Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

lundi 23 octobre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Towboat RMT SETTOON

RMT Settoon : les pièces "habitables"

Thierry Jorissens

Le RMT SETTOON étant une unité ayant la possibilité de partir quelques jours voire semaines en "mission", il est équipé de pièces de vie permettant à l’équipage d’être "comme à la maison". Comme dans les vrais towboats, on y trouve donc une cuisine, un espace détente, une pièce sanitaire, et des couchettes.

A ce niveau, j’ai largement enjolivé la réalité en m’en écartant quelque peu car j’ai plutôt représenté une maison de poupée qu’un bateau de travail... Donc je devrais dire qu’on y trouve une cuisine, un living, une salle de bains et une chambre !

Voici un ensemble de photos commentées montrant ces pièces et leurs détails.

Vue d’ensemble des pièces du rez-de-chaussée. Du haut en bas, et de gauche à droite : la cuisine, le living, la cage d’escalier et le couloir, la chambre, la salle de bains, le conduit de cheminée amenant les câbles à l’étage, la buanderie.

Autre vue du rez-de-chaussée. Toutes les portes s’ouvrent, et se ferment : j’ai collé un morceau de fil de fer sur toute la largeur de chaque porte, sur la tranche inférieure de celles-ci. Sous le plancher, j’ai collé un aimant à la verticale de chaque porte. De cette manière, les portes restent fermée grâce à l’attraction de l’aimant sur la tige de fer collée sous chaque porte. Le système est très efficace et totalement invisible !

Vue sur la cuisine. L’évier est une barquette de fromage, la gazinière est en carte plastique, les meubles en CTP 1mm. Le four micro-onde est en carton, et est équipé d’une mini ampoule... Oui, le micro-onde s’allume depuis la radiocommande ! De même que les LED fixées sous la hotte (en carton également)... Les chaises sont en fil de fer soudé et simili cuir. La corbeille à fruits provient du commerce ainsi que la casserole de soupe...

Vue sur le meuble TV dans le living, avec son pot de fleurs (du commerce), sa TV (un écran d’imprimante jet d’encre), un magnétoscope (en carton), des cassettes (des simples morceaux de carte plastique peints), des livres (en vrai papier).

Toujours dans le living, la table basse (baguettes de bois et morceau de plexiglass venant d’une pochette de CD), avec ses revues (photo d’internet mises à l’échelle), la télécommande de la TV (bloc de bois et marqueur), une cannette et une bouteille de Schweppes (du commerce).

La chambre, presqu’entièrement occupée par le lit (en CTP 1mm verni et tissu). La garde-robe "encastrée" n’est pas fonctionnelle, c’est une feuille de placage bois collée contre la paroi. Le hublot est occultable avec un cache articulé, en carton.

Autre vue de la chambre, depuis la buanderie. On voit bien la petite table de nuit (ctp 1mm verni), le radio réveil (en carton mais avec un petit fil simulant le câble électrique), un livre en vrai papier (la bible, probablement...) et la lampe de chevet en tube laiton, rondelle, fil de fer et morceau de tissu. Vous vous en doutez, la lampe de chevet s’allume réellement... depuis la radiocommande !

Vue de la salle de bain, dans laquelle empiète le conduit de cheminée amenant le courant électrique depuis la coque vers l’étage, par l’intermédiaire de 5 prises RJ-45. On distingue la douche avec son rideau en plastique, l’évier (un demi-godet de colle Stabilit), et des accessoires en bois, tissu et papier : verre à dent (morceau de paille transparente), brosses à dents (tirées d’une vraie !), savon (morceau de plastique poncé), rasoir (bois sculpté et fil électrique factice), etc. Dans le coin inférieur droit de l’image, on ne voit pas la cuvette de WC, mais elle y est !

Le couloir : l’escalier en bois montant à la passerelle, sous lequel est installé une armoire (en profilé evergreen) contenant le garde-manger (divers morceau de bois et carton avec des photos d’aliments collées). La petite porte avec tous les panneaux de danger conduit à la machine. Il ne faut pas oublier les détails tels les interrupteurs et leur cable électrique.

Autre vue des cages d’escalier : on distingue bien l’escalier métallique qui conduit vers la machine. Contre la paroi, on distingue aussi une alarme incendie (un morceau de plastique avec une photo collée). C’est l’abondance de petits détails en tous genre qui font vivre une maquette.

Dans la buanderie (arrière tribord), on trouve une machine à laver (en carte plastique, carton et plexiglass), avec son robinet d’arrivée d’eau et le tuyau adéquat (scoubidou), la manne à linge (du commerce) et un peu de linge (carré de tissu plié et collés). Ne pas oublier la prise decourant, visible à droite contre la paroi... Le détail qui tue : le tiroir à savon de la machine s’ouvre réellement...

Vue depuis la porte avant babord du pont, vers la cuisine/living. Madame regarde la TV... La table est en bois vernis entouré d’une profilé evergreen, son piètement est en tubes laiton carrés soudés et peints en alu.

Autre vue depuis la même porte du pont : on voit l’horloge de la cuisine (une photo sur une rondelle de bois entourée d’une languette d’aluminium de cuisine), et au fond, le meuble TV. Comme dans les vrais towboats, la cuisine et le living disposent d’une double porte : la porte métallique du pont, et une porte en bois verni intérieure, visible ici à droite (elle est ouverte...). En effet, l’ambiance du bois verni augmente la sensation de confort par rapport à une porte métallique de pont...

Vue (en zoom) depuis la porte avant tribord du pont : la porte entre la cuisine et le couloir ouverte, on voit la garde-manger, sous l’escalier montant vers la passerelle. L’espace étant compté à bord, le moindre recoin est utilisé !

Vue de la salle de bains depuis le hublot arrière babord. Une multitude de détails à admirer, probablement anachroniques sur un bateau, mais réalistes si on considère que je me suis fait plaisir à reproduire une maison de poupées... Tout est fait main en scratch, sauf le mmiroir (produit Rayher).

Vue depuis la porte arrière babord du pont : on voit l’escalier montant à la passerelle, et la porte donnant sur l’escalier descendant à la machine. On voit aussi au plafond, un des éclairages du couloir. Chaque pièce est éclairée individuellement (depuis la radiocommande), avec 1, 2 ou 3 lampes selon la pièce. Au total, il y a une bonne douzaine de lampes de ce type réparties dans les différentes pièces du bateau.

Passerelle : vue avant tribord. Le siège du pilote est en balsa sculpté, recouvert de vrai cuir (le cuir utilisé pour les reliures de livres). Il tourne comme le vrai, mais n’est pas réglable en hauteur... Le siège en collé sur un socle amovible, et il peut être remplacé, lors des navigations, par une mini caméra qui diffuse les images sans fil vers un ordinateur. Cela me permet de me mettre dans la peau du pilote et de positionner le bateau au cm près (enfin, presuqe...) lors d’un dépannage d’un autre bateau à 40m de la berge...

Passerelle : vue avant babord. On reconnait sans peine maintenant le tableau de bord complet décrit dans cet article en situation dans le bateau.

Passerelle : vue arrière babord. On voit le radiateur dont la fonction a été décrite cet article, le calendrier... pour hommes, et la rambarde (en languettes de bois) de l’escalier menant au carré arrière. La passerelle est en effet surélevée de 4 marches par rappport au carré arrière. Cela tombe bien, car de cette manière, un espace important sous le plancher de la passerelle est libre pour dissimuler toute l’électronique, les câbles électriques et leurs raccords, et la mécanique des accessoires mobiles radiocommandés de la passerelle, comme décrit précédemment.

Passerelle : vue arrière tribord. La grande armoire (en CTP 1mm verni) dissimule en fait tous les câbles venant des accessoires électriques du toit. L’armoire électrique (en carte plastique) est par contre totalement factice... L’extincteur provient de Cap-Maquettes. La poubelle est un capuchon de je-ne-sais-plus-quoi avec un morceau de papier noir très fin d’emballage de chocolat... On distingue nettement les 4 marches menant au carré arrière.

Le carré arrière est la pièce où débouche l’escalier venant du rez-de-chaussée. On distingue sa rambarde (en bois verni) dans le fond de l’image. Cette pièce comporte aussi un WC, et un coin "café" dont on distingue l’évier... Une porte communique avec le pont supérieur, juste devant la cheminée. On voit cette porte ouverte, sur la droite de la photo.

Autre vue du carré arrière, sur le coin "café". On voit bien la cafetière (en papier et morceau de collyre pour la cruche), sur le meuble (en CTP verni) garni d’accessoires (fait en scratch (rouleau de -vrai- sopalin ou boite de sucre en papier) ou provenant du commerce (comme la boite de biscuits, les cannettes ou encore les tasses). Ne pas oublier les détails comme la prise de courant de la cafetière, les interrupteurs d’éclairage, les panneaux d’avertissements divers etc.

Gros plan sur le coin "café", bourré de détails... Le col de cygne est en fil de fer, l’embout est une languette d’alu enroulée, les robinets sont de petits écrous avec une goutte de peinture bleue et rouge. L’évier est une barquette de fromage...

Une vue depuis le carré arrière, vers le poste de pilotage. On s’y croirait, non ?