Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

mardi 27 juin 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Amphicar

Amphicar : assemblage et finitions

Thierry Jorissens

Voici venu le moment de l’assemblage du puzzle que représente l’Amphicar à cet instant de la construction. Toutes les pièces sont fabriquées et peintes, l’ordre de leur installation a été conçu pour éviter des dégradations lors des manipulations, les essais réels sont pour bientôt !

Agrandir cette image
Une vue qui donne une idée du puzzle à assembler !

agrandir cette image
Vu de l’avant, il y a encore plus de petites pièces !

J’aime bien ce genre de vue "éclatée" qui montre toutes les pièces rapportées...

Rien que pour le plaisir, voici encore quelques photos de ce puzzle :

L’aviez-vous remarqué ? J’ai malencontreusement inversé les deux contre-portes avant sur cette photo...

Les premiers éléments à coller sont les moins fragiles : la décoration du couvercle de coffre et du capot, avec le raccordement de leur LED et de leur fiche démontable respective, et leur joint en mousse sur la carrosserie. Puis on colle la lame caoutchoutée arrière (en styrène...), on termine les optiques arrière et on installe les entourages chromés des phares, des ailerons et la baguette avant.

Le couvercle de coffre reçoit ses accessoires : les cache-serrures (collés à la cyano), le logo (collé au double-face noir) et le feu de navigation (collé à la cyano).

Le cabochon de clignoteur reçoit un joint (o-ring en caoutchouc collé à l’époxy) et un enjoliveur chromé (pas encore installé lors de la prise de vue). Le feu arrière est entouré d’un fil de soudure 1 mm collé à l’époxy.
La lame de protection (un plat peint en alu et un demi-rond en styrène) est collée à l’arrière (à l’époxy).

On voit ici le joint en mousse renforçant l’étanchéité du coffre. L’enjoliveur chromé au-dessus du phare est en alu autocollant.

Le joint en mousse du capot est bien visible. Les ailes et les ailerons ont reçu leur enjoliveur chromé, toujours en alu autocollant.

Dernière touche à l’avant, les baguettes chromées : un profilé plat en styrène recouvert d’alu autocollant.
Elles sont solidaires du couvercle de coffre sur la vraie, mais sont collées sur la face avant sur mon modèle.

Vient le tour des déflecteurs, puis de l’installation de tout l’habillage intérieur : sièges, contre-portes, tableau de bord, volant, pare-soleils, rétroviseur intérieur. Le pare-brise n’étant pas encore installé à cet instant, l’accès est plus facile.

Les baguettes latérales sont collées en s’assurant de leur horizontalité grâce à un laser. On fixe le retro extérieur, les poignées de portières, on termine ces dernières par les lèche-vitres. Ensuite les phares avant reçoivent leur face bombée, et on installe enfin le pare-brise.

La vitre reçoit de chaque côté, sur sa périphérie, du double-face noir. Elle est collée par l’intérieur contre l’encadrement extérieur, et un autre encadrement intérieur y est appliqué.
Le double-face étant coupé plus large que l’épaisseur de l’encadrement, cela simule le joint en caoutchouc. Quelques morceaux de styrène peint en "vert fjord" simule l’entourage métallique de la partie mobile du déflecteur (non fonctionnelle...), et la poignée chromée intérieure est ensuite collée.
Un petit morceau de papier peint en "vert fjord" est collé sur le dessus et termine le déflecteur, visuellement particulièrement conforme.

Un rayon laser (un niveau à laser Bosch Quigo) projeté contre la carrosserie permet d’obtenir une parfaite horizontale pour appliquer les baguettes de protection.
Celles-ci sont collées au double-face.


Nous voici au terme de cette réalisation, qui m’a donné du fil à retordre mais surtout beaucoup de plaisir et de la satisfaction au vu du résultat : il s’agissait d’un beau défi, et probablement le modèle qu’il m’a le mieux plu de reproduire jusqu’ici.
Cette Amphicar a déjà participé à plusieurs expos (Vielsalm, Mons, Sedan...), et a chaque fois provoqué le même déluge de questions. C’est un modèle inattendu sur un stand de navimodélisme, où l’on s’attend à trouver des bateaux... mais c’en est un !
Rares sont ceux qui connaissent la vraie Amphicar, et beaucoup pensent qu’il s’agit d’un "bidule" imaginaire né d’une "élucubration" de modéliste... J’ai même entendu quelques enfants demander à leur papa s’ils pouvaient eux aussi faire naviguer leur voiture téléguidée dans l’eau...

C’est évident : cette Amphicar au 1/6e ne laisse aucun badaud indifférent dès lors qu’il se rend compte qu’elle roule, qu’elle navigue, que tous les feux fonctionnent, et qu’elle reproduit fidèlement une vraie "voiture" !
Alors quand je montre qu’en plus elle est en bois...

Le plancher reçoit sa peinture noire finale, et ses deux leviers (collés à l’époxy). Le siège est en place pour s’assurer de la position conforme de ces leviers.

La banquette arrière est installée pour s’assurer du positionnement correct des contre-portes. La petite garniture en avant de la porte et la contre-porte sont collées à l’époxy.

Le tableau de bord est enfin collé, à l’époxy. Puis vient le tour des compteurs, en centrant bien la LED qui indiquera la mise sous tension.
La platine supportant les 3 boutons de commande du chauffage à gauche est collée sous le tableau de bord à la cyano.

Le couvercle du vide-poche est collé à son tour à l’époxy. Puis le plancher est installé, ainsi que le siège avant, ce qui permet de coller définitivement la colonne de direction à la bonne distance.
Le volant en lui-même est amovible de la colonne de direction, pour permettre l’installation de la conductrice...
En non-fumeur invétéré, je n’ai PAS reproduit le cendrier...

Voici les derniers accessoires de l’intérieur : les pare-soleils orientables, et le rétroviseur.

Retour à la carrosserie : installation des poignées de portières (enfoncées dans un petit trou par le bouton poussoir qui dépasse, et collées à la cyano) et collage à l’époxy du rétro extérieur gauche (à l’époque, il n’y en avait qu’un côté conducteur).

Les lèche-vitres sont un simple morceau de papier enduit de G4 collés au double-face noir.
On voit bien sur cette photo le réalisme du déflecteur grâce à sa conception en 3 couches !
A l’arrière, le lèche-vitres est pour moitié solidaire de la partie amovible composant la banquette arrière, et pour moitié de la carrosserie elle-même. La liaison visible entre ces deux parties renforce l’aspect conforme malgré l’absence de vitre à cet endroit sur le modèle !

Les phares avant reçoivent maintenant leur face bombée.
La vitre de la lampe de poche est en plastique, la face bombée aussi. J’ai choisi une colle transparente réagissant aux UV : je dépose un ruban circulaire de colle sur la face bombée, que j’applique contre la lampe de poche, et je fixe la colle en exposant le phare aux UV (une petite lampe UV est fournie avec cette "colle UV").

Le pare-brise est une simple feuille de styrène transparent, ou même du plastique quelconque suffisamment rigide mais suffisamment souple pour épouser la forme de son encadrement.
Il est engagé d’abord "dans" un montant (voir cet article), puis appuyé contre la traverse supérieure (et la baguette inférieure), et enfin engagé "dans" le deuxième montant.
J’ai utilisé la même colle UV que pour les faces bombées des phares. J’ai appliqué un ruban de cette colle sur la périphérie intérieure du pare-brise, j’ai installé le pare-brise comme indiqué ci-dessus, et j’ai durcit la colle à la lampe UV.
Sur la photo, je n’ai pas encore installé la garniture chromée sur la bande noire verticale du montant.

Le pare-brise est entouré d’une bande de papier noir recouvert de G4, et garni une fine bande d’alu autocollant. Cela représente l’entourage en caoutchouc avec le jonc chromé de la vraie Amphicar.
Les 4 bandes des 4 côtés du pare-brise sont préparées, et chacune reçoit du double-face. J’ai choisi 3 "bandes" de double-face de 1 mm plutôt qu’une seule bande de 5 mm, ce qui permet de former des arrondis plus facilement.

Les essuie-glaces peuvent alors être mis en place. Puis on fixe les deux bumpers arrière et le pare-chocs avant. Restent quelques finitions comme les logos d’ailes, la grille d’aile avant gauche, la plaque minéralogique, le "kit d’urgence" (une option d’époque !) incluant une bouée, une rame et un extincteur.
La dernière touche est l’installation des Barbies...

Les essuie-glaces reçoivent leur "raclette" en vrai caoutchouc, et sont enfoncés dans leurs trous respectifs dans la baie de pare-brise, et les raclettes sont collées contre celui-ci (à l’époxy).

Les bumpers sont collés à l’époxy (...abondamment !...), et vissés sous le plancher du coffre arrière.
On voit bien ici l’enjoliveur chromé du cabochon de clignoteur (bande d’alu autocollant).

Les deux bumpers sont installés. La rondelle de rejet d’eau, le tuyau d’échappement et les catadioptres sont collés (au double-face noir).

Le pare-chocs avant est enfin collé, abondamment même, à l’époxy.

Les logos d’aile sont collés à la colle à bois D3 appliquée au pinceau. Après 10 minutes de séchage, les débordements de colle sont simplement enlevés en les "pelant" avec le doigt humecté.
Il s’est avéré que ce collage est le plus résistant à l’eau parmi ceux testés (pas de décollement après 3 minutes sous eau, or les logos ne seront que mouillés voire inondés, pas immergés).

La grille d’aile gauche est réalisée à la mini-fraiseuse dans un morceau d’alu (offset) et collée au double-face noir.

La plaque minéralogique trahit ma nationalité...
Elle ne serait pas admise officiellement, mais bon...

Il s’agissait d’une option à l’époque de la sortie de l’Amphicar : une rame en bois, une bouée (qui n’était certainement pas comme celle-ci...), et un extincteur, qui se fixe au sol, à gauche du siège conducteur.
La rame est en bois sculpté et vernis, la bouée est un anneau de rideau, et l’extincteur provient de Cap-Maquettes.

La conductrice et sa copine sont prêtes pour une balade sur l’eau !



Cela me plairait bien, un jour, de pouvoir réunir plusieurs Amphicar modèle réduit, tout comme les possesseurs de vraies Amphicar (et d’autres amphibies) se réunissent chaque année...

L’appel est lancé !