principe de base de la construction bois pour les bateaux navigants.

Nous avons pointé ce qui est important.

Ces articles ne sont pas à prendre comme un cours, des bouquins existent écrits par des gens souvent très compétents.
-  Je dis "souvent", car il y a aussi des livres à éviter, hélas !

Dans les articles à paraître dans cette série, je vous détaillerai la méthode dite "quille en l’air" qui est celle que je préfère pour sa facilité et sa fiabilité, bien que, je l’avoue, ne l’employant pas systématiquement.