Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

lundi 24 juillet 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Trucs et astuces basiques

Trucs en vrac 1

Albertus

Je vous le répète depuis longtemps, les trucs simples que l’on croit connus de tout le monde doivent aussi être notés quelque part, de façon à faire référence dans ce qui est le savoir du modélisme naval.

ÉVITER LES ENTRÉES D’EAU DANS LE BATEAU

Hiloire
-  Un hiloire est un surbau qui entoure l’ouverture que nous avons pratiquée dans le pont pour avoir accès aux organes internes tels que radio, moteur, accus etc. Il est constitué de planchettes collées sur le tour de l’ouverture et sur lesquelles vient s’encastrer l’élément amovible qui fait donc couvercle, par exemple le poste de pilotage. Son ajustement doit être à frottement doux et il doit être suffisamment haut que pour empêcher toute entrée d’eau et en même temps maintenir ce couvercle en place.

Tant qu’on y est, rappelons que pour éviter les entrées d’eau intempestives, il faut veiller à ce que le tube de jaumière (c’est le tube qui guide l’axe du gouvernail) dépasse dans la coque le niveau de la flottaison, sous peine de voir cette coque se remplir sous l’effet des vases communicants. Tenez compte qu’en marche l’arrière du bateau a tendance à s’enfoncer légèrement


NE PAS PERDRE SON HÉLICE

Contre-écrou
-  Afin de ne pas perdre son hélice et éviter là aussi de possibles infiltrations d’eau, certaines règles simples doivent être respectées : Tout d’abord, il faut rappeler que le tube d’étambot n’est pas un simple tube de laiton : en effet, à ses extrémités, on note la présence de paliers qui limitent les frottements de l’arbre d’hélice dans le tube. Il faut aussi, bien entendu, acheter un tube de la bonne longueur, et dont le filetage à l’extrémité correspond au filetage de l’hélice envisagée. En plus du tube et de l’arbre, vous trouverez dans le sachet un écrou et une bague. L’arbre d’hélice s’installe avec le filet à l’extérieur du bateau, avec l’écrou vissé à son extrémité. Ensuite on visse l’hélice contre l’écrou, et à l’aide de clefs on desserre l’écrou à force conte l’hélice. Cette opération garanti le blocage de l’hélice sur on arbre. Par prudence, on peut ajouter un peu de "frein-filet" Loctite sur le pas de vis. Choisissez le medium sterke(bleu, n°248)

De l’autre côté de l’arbre d’hélice, on aura préparé un léger épaulement là où viendra se serrer la bague à vis (également dans le sachet) Cette bague viendra se bloquer contre le palier intérieur, en ménageant un léger jeu qui permette la libre rotation de l’arbre dans le tube (pas un battement ! un LEGER jeu, par exemple de l’épaisseur d’une feuille de papier. Ce jeu se rattrapera contre l’écrou en marche avant et contre la bague en marche arrière, assurant automatiquement le joint. On aura également prévu un second épaulement en bout d’arbre, qui recevra la vis pointeau de l’accouplement rigide ou du cardan à 3 éléments. Maintenant on bourre le tube de graisse et on y enfile l’arbre qu’on fixe avec la bague et sa vis pointeau, après avoir essuyé soigneusement la graisse qui aura débordé. Reste à fixer le cardan au moteur (dont on aura également limé l’axe en ayant pris la précaution de l’ensacher dans un film plastique alimentaire pour éviter que les aimants du moteur n’attirent les limailles dans sa cage)

C’est pour avoir estimé ne pas devoir rappeler les trucs simples que beaucoup d’entre eux ont disparu. Un savoir perdu ! Internet peut servir de stockage à ce savoir. Je vais donc inaugurer une nouvelle série d’articles simples qui reprendront, en vrac, des trucs soi-disant connus de tous. Bien sur, un grand nombre d’entre vous se diront "ça c’est vieux, on connait depuis longtemps !"... et c’est tant mieux ! Mais sachez que beaucoup de débutants posent des questions simples et que si personne n’est là pour leur donner des réponses ils ne pourront pas évoluer en modélisme naval. Pire, ils pourraient se lasser, se décourager. 



RÉALISER DES PITONS A ANNEAUX

Cuivre ou laiton
-  Suivant le modèle, un bateau nécessite bien souvent de passer à la réalisation de pitons solides. Pour cela, le matériaux le plus facile à utiliser est la tige de laiton ou le gros fil électrique dénué (monobrin, of course !)

Pour arriver à mettre en forme facilement le laiton ou le cuivre, il faut le recuire, c’est à dire le chauffer au rouge avec un chalumeau, puis le laisser refroidir LENTEMENT !

Après cette opération, le cuivre "recuit" est beaucoup plus ductile. Quand le fil est bien froid, on lui donne un léger coup de laine de fer pour enlever l’oxydation due à la chauffe

7 étapes de A à G
-  Au moyen d’une pince à becs fins (en vert sur le dessin ci-dessous) on va donner la forme de l’anneau en commençant par un départ presque à angle droit (dessins 1 et 2) en maintenant la pince à la limite de la zone qui a été chauffée. Ensuite, en déplaçant la prise de pince, on va refermer l’anneau et en parfaire sa courbe. Il faut donner la forme correcte avec le moins d’hésitations possible car la torsion exercée sur le fil redonne à celui-ci sa raideur initiale et l’opération devient moins facile. On termine par un point de soudure à l’étain sur la jonction

Voilà donc pour commencer ! Je suis certain que chaque lecteur de cet article connait au moins un truc du genre, qu’il considérait trop basique que pour être édité ici. Eh bien non, tous les trucs doivent être donnés. Vous n’avez plus d’excuse, envoyez-moi un truc, je le publierai !
-  Pas de panique pour les dessins, si besoin je les referais