Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

jeudi 23 novembre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le Tuiga

TUIGA chapitre 5
Mât gréement dormant et courant

Alain Meyer

Gréement courant
-  Tous les cordages qui sont utilisés pour mettre en place les voiles, les manoeuvres qui vont et viennent pour relever et étarquer les voiles.
Les écoutes de focs de grand-voile, les drisses pour ce qui "grimpe".
Les palans utilisés pour les manœuvres en font aussi partie.

Gréement dormant
-  Tout ce qui est fixe sur le voilier.
Les haubans, bas-haubans, galhaubans, étais, bastaques, balancines, martingale, pantoires, la sous-barbe, le tout fixé sur le mât.
Le beauprés, la bôme, le gui, les balestrons de voile de flèche.

C’est donc par la description du gréement dormant que nous allons commencer.


LE DORMANT :

Le mât est tenu par les différents haubans, sur chaque bords.

Gréement dormant - 120.3 ko
Gréement dormant
Tuiga au début de son armement. L’armoire mesure 205 cm de haut.

Sur Tuiga, comme le mât est d’une pièce, nous trouvons deux bas-haubans capelés au dessus des barres de flêche, un hauban capelé en tête de mât et un galhauban capelé sur les pitons d’étais des focs et martingale.
Le galhauban passe par le milieu de la barre de flêche et est fixé sur un palan pour le raidir au besoin.
Les cadènes sont fixées en traversant le pont sur des renforts repris sur les couples.
Tous les haubans sont étarqués sur ces cadènes.

Bastaques de tête - 52.3 ko
Bastaques de tête
Elles sont capelées en tête de mât, étarquées sur des cadènes en passant par un palan.

Galhaubans  - 119.5 ko
Galhaubans
Les galhaubans sont capelés au dessus de la poulie supérieure (mât) du palan d’étarquage de la bôme de grand-voile. Ils sont repris par un palan sur des cadènes.

Encornat de la corne de grand-voile - 97 ko
Encornat de la corne de grand-voile
L’encornat est une pièce en forme de mâchoire qui coulisse sur le mât. Il tient la corne en place sur le mât et y est retenu par un collier de racage en pommes de bois. Il est hissé à l’aide d’un palan à 4 brins. A cet endroit le mât est fourré d’une plaque de laiton.

Sur cette photo on remarque la pantoire à laquelle est suspendu le palan utilisé pour hisser la grand-voile, le gui, et son encornat.

Pataras - 84 ko
Pataras
Les seconds pataras sont capelés sur des pitons au niveau du cerclage des barres de flêche. Ils sont repris par des palans frappés sur des cadènes de pont.

Les pataras sont activés selon le vent, étarqués au vent pour soutenir le mât et largués sous le vent pour laisser la bôme libre. Sur mon modèle naviguant, je vais décrocher les pataras de tête pour les mettre au pied du mât (ils sont inutiles à cette échelle). Les pataras de flêche restent en place. Le brin fixe de la cadène au premier moufle est un brin élastique (cordonnet de modiste) le poid de la bôme et la force du vent suffisent à "larguer" le palan


Le pied de beaupré - 45.8 ko
Le pied de beaupré
Le pied est cerclé, le petit taquet cylindrique est en fait la tête de la vis qui traverse l’espar pour venir se bloquer dans un écrou fixé sous une petite plaque de laiton collée sur la fougère

LES HAUBANS

Haubans en tête - 46.2 ko
Haubans en tête
Ils sont capelés en tête de mât. Sur les haubans sont capelés les deux pataras de tête (arrières) qui sont repris par un palan sur les cadènes.

Bas haubans - 47.9 ko
Bas haubans
Ils sont capelés au dessus des barres de flèche : tribord avant en premier, babord avant ensuite, tribord arrière en troisème et bâbord arrière en dernier.

Capelage - 75.5 ko
Capelage
J’ai récupéré l’isolation d’un fil électrique (2mm) et j’ai passé le hauban à l’intérieur pour simuler le fourrage. Un petit bout de tube de ø 2mm sertit le câble sur lui-même

Estorpe - 50.4 ko
Estorpe
Le sertissage est également utilisé pour les poulies ou les pitons et cadènes.

Pied de mât - 67.2 ko
Pied de mât
Tout n’y est pas ... Ridoirs de haubans, palan de galhauban, une partie des premières drisses.


ÉTAIS ET BEAUPRÉ

Nous avons vu le dormant du mât, surtout sur l’arrière. Nous devons aussi tenir le mât sur l’avant. Tuiga possède trois étais sur l’avant dont deux sont repris sur le beaupré et le dernier sur une cadène à la base du beaupré. A signaler la martingale fixée sur l’avant du mât qui reprend les forces de l’encornat.

Le beaupré est tenu par la sous-barbe fixée sur une cadène juste au dessus de la flottaison et reprise sur la tête par un ridoir. De chaque côté un hauban part de la tête et rejoint un ridoir fixé sur une cadène. Les deux étais du mât sont repris sur un ridoir (chacun) fixé sur la tête. Tout cela doit être ridé (tendu) avec accord.

Le beaupré sur le vrai bateau - 60.9 ko
Le beaupré sur le vrai bateau
La sous-barbe et les ridoirs d’étais, avec les haubans, sur le vrai Tuiga

Beaupré maquette - 71.1 ko
Beaupré maquette
Le beaupré (ou bout-dehors) est réalisé en bois de frêne teinté

Tête de beaupré - 30.3 ko
Tête de beaupré
Cerclage de la tête du beaupré. Ridoir de sous-barbe, ridoirs d’étais, capelage de haubans.

Sur cette photo on voit le ridoir du bas étais et la poulie de renvoi de la ride du foc. La drisse et fixée de façon provisoire.

Barres de flêches de beaupré et arc-boutant de martingale - 26.7 ko
Barres de flêches de beaupré et arc-boutant de martingale
L’arc boutant de martingale (ou de beaupré) est le petit espar vertical qui vient raidir la martingale.
La martingale est le haubanage de sous-barbe

Le gréement courant fera l’objet du prochain article.