Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

samedi 21 octobre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Trucs et astuces basiques

Trucs en vrac 22

Albertus

Le squelette du bateau

Une quille "tout d’une pièce"
-  Lorsqu’on travaille d’après un plan, on découpe la quille, puis les couples, et on positionne ceux-ci en les encastrant en place dans la quille. Il faut alors bien les positionner en vertical par rapport non pas à la quille mais par rapport à la ligne de flottaison. Il faut aussi veiller à ne pas les basculer vers bâbord ou tribord, et vérifier leur enfoncement sur la quille. Toutes ces mesures difficiles à vérifier sont garanties par ce truc tout simple :

La quille a été découpée d’une pièce avec l’étrave, la poupe et ce qu’on va appeler UNE LATTE DE TONTURE reliant l’étrave à la poupe. Les entailles de positionnement des couples sont habituelles dans la quille, mais en plus des entailles repères ont été ménagées dans cette latte de tonture, pour pouvoir y positionner les faux barrots des couples. C’est tout simplement génial, car cela assure le bon positionnement, le bon alignement, le bon placement d’équerre des couples ainsi que leur bon enfoncement sur la quille en faisant affleurer les barrots avec lehaut de la latte de tonture.

Ici réalisée en métal, mais dans la suite du texte vous trouverez l’explication pour la construction bois - 15.5 ko
Ici réalisée en métal, mais dans la suite du texte vous trouverez l’explication pour la construction bois

Pratiquement, pour une construction en bois avec une quille de 10mm d’épaisseur, la quille sera découpée deux fois, de l’étrave à la poupe, dans du ctp de 4mm. Ces quilles "mi-épaisseur" seront collées de part et d’autre de la quille complète comprenant la tonture, qui, elle, sera réalisée en ctp de bouleau de 2mm
Les passages du tube d’étambot et de jaumière ne devront plus être forés avec tous les problèmes de centrage qu’on peut rencontrer, mais seront facilement réalisés à plat, en ménageant des rainures dans la face intérieure des "demi quilles" de 4mm. Après collage, il suffira de "détruire" le ctp 2mm en passant un foret dans le passage


Un pont qui correspond au tracé du plan

Equerrer les couples
-  Combien de fois n’a t’on pas entendu dire par un modéliste que le plan qu’il exploite pour construire son bateau est faux ? Certes, il y a des plans mal dessinés, mal reproduits ou imprécis, mais certaines erreurs sont à charge du modéliste lui-même. C’est souvent le cas pour l’imprécision (relative) du faux pont découpé en suivant le tracé de la vue d’au dessus. Le pont est trop étroit par rapport à la coque que l’on a construit ? En réalité, c’est la coque qui est trop large !
En fait cette erreur est imputable au modéliste qui n’a pas correctement positionné et équerré les couples _Rappelons que l’équerrage d’un couple ne consiste pas à le placer bien d’équerre, mais fait allusion au ponçage du chant du couple pour que les lattes de bordé y appuient bien. Si le couple n’est pas équerré, le bordage ne sera pas correct, et donc le faux pont découpé d’après le plan sera trop étroit


Commande centrale de deux safrans

Double renvoi
Si le servo se trouve au milieu du bateau, la solution A sera la meilleure. La solution B tord la tringlerie, elle ne convient pas !
S’il reste suffisamment de place à la poupe, la solution B sera avantageusement remplacée par la solution C


Descendre le moteurs au plus bas dans la coque

Un moteur suspendu
Pour pouvoir descendre le moteur au plus bas dans la coque, sur certains kits mal pensés, on est obligé d’entailler fortement la quille et d’imaginer un support moteur à fond de cale, mais on est parfois gèné par les couples dont il faudrait aussi découper la base avec le risque de déforcer la coque. La solution proposée est de suspendre le moteur sous son support plutôt que de le poser dessus.

La commande de deux safrans par un servo

Vérifier le parallélisme
-  On l’a dit et redit, on l’a montré en dessins, les tringleries installées doivent être rigoureusement parallèles ET perpendiculaires entre-elles._ Mais il faut insister en rappelant que le parallélisme doit être constant même pendant le mouvement du servo
Sur le dessin de gauche, c’est ok, tout reste parallèle. _ Par contre, sur le dessin de droite, si cela semble ok lorsque le servo est au repos, en mouvement on constate que ce n’est plus le cas : on perd le parallélisme  - 13.3 ko
_ Sur le dessin de gauche, c’est ok, tout reste parallèle. _ Par contre, sur le dessin de droite, si cela semble ok lorsque le servo est au repos, en mouvement on constate que ce n’est plus le cas : on perd le parallélisme


Commander la direction de deux hydrojets

Alignement
-  Les guignols de direction des hydrojets sont particuliers par leur forme. Je parle ici des hydrojetjets de la marque allemande KM-B, les seuls disponibles après la disparition de Graupner, mis à part un tout gros modèle en métal commercialisé par HobbyKing


la solution de gauche n’est pas recommandée car la poussée du servo provoque la perte du parallélisme des tringles, ce qui fait que la tringle entre les guignols subit une force qui voudrait lui faire prendre la forme d’un S
La solution de droite est parfaite, il faut juste trouver une chape double (assez rare)