Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

samedi 21 octobre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Superstructures

Rambardes faciles

Albertus

Nouveaux trucs à propos des rambardes.... si on peut parler de trucs, et si oui, si on peut les qualifier de nouveaux ! Toujours est-il que dans le cadre des articles "faciles" ce qui suit doit être dit ou du moins rappelé.

Si un truc ne devait servir qu’à un seul modéliste, il aurait sa place ici ! Je vais donc vous parler de ma façon de réaliser les rambardes. Je n’ai rien inventé, beaucoup de modélistes font comme ça. Revoyons donc ensemble quelques astuces techniques pour les assembler. Car il y a une manière de faire pour avoir vraiment facile !

Tout d’abord, c’est quoi une rambarde ?

D’après madame La Rousse ou le Petit monsieur Robert, il s’agit d’un garde-fou, un parapet, une balustrade, un garde corps ...

Il faut quand même préciser que la rambarde n’est pas constituée d’un panneau plein.

Sur un bateau, le panneau plein s’appellera un pavois, et si on regarde la définition de pavois sur Wikipedia, il est précisé que le pavois peut être en dur, constitué d’un panneau surmonté d’une lisse, ou tubulaire, alors constitué de batayoles dont la définition est "filière, montant métallique d’une rambarde" !

OUF !


Les rangées de rambardes

 
Batayoles courantes du commerce - 41.3 ko
Batayoles courantes du commerce
Il s’agit des rambardes présentes partout, qui courrent sur tous les ponts, descendent les escaliers, contournent les roofs... En général, le modéliste débutant a tendance à placer tous les piliers bien droits et bien en place, puis à enfiler les files un à un, ... et cela fonctionne jusqu’au premier tournant ! L’astuce est simple : on parque sur le pont l’emplacement des batayoles et on fore les trous qui vont les recevoir. A plat sur une table de travail, on se prépare des rambardes : Les fils et les batayoles en laiton sont bien dégraissés à l’éther ou à l’alcool à brûler. Le mieux est de mettre des gants fins pour ne pas regraisser les fils
-  Les fils étant bien droits, enfiler toutes les batayloles, et les positionner d’après le plan, à l’oeil, mais espacées au mieux.
-  On a donc déjà foré les trous dans les ponts, là où doivent venir les batayoles.
-  Commencer à enfiler les batayoles dans les trous et les coller avec une demi-goutte de cyano.
-  Quand un tournant se présente, plier les trois fils à la fois avec une pince long bec tenue bien verticalement, puis continuer à enfoncer les batayoles en les collant.
-  Au final, redresser les fils qui ne seraient pas bien mis
-  Avec un fin pinceau déposer de la pâte à étamer autour des trous des batayoles, à peine, juste de quoi se dire qu’il n’y en a pas assez !
-  Sans les gants, pour ne pas prendre feu, passer le dard du chalumeau sur la pâte, qui boût immédiatement et s’étale dans le trou et sur le fil
-  Ne pas insister plus longtemps, et passer au suivant !
-  Pour les petites échelles (1/30e, 1/50e...) il est parfois plus facile de peindre les rambardes avant de les mettre en place. Dans ce cas, on remplace la soudure par une demi goutte de cyano appliquée avec une épingle
-  Si on a une rambarde à trois fils en L donc avec un seul coude, on plie et on enfonce plus ou moins chaque fil pour avoir un alignement parfait des trois fils sur l’angle. On recoupe ensuite la longueur sur le premier piler et le dernier
-  Avec une rambarde en U on peut plier les fils sur un gabarit, toujours en ajustant en final sur le premier et le dernier pilier
-  Mais si on a une rambarde en S donc avec deux coudes, cela devient déjà plus délicat.
-  De toute façon il faut s’entrainer à l’avance et ne pas apprendre à plier du fil en faisant la rambarde définitive !

Les dessins parlent d’eux-même



-  Ci-dessus deux façons de réaliser les rambardes à grande échelle (plus grand que ce qu’on trouve dans le commerce)
-  Bien entendu, il y en a d’autres, mais ces deux dessins synthétisent bien le principe de base
-  Il faut se rappeler que le tube est nettement plus facile à percer que le fil
-  En prévoyant sous le pont des renforts (en balsa, tout simplement) on obtient une solidité à toute épreuve. Plus de danger d’arracher les rambardes en récupérant le bateau. Le balsa se durcira lorsque l’on collera les piliers à la cyano fluide
-  Pour les arrondis comme sur le dessin ci-contre, l’astuce consiste à séparer la pièce en deux parties mises en forme indépendament l’une de l’autre. Le raccord est alors masqué par un bout de tube ou un enroulement en papier à cigarette durci à la cyano

Ainsi, le pavois n’est pas une rambarde ! pourtant il sert de garde-fou ! Etant principalement situé dans le prolongement de la muraille, il sert de garde corps au pont du bateau. Il est surmonté d’un rebord appelé "lisse de pavois" Comme le pavois est courbe puisqu’il suit le pont, la lisse de pavois est courbe elle aussi, et présentera des difficultés pour sa réalisation, car étant plus large que haute elle doit théoriquement être chantournée Une astuce pour la réaliser facilement : on la décompose en plusieurs lattes minces collées côte à côte, ces lattes se ployant facilement

Le pavois est surmonté d’une lisse - 52.5 ko
Le pavois est surmonté d’une lisse
Pour éviter de devoir chantourner la lisse de pavois, on la réalise en contre-collant des lattes pouvant être facilement cintrées. Une fois poncées, l’astuce sera indécelable


Rambardes spéciales

L’inclinaison particulière des piliers de cette rambarde exige une construction en place :
-  La rambarde est alignée sur le tulipage de la proue. Esthétique, mais difficile à réaliser.
-  Le truc : les piliers (en tube laiton) sont enfoncés de plusieurs mm dans le pont, les pieds de pilier sont constitués d’une rondelle et d’un bout de tube plus large enfilés par après sur le tube servant de pilier. La rondelle est collée au pont, elle prend sa place toute seule. Les traverses horizontales sont en fil d’aluminium cuivré (fil à bonzaï)


Trucs et astuces simples, peut-être déjà connus et utilisés tels que, ou à peu près, mais à rappeler dans cette série appréciée par les débutants ...et les autres

A imprimer sans vergogne et à distribuer sans limite