Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

samedi 21 octobre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le Malamok

La coque du Malamok -2 par Alain

Alain Meyer

La dernière fois je vous ai montré le début du montage de la coque. Alors on continue. Maintenant il faut finir cette coque jusqu’à la préparation pour l’aménagement technique de l’intérieur.

Comme le gaillard est volumineux j’ai pensé qu’il serait la place idéale pour le haut-parleur du bruiteur (diesel et sirènes). J’ai récupéré le HP d’une radio

Le HP a 9 watts maximum pour 12 volts et un diamètre de 10 cm, ça fonctionne avec le bruiteur en ma possession.

charpente du gaillard. - 57.8 ko
charpente du gaillard.
Une véritable charpente, avec un pont latté.

Le haut-parleur - 41.5 ko
Le haut-parleur
Présentation du haut-parleur dans la charpente.

Une bonne chose de faite ! Maintenant pontage et présentation des potences avant et du portique arrière.

La platine de télécommande en place - 50.1 ko
La platine de télécommande en place
Le secteur de barre monté sur la mèche à gauche. Sous le sabord un renfort pour la fixation du portique, le même en bas.

Pendant que les différents collages sèchent, préparation et mise place de la platine de télécommande.

Un beau meuble - 46.1 ko
Un beau meuble
La coque brute de fabrication, sans lest, prête aux finitions.

A ce stade, je passe sur les détails de construction pour arriver à vous présenter une méthode de finition extérieur de la coque. Je ponce, je mastique et reponce, je laque et re-reponce, re-laque nitro, re-mastique et re-re-reponce ! ouf ! Après une dermière couche de laque nitro, je pose un papier japon (papier utilisé pour entoiler les avions en modélisme) Après un bon séchage et une dernière couche de nitro je passe un papier de carrossier très fin pour enlever le brillant. Alors je pose la première couche de peinture diluée. Il est encore temps de corriger les petits défaults qui vont apparaître. On fait alors la finition à la bonne couleur et au nombre de couches suffisant, sans oublier de poncer entre chaque couche.

Papier japon - 60.2 ko
Papier japon
La première couche de laque est posée.

Maintenant on peut passer au lestage extérieur. Des bandes de plomb chinées chez mon couvreur préféré, de la colle, une bande métal (14x5mm) et des vis. Voilà, j’obtient ainsi un lest externe de 780 g de plomb et 760 g de bande molle avec les vis. Je pense que 1540 g à fond de coque ça aide à la stabilité.

Sur ce genre de bateaux (et bien d’autres...) une quille de ragage était montée sur le bouchain. Elle servait principalement à protéger la coque à l’échouage, lors de la marée basse, (oubli des quilles posées trop tard par le mousse... toujours sa faute à lui...)

Oeuvres vives - 71.2 ko
Oeuvres vives
Quille lestée et bande molle, pose de la bande de ragage, maintenue en place pendant le collage au moyen de papier collant


ERREUR...... Là je mérite une grande baffe sur le nez !

J’aime regarder l’avancement de mes maquettes en les regardant sous tous les angles et en m’imaginant leur vie dans la réalité. C’est lors d’une de ces rêveries que je me rends compte que je n’ai pas asser de place pour le treuil devant la timonerie. Il faut changer la position de la cabine (plus en arrière) si je veux pouvoir mettre le mât, l’écoutille de la cale à poissons, le treuil, le treuilliste. Pour y arriver une seule solution couper et coller, positionner et remettre le tout en place.

Erreur.... - 37.9 ko
Erreur....
A gauche, la timonerie est trop en avant ! A droite, la timonerie a été reculée de 7 cm

Traitement extérieur de la coque. Il s’agit d’assurer l’étanchéité, surtout sous la ligne de flottaison et plus haut (jusqu’au livet de pont). Pour ma part je pose un papier japon à la laque nitro (séchage rapide). Plusieurs couches de laque avec chaque fois un ponçage au papier carrossier 250/300, à sec. Pas mal de poussière mais je ne le fais pas au salon (non pas sur la tête le rouleau, Amour).

Papier japon - 39.3 ko
Papier japon
Sur le tableau, jusqu’au niveau du pont.
Tableau - 39.1 ko
Tableau
Ce résultat est obtenu après une première couche de laque.

Lest extérieur..

Pour la stabilité du modèle, il faut mettre un maximum de poids dans la quille ou sous celle-ci. Pour ce modèle j’ai faits une rainure dans la quille. Des feuilles de plomb on été collées avec un bon deux composants (millefeuilles). Par dessus j’ai posé la bande molle collée et vissée. Les vis traversent le tout jusque dans le bois de la quille.
Lest et bande molle. - 37.5 ko
Lest et bande molle.
La rainure est remplie de plomb. Par dessus vient, vissée, un plat de fer qui matérialise la "bande molle".

Maintenant une vue du pont du bateau sans les superstructures et après la modification, suite à l’erreur. Je rappelle qu’a ce moment je n’ai pas encore le plan original du pont, Pas grave ça passe le temps, l’hiver au coin du feu.

Nouveau plan de pont - 71.9 ko
Nouveau plan de pont
Le gaillard a été monté, avec son pont et le balcon. Sur la photo on voit aussi 4 boulons. Il s’agit de la fixation du treuil. L’écoutille ouverte se trouvera sous le treuil la mécanique et le moteur vont s’y loger. Les écoutilles à glace (gauche) et l’écoutille à poissons, au centre, ont reçu leur couvercle.

La façade du gaillard - 42.3 ko
La façade du gaillard
A gauche, derrière une caisse de rangement fixée à la paroi, on voit la grille masquant le haut-parleur. Au milieu, la porte à deux battants et à droite une autre caisse de rangement

Il me reste à vous présenter l’équipage prévu pour la première marée. Ceci représente 600 gr de lest.

Equipage - 42.1 ko
Equipage
De gauche à droite : Jean-Pierre, mécano ; Fritz, marin ; Roger, patron ; et l’armateur Capitaine Archibald HADDOCK

Bien, je vais m’atteler à la déco et la technique

A bientôt pour la suite