Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

jeudi 27 avril 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Les kits du commerce

Le kit interrupteur 2 canaux à mémoire de Conrad

Jean-Luc Béchennec

Dès que l’on veut doter ses modèles de fonctions d’éclairage ou sonores, quatre solutions s’offrent à nous pour les commander. La première consiste à bricoler quelque chose à partir d’un servo-commande et d’interrupteurs du commerce plus ou moins adaptés. La seconde possibilité est de se tourner vers les modules tout faits des différents fabricants de radio-commande. la troisième est de rechercher un schéma de circuit et de tout construire de A à Z. Enfin, la dernière consiste à rechercher si la fonction désirée ne se trouve pas parmi les nombreux kits que proposent les chaînes de magasins d’électronique.
-  La première solution présente l’inconvénient d’un manque de fiabilité et d’un encombrement conséquent du mécanisme qui, du coup, ne pourra pas prendre place dans les plus petits modèle
-  La seconde est généralement d’un coût élevé. En effet, chaque fabricant à tendance à saturer le module de fonctions dont le nombre dépasse de loin ce qui est nécessaire. De plus le fonctionnement du module n’est pas garanti avec une radio d’une autre marque.
-  Construire tout nécessite de se doter des moyens de le faire (réalisation des circuits imprimés, programmation de micro-contrôleur, ...)
-  La dernière offre l’avantage d’un prix raisonnable allié à une réalisation aisée pourvu que l’on dispose d’un fer à soudé adapté.

Afin de doter le Canadian Coast Guard d’un éclairage et d’une sirène, je me suis penché sur la dernière solution.

Le kit interrupteur 2 canaux à mémoire de Conrad [1]

Le kit est livré dans un sachet plastique : une notice en français de 16 pages, le circuit imprimé et les composants. La première partie de la notice consiste en une présentation de la fonction réalisée ainsi qu’en des conseils de montage et de soudure. La seconde partie explique le montage par type de composant (on commence toujours par les composants qui dépassent peu du circuit imprimé et l’on termine par les plus proéminents).

Que fait le montage ?

La fonction occupe une voie de la radiocommande et associe une fonction d’interruption à chacun des canaux de la voie. Supposons que la voie corresponde, sur l’émetteur, à un manche, le fait d’amener le manche en bout de course d’un côté actionnera l’un des interrupteurs et de l’autre côté, l’autre interrupteur. Chaque interrupteur peut se comporter de 3 façons différentes :

Contact à enclenchement Lorsqu’on amène le manche en bout de course, l’interrupteur s’enclenche et reste enclenché lorsqu’on relâche le manche. Pour éteindre, il faut répéter la manoeuvre.

Contact sans enclenchement (s’obtient avec les "jumper" TA et TB.) Lorsqu’on amène le manche en bout de course, l’interrupteur se ferme. Lorsqu’on relâche le manche il s’ouvre.

Mode combiné ("jumper" TT.) Les deux modes précédents sont actifs simultanément. Si on maintient le manche moins de 2s en bout de course, le contact est avec enclenchement, sinon, il est sans enclenchement. Ce mode affecte les deux interrupteurs.

L’état de chaque interrupteur est répété par une diode. Lors de l’allumage de la radio (émetteur et récepteur), le circuit "apprend" la position milieu du manche. Lorsque l’apprentissage est terminé, une diode s’éteint. Si la diode reste allumé, vous avez sans doute oublié d’allumer l’émetteur.

La tension utilisable sur les interrupteur va de 5V à 25V avec une intensité de 1,5A, ce qui suffira pour les fonctions qui n’utilisent pas un moteur électrique. Sinon, il faut intercaler un relai.

Mise en place des composants

Il n’y a pas de difficulté dans me montage. Les composants sont clairement identifiés et je n’ai quasiment pas eu de doute sur le sens d’implantation (une comparaison entre le schéma électronique et le schéma d’implantation lève une éventuelle incertitude). Il est nécessaire de disposer d’un petit fer à souder pour l’électronique. Pour ma part, j’ai un fer de 15W. De cette manière on évite d’endommager les composants par une surchauffe.

Mise en service

Ça fonctionne du premier coup, que demander de plus ? Rien si ce n’est une identification plus claire des bornes de connection. En effet, sur le schéma, les sorties sont identifiées comme suit :
-  +U0 : tension d’alimentation positive
-  GND : masse de l’alimentation
-  +A,B : l’alimentation positive commune des deux interrupteurs
-  Canal A - : la masse du canal A (interrupteur 1)
-  Canal B - : la masse du canal B (interrupteur 2)

Le circuit imprimé ne porte malheureusement pas les mêmes informations : +, LA, +L, -, LA (doit y avoir une erreur là ;-)

La confrontation du schéma électronique et de l’implantation permet de comprendre qui fait quoi. On a donc :

Schéma électroniqueSchéma d’implantation
+U0+
+A,B+L
GND-
Canal A -LA, celui du bas (cf. page 13)
Canal B -LA, celui du haut (cf. page 13 [2]

[1] cet article est indépendant de la société Conrad

[2] ici il y a sans doute une erreur, cette borne devrait s’appeler LB.

Photo 1

Le contenu du kit.

Photo 2

Implantation des résistances.

Photo 3

Le montage terminé. La prise vers le récepteur n’est pas fournie. Les deux diodes vertes rappellent l’état des interrupteurs, la diode rouge est éteinte en fonctionnement normal, allumée lorsque l’émetteur est éteint.

A noter que Conrad met la notice de montage en téléchargement sur son site