Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

jeudi 23 novembre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Goémonier L’Emeraude

Goémonier l’Emeraude - le tableau de bord

Thierry Jorissens

La plupart des aménagements de la cabine sont réalisés en parallèle avec la construction de celle-ci, facilitant ainsi leur intégration. J’ai délibérément choisi de représenter un maximum de détails, au risque de compliquer la chronologie de construction, mais un peu de logique permet très vite de trouver une bonne façon de procéder.

J’ai donc débuté par la réalisation des équipements simples, indépendants, c’est-à-dire dont la fabrication ne dépend pas de l’avancement d’autres éléments.

Eléments fixes

C’est le cas du siège de repos du patron, de la batterie (factice), et des nombreux accessoires non électriques du tableau de bord par exemple. Tous ces éléments doivent être installés pendant la construction de la cabine.

Le siège, repliable, en pièces détachées : deux morceaux de balsa et un peu de simili noir usé récupéré sur un vieux porte-monnaie...

On distingue bien les clous servant de charnières pour le siège repliable, à la façon des sièges de cinéma...

Le siège est fixé à la paroi arrière grâce à deux profilés en plastique Evergreen, et des faux boulons, toujours en Evergreen.

La batterie est un assemblage de bloc et de plaques de bois, et deux morceaux de (vrai !) fil électrique, auxquels j’ai soudé un minuscule écrou simulant les cosses.

Un coup de peinture et une image provenant d’Internet, et la batterie est plus vraie que nature !

La batterie prend place juste en dessous du siège, dans un encadrement réalisé en baguette de 1mm l’empêchant de glisser.


Instruments de bord

-L’éclairage du pupitre

La liseuse du pupitre de commande est composée de deux LED CMS installées dans un petit morceau de tube provenant du flexible d’une bombe d’air comprimé...

Un morceau d’alu provenant d’une plaque d’offset donne la forme du bras, et un petit morceau du même plastique que le spot de recherche finit la liseuse.

Le dos du pupitre montre les trois LED 1,8mm avec leur résistance intégrée, et la liseuse en place, avec sa résistance également. La masse est commune aux deux circuits (liseuse et témoins), il y a donc 3 fils qui sortent du pupitre.

Voici comment réaliser un câble spiralé de radio au 1/14e : on entoure très serré un câble électrique monobrin sur un fil de 1mm. On distingue en haut ce qui représente les prises de courant figurant au tableau de bord...

Encore des accessoires du tableau de bord : les écrans de GPS et autres, images venant d’Internet collée sur des petits morceaux de bois, agrémentés de deux "molettes" en profilé Evergreen. Un morceau de fil électrique (puisque ces appareils ont été ajoutés ultérieurement à la fabrication de l’Emeraude, les fils ne sont pas encastrés), et tout est prêt à être peint puis installé !

L’écran de l’ordinateur est en carton. L’image, provenant d’Internet (une carte marine), est imprimée sur transparent et sert d’écran. Une LED est installée à l’intérieur.

Aménagement global : on voit des cartes derrière l’écran d’ordinateur (l’ordinateur, en carton, est quant à lui fixé au plafond), quelques feuilles ci et là, il reste à installer le gros compas derrière la roue. On voit aussi les fils venant du tableau de bord (3 fils pour le pupitre et 2 fils pour l’écran d’ordinateur) qui seront soudés sur la plaquette d’époxy cuivrée sous le plancher de la cabine.

Pourquoi insérer une plaquette cuivrée entre les fils venant de la cabine et ceux partant au multiswitch ? Parce que d’une part, sur certains circuits, il faut intercaler des résistances (toutes les LED sont alimentées par la batterie à travers une résistance électrique, alors que les ampoules sont alimentées "en direct"), et que d’autre part, cela permet de dissocier le câblage électrique de la cabine, de celui du multiswitch et donc de faciliter les éventuels futurs dépannages. Il suffit de bien repérer chacun des circuits, pour les faire correspondre à un interrupteur dédié sur la radio. En ce qui me concerne, j’ai un circuit distinct (donc commutable séparément des autres) pour :
-   les 3 lampes-témoin du pupitre de commande ;
-   la liseuse du pupitre ;
-   l’écran de l’ordinateur ;
-   l’éclairage intérieur de la cabine ;
-   le spot de recherche ;
-   le spot arrière ;
-   les feux de route (rouge bâbord et vert tribord) ;
-   les feux de poupe/proue (blanc/blanc) ;
-   les feux de pêche (vert et blanc) ;
-   les feux d’incapacité de manœuvre (rouge/rouge) ;
-   la corne de brume ; ce qui fait 11 circuits. Le multiswitch utilisé proposant 16 fonctions, j’ai même encore de la marge...

C’est aussi à ce moment qu’il faut penser au système électrique, en commençant par celui provenant du tableau de bord, puisque j’ai équipé le pupitre de commande (le panneau sur lequel sont regroupés les cadrans de contrôle des appareils et les diverses commandes du bateau) de lampes-témoin et d’une "liseuse", comme le vrai Emeraude. Les fils passent par un trou dans le tableau de bord, sous le pupitre, et arrivent à une plaquette d’époxy cuivrée fixée sous le plancher de la cabine. Idem pour l’écran d’ordinateur, fixé sur le tableau de bord, et éclairé lui aussi. Les accessoires du toit (spot de recherche, spot arrière, éclairage cabine) sont parallèlement installés sur ce dernier, séparément. La plaquette d’époxy cuivrée sera le relais entre chaque circuit électrique de la cabine, et le multiswitch qui permettra de commander séparément depuis la radio, chacun de ces circuits. Il faut bien sûr souder quelques fils et quelques résistances pour cela, mais le principe reste très simple : en gros, un circuit = deux fils arrivant à la plaquette, puis deux fils partant de cette dernière vers le multiswitch, qui commandera alors ce circuit.



Le spot de recherche sur le toit en kit : une capsule de safran, une LED et un morceau de plastique quelconque mais bien choisi pour légèrement opacifier la "vitre"...

J’ai choisi d’intégrer directement la résistance dans le boîtier du spot de recherche, la place me le permettant. Cela simplifie un peu le câblage sur la plaque d’époxy cuivrée.

Un morceau de tube alu par lequel passe les fils (isolés par de la gaine thermo !) puis un coup de peinture, et le spot de recherche est prêt à être installé !


-  Le pupitre

Le pupitre de commande est en bois, les interrupteurs en profilés Evergreen. Les compteurs proviennent de chez CAP Maquettes, la clé de contact est taillée dans une feuille d’offset.

Un peu de peinture, un test en fils volants : tout fonctionne, le pupitre est prêt à être installé.

Premier accessoire électrique installé : le pupitre. On voit aussi la barre, provenant de CAP Maquettes.



-  Manette de commande

La commande du moteur : un morceau de bois recouvert d’alu offset.

La commande du moteur a reçu ses manettes (cure-dent peint et gaine thermo), elle est terminée.



-  L’écran

L’écran sera blanc, mais il est d’abord recouvert de plusieurs couches de noir pour éviter la diffusion de la lumière de la LED.



-  Le détail qui tue !

Vue sur l’aménagement tribord : La flèche vous montre le flacon d’Instanet réalisé en pâte Fimo

à suivre...