Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

lundi 22 mai 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Goémonier L’Emeraude

GOÉMONIER L’EMERAUDE - La grue
la construction • le système hydraulique • le panneau de commande

Thierry Jorissens

Le bâti

Le bâti de la grue est assemblé à partir de carrés de bois de 1 cm. Sa largeur permet de le coller au pont en trois points sur des socles limés selon la tonture, et des haubans assureront sa stabilité. En son centre, le bâti reçoit deux pièces de même section qui serviront d’axe de rotation au pied supportant l’ensemble de la grue. Ces pièces subiront un effort important et sont par conséquent renforcées par des "T" collés sur le bâti.

Le bâti est collé. Les pièces de support du pied et leurs renforts en
Le bâti est collé. Les pièces de support du pied et leurs renforts en "T" sont visibles.

Le support du pied est fixé à la colle à bois, qui, bien utilisée (mince couche et pression importante lors du séchage) reste la meilleure colle pour des assemblages solides entre deux pièces... de bois... - 30.4 ko
Le support du pied est fixé à la colle à bois, qui, bien utilisée (mince couche et pression importante lors du séchage) reste la meilleure colle pour des assemblages solides entre deux pièces... de bois...

Le pied est prêt, les trois socles sont poncés selon la tonture et repérés ; il seront fixés sur le pont plus tard. - 27.7 ko
Le pied est prêt, les trois socles sont poncés selon la tonture et repérés ; il seront fixés sur le pont plus tard.

Le pied

Le pied de la grue est la pièce maîtresse : les deux vérins de rotation y sont attachés, ainsi que le plus gros des deux vérins double action. En outre la flèche principale est fixée à ce support. Toutes les pièces sont en CTP aviation collées, mais elles auraient pu aussi être en laiton soudés. Personnellement je maîtrise mieux la technique du bois... Attention, il faut un soin tout particulier à l’ajustement de ces pièces, pour garantir un fonctionnement correct de la grue.

Le pied en kit ! - 27.7 ko
Le pied en kit !

Le pied est assemblé et collé. Un congé de colle à bois renforce (légèrement...) le collage, et simulera parfaitement les soudures une fois peint. Les trous pour le passage des axes (des clous) sont réalisés avant assemblage ! - 23 ko
Le pied est assemblé et collé. Un congé de colle à bois renforce (légèrement...) le collage, et simulera parfaitement les soudures une fois peint. Les trous pour le passage des axes (des clous) sont réalisés avant assemblage !

Le pied est présenté sur le bâti, qui a en outre reçu le
Le pied est présenté sur le bâti, qui a en outre reçu le "coffrage" des deux vérins de rotation et ces derniers, et des clous y sont provisoirement installés pour vérifier la libre rotation.

Gros plan sur la partie basse. On voit bien que le clou servant d’axe inférieur n’est en place que provisoirement pour valider l’assemblage. - 20.7 ko
Gros plan sur la partie basse. On voit bien que le clou servant d’axe inférieur n’est en place que provisoirement pour valider l’assemblage.

Les amortisseurs de butée en rotation en kit. - 19.9 ko
Les amortisseurs de butée en rotation en kit.

Vue de dessus : on distingue les axes des vérins à simple action, et les amortisseurs de butée
Vue de dessus : on distingue les axes des vérins à simple action, et les amortisseurs de butée "en fonction".

Les flèches

La construction continue par les flèches, constituées principalement d’un carré de bois. Chaque côté de la flèche principale est doublé d’une épaisseur intégrant les renforts où se fixeront les pistons des vérins. La petite flèche est équipée à son extrémité d’un moteur hydraulique (factice). Toutes ces pièces sont en bois, les axes sont des clous et des tubes laiton.

La flèche principale en kit. - 27.1 ko
La flèche principale en kit.

Assemblage des pièces de la flèche principale. Les trous de fixations des pistons sont réalisés avant assemblage ! - 24.2 ko
Assemblage des pièces de la flèche principale. Les trous de fixations des pistons sont réalisés avant assemblage !

Test d’assemblage et de mobilité avec le plus grand vérin installé - 23.8 ko
Test d’assemblage et de mobilité avec le plus grand vérin installé

La petite flèche est plus simple : un carré de bois, deux pièces (préforées !) pour l’appui de l’axe du piston de manœuvre de la petite flèche, et l’axe de liaison entre les deux flèches en tube laiton.  - 14.7 ko
La petite flèche est plus simple : un carré de bois, deux pièces (préforées !) pour l’appui de l’axe du piston de manœuvre de la petite flèche, et l’axe de liaison entre les deux flèches en tube laiton.

L’extrémité de la petite flèche : 3 pièces de bois, et l’axe en tube laiton pour le moteur hydraulique. Le moteur est libre dans cet axe, il n’est pas solidaire d’une quelconque manœuvre. - 19.6 ko
L’extrémité de la petite flèche : 3 pièces de bois, et l’axe en tube laiton pour le moteur hydraulique. Le moteur est libre dans cet axe, il n’est pas solidaire d’une quelconque manœuvre.

Le moteur : un bloc de bois (les trois trous seront garnis d’un morceau de tube laiton sur lequel seront fixés des scoubidous), et l’axe du moteur dont le trou va recevoir le système d’attache du crochet. - 12.9 ko
Le moteur : un bloc de bois (les trois trous seront garnis d’un morceau de tube laiton sur lequel seront fixés des scoubidous), et l’axe du moteur dont le trou va recevoir le système d’attache du crochet.

Le moteur terminé, la pièce intermédiaire entre le moteur et la petite flèche, et cette dernière. Il reste à coller le moteur sur la pièce intermédiaire, et à attacher celle-ci à la flèche par des clous enfoncés dans le tube laiton. La pièce intermédiaire (ainsi donc que le moteur)
Le moteur terminé, la pièce intermédiaire entre le moteur et la petite flèche, et cette dernière. Il reste à coller le moteur sur la pièce intermédiaire, et à attacher celle-ci à la flèche par des clous enfoncés dans le tube laiton. La pièce intermédiaire (ainsi donc que le moteur) "pendouillent" ainsi sans aucune contrainte au bout de la flèche.

La grue complète en kit, avant peinture... - 28.8 ko
La grue complète en kit, avant peinture...

...et après peinture. - 19.4 ko
...et après peinture.




Vue d’ensemble sur le bateau, le bâti n’est pas à la bonne place et n’est pas encore équipé de ses socles, mais on voit bien ce que cela donnera...

Le panneau de commande et la cabine en situation.

L’équipement hydraulique

Comme déjà mentionné, il est constitué principalement de scoubidous pour les parties flexibles, et de tube laiton pour les conduites rigides. Des écrous simulent les raccords. Une étude du principe d’une vraie grue permet de ne pas faire n’importe quoi, et de ne pas mettre des tuyaux n’importe où... Cela n’est plus nécessairement du modélisme naval, mais la grue étant la pièce maîtresse du goémonier, elle mérite un soin particulier...

Peinture des tubes laiton représentant les tuyaux rigides.

Réalisation à la fraise des fixations des conduites rigides en alu. Une lime suffit, mais c’est plus long...

Un exemplaire des fixations ainsi réalisées.

Utilisation des fixations : les conduites rigides sont collées avec quelques goutes de cyano, et les fixations sont à leur tour collées sur la flèche, et maintiennent un écart constant entre les conduites. Les fixations sont prévues pour 2, 3 et 4 conduites.

Trois conduites sur le côté droit de la flèche principale amènent l’hydraulique au moteur situé en bout de petite flèche. Les conduites souples en scoubidou sont déjà raccordées. Leur longueur entre les flèches est ajustée pour tenir compte du débattement maximum. La longueur coté commande sera ajustée plus tard.

Trois conduites sur le dessus de la petite flèche amènent l’hydraulique au moteur.

Le moteur est ainsi raccordé avec ses trois tuyaux. On distingue bien les écrous simulant les raccords.

Installation du petit vérin à double action entre les deux flèches. Les raccords sont prêts, il reste à installer les scoubidous.

Gros plan sur le vérin terminé, entre les flèches. On distingue bien les deux conduites rigides sur le dessus de la flèche principale, qui amènent l’hydraulique aux deux raccords du vérin à double action par l’intermédiaire de deux morceaux de tuyaux flexibles.

Le dessus de la flèche principale est équipé de quatre conduites rigides : deux extérieures assez courtes qui amènent de part et d’autre de la flèche, l’hydraulique au gros vérin chargé de la levée/descente de la flèche principale (et installé sous cette flèche), ainsi que deux autres conduites rigides intérieures, qui courent jusqu’au bout de la flèche principale, pour alimenter le vérin actionnant la petite flèche. Les scoubidous côté commandes ne sont pas encore à la bonne dimension.

L’hydraulique est terminée, il reste à fabriquer le panneau de commande.

Le panneau de commande

D’après mes infos (venant d’un conducteur de grue de chantier mais pas marin...), ce style de grue est alimenté par trois arrivées hydrauliques principales et indépendantes. Une pour le moteur, une pour la levée/descente des flèches, et une pour la rotation de la grue. Ce n’est peut-être pas la réalité, mais puisque cela paraissait plausible, je me suis basé sur ces informations, qui collent avec des photos du panneau de contrôle de la grue d’autres goémoniers trouvées sur Internet. J’ai donc représenté trois arrivées principales (du gros câble électrique), qui alimentent un double distributeur/répartiteur, équipé chacun d’un manomètre, et de 4 manettes de commande : une pour chaque flèche, une pour la rotation, une pour le moteur hydraulique.

Un plan ébauché sur papier, et les premières pièces. On peut voir le panneau qui s’emboîtera à l’arrière de la cabine : l’ouverture permet le passage des conduites hydrauliques pour les vérins de rotation et le moteur hydraulique, alors que les autres conduites traversent ce panneau par l’intermédiaire de raccords ; on voit aussi le "plancher" de ce panneau (pièce noire, en réalité du bois recouvert d’un fin caoutchouc noir strié), duquel sortiront les 3 arrivées hydrauliques ; et un essai de manomètre...

Les deux répartiteurs, en bois. Les petits morceaux de fil de fer y seront enfoncés, ce seront les départs des conduites flexibles qui viennent de la grue. Les petites excroissances sont les supports des manettes. Ces dernières sont représentées par une aiguille à boule et le ressort à leur base, par un enroulement très serré d’un fin brin de fil de fer.

Les manomètres sont réalisés à partir d’une image imprimée depuis Internet, collée sur une rondelle de carton elle-même insérée dans un petit morceau de tube alu. Une rondelle de plastique transparent complète l’ensemble. Le mano est alors équipé d’un écrou et d’un morceau de fil laiton qui sera inséré dans le trou visible sur le côté du répartiteur, maintenant équipé des morceaux de fil de fer où s’enficheront les conduites hydrauliques : le plus gros est l’arrivée venant du plancher, les plus petits sont les départ vers la grue.

Un coup de peinture plus tard, les répartiteurs équipés de leur mano sont collés contre le panneau.

Vue de dessous : les écrous simulant les raccords sont en place, les conduites reliant les répartiteurs et les raccords sur le panneau commencent à équiper l’ensemble...

Les trois arrivées hydrauliques venant du sol sont fixées, ainsi que les manettes.

Tous les tuyaux sont branchés, on voit bien ceux qui sont raccordés aux vérins de rotation. On constate ici que la manette de gauche contrôle la rotation, la petite manette contrôle le moteur, les deux autres sont reliées aux deux vérins à double action.

De l’autre côté du panneau, on voit bien les 4 raccords menant l’hydraulique aux deux vérins à double action.

Prochain article : les pieds de portique et l’équipement de pont arrière.