Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

dimanche 22 octobre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

WM70 Méga Yacht

WM70 méga yacht de 70 m - La coque

Philmar

La construction se poursuit à un rythme semblant lent, mais c’est trompeur car vu la longueur du bateau c’est une belle surface qu’il faut couvrir et tout prend du temps.

- Pose des baguettes de 3x10

La coque étant de forme ventrue, il est impossible d’utiliser des planches de grande largeur. J’ai donc pris des baguettes de samba de 3x10 en longueur 1 m. Bien entendu, comme pour les baguettes de renfort, j’ai du les rabouter en sciant leurs extrémités en biais de manière à augmenter la surface d’encollage. J’ai pris soin de ne pas superposer les plans de joints en les décalant suffisamment entre eux.

Pose des premières baguettes - 46.8 ko
Pose des premières baguettes

J’ai débuté à mi-hauteur de coque, un peu au dessus du spray ray. J’ai utilisé des sortes de petites pointes vendues à cet usage. Je me suis également servi de petits serre-joints pour contraindre la dernière baguette posée à bien se juxtaposer à celle déjà en place. J’ai pris un soin particulier à veiller à ce que l’étrave reste bien rectiligne : elle est constituée par le plan de joint entre les baguettes babord et tribord, et il n’est jamais facile de rester dans l’axe. Petit à petit j’ai recouvert l’espace jusqu’au niveau du pont principal. Sur l’avant, la coque comporte un décrochement recouvrant une bonne partie du pont supérieur. J’ai laissé les extrémités des morceaux de bois dépasser, je les arraserai à la fin.

Détail du spray rail - 28.3 ko
Détail du spray rail

Le décrochement du spray ray sur la proue nécessite de la minutie. C’est une très petite surface qu’il faut habiller. Là encore c’est un travail pas à pas d’essais à blanc et de reprise en ponçage jusqu’à être jointif tout le long.

Pose des dernières baguettes - 65 ko
Pose des dernières baguettes

Les morceaux couvrant les fonds, compte tenu de la forme arrondie de la carène, sont plus difficile à poser. Il faut sans cesse effiler les bandes de bois pour bien venir les poser à coté les unes des autres. Avant de finir je reprends coté quille, puis, petit à petit, j’obture complètement le trou restant.

- Fibrage de la coque

Je fibre toujours mes bateaux ! le WM70 n’échappera pas à la règle. Vu la rigidité déjà évidente de la coque, une seule couche suffit. J’ai utilisé un tissus de verre 160 gr/m². C’est un compromis ni trop épais ni trop fin. Par habitude j’achète les résines époxy de la marque Soloplast que l’on trouve généralement en grandes surfaces de bricolage.

Fibrage de la coque - 38.1 ko
Fibrage de la coque

La mise en œuvre est classique, j’ai passé une couche de résine directement sur la coque, puis j’ai appliqué la fibre dessus. Ensuite j’ai marouflé avec un pinceau pour enlever toutes les bulles d’air. Après 48 heures j’ai déglacé au papier de verre assez gros pour enlever les gouttes de résine (coulures) et les surépaisseurs dues à la superposition par endroit des raccords de tissus (inévitables vu la longueur du bateau). La seule petite difficulté réside dans l’application du tissus de verre au niveau du spray rail. Il faut bien insister pour faire épouser au mieux la fibre dans les angles, surtout dans les angles concaves.

Une chose importante est de bien respecter le dosage résine/durcisseur pour que la polymérisation soit conforme, ainsi que la température ambiante lors de la mise en oeuvre (pas moins de 20 degrés) A ce propos, la résine époxi permet une plus grande tolérance que la résine polyester et présente l’avantage d’avoir une vie en pot plus longue (une dizaine d’heures pour l’époxi, quelques minutes pour la résine polyester) . Dans tous les cas, un étuvage final au sèche cheveux est toujours bénéfique à la polymérisation complète

- Finition

En réalité j’avais déjà enduit la coque avant le fibrage. Il me fallait un état de surface relativement correct avant d’appliquer la résine. Tout défaut n’aurait été qu’amplifié.

Ensuite, lorsque la résine a été bien sèche, j’ai repris la pose d’enduit fin blanc que j’ai étalé copieusement. Cet enduit se ponce facilement. Enfin, quand j’ai été satisfait du résultat, j’ai peint une sous-couche de fond à la bombe aérosol. Et là, de nouveaux petits défauts sont apparus. Qu’a cela ne tienne ... un coup d’huile de coude : ponçage et reponçage afin d’obtenir une carène parfaitement lisse à l’oeil. Pour cela, ne pas hésiter à employer une lumière rasante, elle ne laisse rien passer !

La coque a reçu sa sous-couche brune - 32.2 ko
La coque a reçu sa sous-couche brune

C’est seulement à ce moment que j’ai pu, enfin, retourner mon bateau et dévisser les jambettes de couple des tasseaux de bois. Bien entendu j’ai alors scié toutes ces jambettes devenue inutiles. Dernier travail : j’ai arasé le dessus du pont supérieur en supprimant l’excédent des baguettes de 3x10 qui dépassaient le livet

Raccord baguettes - 20.8 ko
Raccord baguettes
N’ayant à ma disposition que des baguettes de longueur 1m, j’ai dû les rabouter en coupant leur extrémité en "sifflet". De cette façon j’augmente la surface d’encollage et par là même la rigidité du joint. Attention à bien décaler les raccords.

Serrage des baguettes - 25.8 ko
Serrage des baguettes
Pour m’assurer de la bonne juxtaposition des baguettes les unes à coté des autres sans interstice, je les ai collées en les maintenant contre celles déjà en place par des serres joints.

Ajustement de l’étrave - 24.9 ko
Ajustement de l’étrave
Une jolie coque est une coque avec une étave bien rectiligne. Pour cela il faut prendre beaucoup de soin pour faire venir se joindre les baguettes tribord et babord parfaitement dans l’axe du bateau.

Coque terminée - 27 ko
Coque terminée
La pose des baguettes est achevée. J’ai volontairement laissé les bouts de bois dépasser sur la proue au niveau du pont supérieur. J’araserai tout cela une fois la coque retournée. Remarquez l’étrave très effilée.

Résine époxi Soloplast - 10.2 ko
Résine époxi Soloplast
Voici la résine époxy de marque Soloplast. On doit mélanger une quantité précise de durcisseur (bidon du dessus) et de résine époxy (bidon du dessous). Atention à ne pas travailler en dessous de 20° sans quoi le mélange se polymérisera difficilement et risque de rester poisseux.

Application de l’enduit fin blanc - 21.7 ko
Application de l’enduit fin blanc
Il ne faut pas chercher à déposer ici ou là quelques grammes d’enduit mais couvrir copieusement toute la surface

Enduit après fibrage de la coque - 20.2 ko
Enduit après fibrage de la coque
Dès que la coque à été fibrée, j’ai entrepris le lissage des surfaces. J’ai utilisé de l’enduit fin que j’ai poncé ensuite, et recommencé jusqu’à ce que tout soit parfaitement lisse, sans creux ni bosses.

La coque est enfin retournée !

C’est maintenant le moment de retourner la coque. J’ai pour l’ocasion fabriqué son ber : un assemblage simple fait de CTP collé en forme de cadre et protégé par des bouts de mousse à l’endroit des contacts avec la coque. Le démontage des tasseaux s’est fait sans problème, tout comme la supression des jambettes.


-  Les plans

Prochain article : Détail de fabrication d’une des deux annexes