Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

vendredi 28 avril 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le PT-109

Présentation

Jean-Yves Patris

Le PT-109 présenté ici est issu d’un kit plastique Lindberg au 1/32e, modifié pour que le modèle soit navigant. Le kit de Lindberg coûte environ 700FF, le modèle se compose d’une coque (en une pièce) d’un pont prédécoupé (l’ouverture vers les entrailles de la vedette est généreuse, mais l’étanchéité avec le pont est à améliorer.

Photo 1 - 13.8 ko
Photo 1
Vue générale du bateau qu’a commandé JFK.

Les superstructures sont simples à monter, quelques détails sont à ajouter :
-  Le chaumard avant.
-  La ligne de vie et les chandeliers (usinés en laiton).
-  L’embase de l’antenne radio (l’antenne elle-même est un morceau de câble de frein de vélo).
-  Les rambardes des tourelles de mitrailleuses (tiges et fils de laiton brasé).
-  Les étais du mât.
-  L’arceau du canon oerlikon ( pour empêcher le tir accidentel dans les superstructures).

Figure 2 - 10.4 ko
Figure 2
Plusieurs renforts sont nécessaires pour fixer solidement les arbres d’hélice.

La mécanique d’origine est à revoir complètement.

La coque étant très rigide, elle ne nécessite aucun renfort, ce qui laisse un volume intérieur important. Il y a deux boutonnières usinées dans la coque ce qui nous permet d’y glisser les tubes étambots. Sur mon modèle, l’arbre central à été ajouté après finition, dès lors la configuration de la salle des machines ne me laissait qu’une marge de manoeuvre assez faible.

Figure 3 - 13.5 ko
Figure 3
Implantation des équipements à l’intérieur de la coque.

L’étanchéité entre la coque et les différents éléments de propulsion et de gouverne a été réalisée à l’aide d’époxy. Les supports des moteurs speed 600 ont été fixés grâce au bon vieux double face "3M". Le speed 500 est fixé sur un support en carte plastique. Les trois moteurs sont refroidis à l’eau : serpentins pour les Speed 600, refroidisseur de collecteur sur le 500. Deux écopes alimentent les 600, la mèche creuse du gouvernail central alimente le 500. Les écopes sont raccordées aux refroidisseurs avec des durit en silicone.

Le manque de place à l’arrière de la vedette m’a obligé de placer mon servo de direction vers l’avant, et à utiliser un flexible pour commander les safrans. La radio est un 314 de graupner ; j’utilise trois voies pour la propulsion et la gouverne et une quatrième pour la sirène. Le récepteur est fixé (velcro) au-dessus du pont. L’antenne passe au travers du pont près du mât de gueuse et forme le câble du grand pavois et passant par le mat et en se rattachant à l’arceau du 20mm. Il n’y a pas d’accus de réception, (système BEC). Deux variateurs électroniques régulent la puissance des moteurs (à fond, la vedette déjauge plus d’un tiers de sa longueur). Il faut soigner le câblage électrique, en utilisant des câbles de section importante, des connexions "gold" et soigner les soudures et l’isolation électrique, ça chauffe déjà assez, ne risquons pas l’incendie à bord. Prévoyez des accus à faible résistance interne qui peuvent encaisser les ampères (environ 50A).

Photo 2

Vue du pont. On distingue en bas le canon oerlikon avec derrière l’arceau qui a été ajouté. Les membres d’équipage donnent de la vie sur le pont.

Figure 1

Modification des ouvertures de pont pour assurer l’étanchéité. Les sabots de fixation sont des petites pièces en plastique transparent. Ils peuvent pivoter pour verrouiller ou libérer la trappe.