Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

samedi 21 octobre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

RB-M 45 Ft de l’USCG

RB-M au 1/15 - Modifications techniques

Albertus

Les premières navigations d’un bateau font généralement apparaître des défauts de conception, de construction et de comportement.

Avec un bateau non issu d’un plan du commerce et avec des solutions de motorisation personnelles, il était normal que des défauts apparaissent, même si le fait de profiter du prototype au 1/10 par Philippe Saleix m’a fait éviter certains pièges qu’il avait lui-même déjoués.

Les modifications

La ventilation
-  La première chose qui m’est apparue a été le fait que j’avais monté les 3 ventilateurs de refroidissement dans le même sens, c’est à dire extrayant tous les trois l’air du bateau.

En fait, j’avais imaginé faire entrer l’air dans le bateau par le ventilateur arrière dont la grille est face à l’avant du bateau, donc recevant en principe le vent généré par la vitesse de déplacement, alors que l’évacuation se ferait par les grilles de l’arrière de la cabine situées de part et d’autre de la porte et face à l’arrière du bateau.

J’ai donc réinstallé le ventilateur arrière dans le bon sens et j’en ai profité pour lui refaire un support qui corresponde au dessous du lazarette


L’étanchéité
-  Deuxième point posant problème : l’étanchéité entre la cabine et le pont du bateau

L’ouverture d’accès à l’intérieur du bateau et recevant la cabine étant pourvue de hiloires minuscules (à peine 5mm) celle-ci ne restait pas bien en place, et lors d’un démarrage à plein pot, elle avait même tendance à lever le nez. Il faut dire que l’accélération est étonnante. De plus, comme en virage serré le bateau se couche assez fort sur le bord intérieur du virage dans une gerbe d’eau qui éclabousse tout, l’eau se faisait un plaisir d’envahir la cale.

Pas bien grave : je récupérais à l’éponge une demi-tasse d’eau après 10 minutes de navigation musclée... mais comme j’ai toujours insisté dans mes discours sur le fait que l’eau devait rester à l’extérieur du bateau, il fallait remédier à ça !

J’ai donc posé une hiloire supplémentaire à l’avant de la cabine pour dévier l’eau qui redescendrait du pont avant, et j’ai surtout fixé solidement la cabine contre le pont en installant à l’avant un verrouillage à clavette...

et à l’arrière un maintien en place par deux forts aimants récupérés sur une barre murale de fixation de couteaux de cuisine (merci Ikea)


Les antennes
-  Le troisième soucis était provoqué par la rigidité des antennes factices de la cabine, qui lors du rangement dans la boite de transport en polystyrène extrudé avaient tendance à se piquer dans le plafond de la boite. En sortant le bateau, j’arrachais les antennes une fois sur deux.

Je les ai donc montées flexibles en utilisant de petits ressort de tension (à spires jointives) en milieu de hampe, conformément à la réalité


L’antenne du récepteur
-  Un quatrième problème tenait à la fréquence du récepteur (2,4ghz), ou plus exactement à son antenne minuscule. En 2,4ghz il est important d’éviter le "masquage" de l’antenne, celui-ci étant provoqué par un obstacle en matériaux conducteur (carbone, métal), ou électrionique (fils), ou liquide (eau). L’idée de dresser l’antenne au dessus du pont mais dans la cabine en ctp fin est donc valable, mais après les différentes installations l’antenne "trainait" sur le côté du récepteur, presque au fond du bateau et à côté d’un des moteurs. Je l’ai donc refixée correctement en place et maintenant la portée est sans problème à plus de 200m. Pour rappel, sur un bateau, l’antenne de réception 2,4ghz DOIT être verticale, ainsi que la partie mobile de l’antenne de l’émetteur


Les algues
-  Cinquième problème : les algues et autres feuilles mortes flottant sur le plan d’eau. Les hydro-jets pompent l’eau sous le bateau par de larges ouvertures. L’ennui c’est quand l’eau n’est pas propre ! Lors de la première navigation, j’avais passé un bon quart d’heure à enlever les saletés coincées dans le rotor, avec une pince à long bec. A peine reparti, le jet s’arrêtait de nouveau rapidement. Il est vrai que l’eau du bord de l’étang est généralement plus envahie par les feuilles mortes que le milieu de l’étang.

J’ai donc posé des grilles devant les ouvertures, après avoir dialogué sur le sujet avec Monsieur Kehrer (fabricant des jets) sur la meilleure forme à leur donner. Finalement les grilles sont réalisées en soudant 5 fils de laiton de Ø 1,25mm sur deux plats de 5x1mm encastrés à fleur dans le fond de la coque juste devant et derrière le trou d’aspiration.

Maintenant, les jets aspirent encore parfois les feuilles mortes qui flottent près des bords, mais la solution consiste à couper le moteur, attendre une ou deux secondes, puis remettre les gaz progressivement. Lors de l’arrêt du moteur, le reflux d’eau décolle la feuille de la grille et permet de repartir (du moins je suppose que c’est comme ça que ça se passe, en tous cas ça marche)


La vitesse
-  Oui, la vitesse est une chose difficile à maîtriser. Elle est à la base d’un sixième problème : lors de la "Fête du Lac" de Vielsalm, lors d’une démo, j’ai pris un virage trop large et trop près de la rive, à pleins gaz, et le bateau... est sorti de l’eau ! Les berges de ce lac sont en pente douce, et sont stabilisées par des croisillons en béton (dalles gazon) qui s’enfoncent sous l’eau sur plus d’un mètre. Cet aménagement a catapulté le bateau sur la rive, à plusieurs mètres du bord. Au passage, la quille a été rabotée par le béton et les ailettes de guidage ont été arrachées. Le temps que j’arrive sur place (200m), un spectateur essayait de ramener le bateau vers l’eau en le tirant par la rambarde... en pvc collé... qui n’a évidemment pas tenu !

J’ai donc remplacé les ailettes en tilleul qui étaient collées sur le fond, par des ailettes en CTP de bouleau encastrées dans le fond et maintenues à l’intérieur par des congés d’Araldite. J’ai ensuite protégé la quille par un plat de laiton de 8x2mm, vissé dans la quille par des vis en inox.

J’ai recollé la rambarde tordue et l’ai consolidée en place par un filin enroulé. L’ancre en carton du bateau, éjectée lors du crash et non retrouvée, a été remplacée par une ancre en ctp de bouleau que j’ai cette fois fixée en place