Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

jeudi 21 septembre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

L’African Queen

Installation radio

Jean-Luc Béchennec

Commande de barre

La barre est reliée au servo via gaine souple (photo 6) car le socle de l’ensemble machine à vapeur / chaudière est enfoncé dans le pont et une ligne droite entre le servo et la barre n’est pas possible.

A l’arrière, la plaque d’embase est bloquée par une pièce en carte plastique collée sur le tableau arrière. Cette pièce sert aussi de support au pont. A l’avant deux petites vis à bois (visserie de train électrique) sont employées.

Disposition des éléments de la radio

Si l’on fait abstraction des deux compartiments arrières (palonnier [6] et moteur de propulsion [5]), il ne reste que deux emplacements et le plus en arrière des deux [4] doit recevoir le moteur permettant l’animation de la machine à vapeur factice (mais l’emplacement réservé à ce moteur est occupé par le variateur). Il reste toutefois suffisamment de place pour y mettre aussi le servo de gouvernail. Le compartiment suivant [3] est le plus profond et le plus large et est donc le meilleur candidat pour l’accumulateur de propulsion. De plus, il se trouve sous la chaudière et y placer l’accus permet d’abaisser le centre de gravité en réduisant au maximum le moment d’inertie et donc d’avoir une bonne stabilité. Toutefois, ne comptez pas y loger une batterie au plomb, la cavité ne présente pas une taille suffisante. J’ai donc opté pour deux packs d’accus NiCd de 5 éléments (6V et 1700 mAh) que j’ai monté moi-même afin qu’il soit adapté à la forme de la cavité. Il en est de même du compartiment [2] qui reçoit un second pack de 6V et 1700mAh afin d’augmenter l’autonomie du modèle

Il reste à loger le récepteur et le variateur de vitesse. Le cavité [1] reçoit le premier tandis que le second est logé avec le servo de barre dans la cavité [4]. Il faut donc dégager une ouverture pour atteindre le compartiment situé juste derrière le mât [2]. C’est chose faite en découpant le pont et en collant ensemble, avec un renfort, les deux demi-panneaux. La place est malgré tout comptée et un variateur compact (et donc cher) doit être employé.

La FIGURE 2 résume l’implantation de l’équipement. Une gaine plastique a été placé sous le pont. Elle fait le tour de la coque et recoit l’antenne du récepteur. J’avais choisi dans un premier temps d’assayer avec un seul jeu d’accus mais j’ai finalement préféré deux jeux.

FIGURE 2

Implantation de l’équipement. En gris, le récepteur, en orange le variateur, en rouge les accus, en vert, le servo de barre et en rose le moteur de propulsion

Après mure réflexion, j’ai décidé de ne pas animer la machine à vapeur car :
-  Mon fils (5 ans) a démoli les biellettes et j’ai dû les refaire. Depuis, la machine tourne moins bien, les biellettes accrochent et peuvent sortir de leur logement
-  Les excentriques sur lesquels les biellettes sont fixées sont en plastique. L’usure sera donc rapide.

Le support du moteur est inclus dans la boîte. Par contre, rien n’est prévu pour recevoir le servo, le variateur, le récepteur et les accus. Il faut coller quelques chutes de contreplaqué au fond des compartiments 2 et 3 et monter un système de cornière pour recevoir le servo (voir photos 7 et 8). Le servo standard que je possédais ne rentrait pas dans le compartiment 4 dans la position voulu. J’ai donc dû acheter un micro-servo (les prix sont maintenant relativement raisonnables).

Photo 6

La commande est assurée par une gaine souple.

Photo 7

Le servo de barre est monté couché sous le pont.

Photo 8

La place disponible ne permet de monter que des accus NiCd.