Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

mardi 24 octobre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le Beg Ar Men II

Un modèle de début

Michel Essirard

Le Beg ar Men est un chalutier de pêche artisanale, construit vers 1976 par les chantiers Piriou à Concarneau. Ce chalutier "pêche arrière" possède un pont couvert qui protège les marins des embruns et des conditions atmosphériques. L’apparition des portiques pour le chalutage arrière a augmenté la sécurité dans le travail et a amené une plus grande productivité.

Beg ar Men : (en breton : le sommet de la montagne, la pointe du rocher)
-  Chalutier de pêche artisanale
-  Etait basé à Lorient
-  Pêche arrière
-  Pont couvert
-  16 m

Le plan de modélisme de ce chalutier est au 1/20e. A cette échelle le bateau mesurera donc 80 cm de long sur 22 de large. Offrant un assez grand volume intérieur, la maquette est de construction facile bien que fidèle et détaillée et peut être recommandée comme bateau de début.

Mon projet a germé en avril 2004 en découvrant un plan du Beg Ar Men, mais déja avec un sérieux problème, car ce plan ne reprenait pas le dessin des couples. J’ai alors demandé sur le web si quelqu’un possedait le plan de ces couples et j’ai eu rapidement la réponse d’un modéliste internaute qui me les a expédiés (et qui depuis est devenu un ami - merci Eric ! )

Le plan complet est disponible à la revue MRB

C’est en septembre 2004 que j’ai donc pu commencer la construction : découpage de la quille et des couples en contreplaqué, pose du bordé tout en baguettes de bois.

Bordage de la coque - 11.9 ko
Bordage de la coque
Les baguettes de bordage sont collées jointives entre-elles. Leurs extrémités sont éventuellement brochetées. Les clous de fixation ne sont pas enfoncés à fond, ils seront retirés après la prise de la colle.

Le plus difficile pour moi était de réaliser le tulipage de la proue. J’ai décidé de le faire en blocs taillés et j’ai collé différentes épaisseurs de balsa qu’il a fallut ensuite poncer pour en sortir la forme. C’est un long travail, mais je suis assez fier du résultat obtenu !

Bloc avant - 11.5 ko
Bloc avant
Constitué de plusieurs couches de bois, le bloc avant doit être taillé et poncé pour obtenir la forme souhaitée. C’est un travail long et difficile, mais le cintrage des bordé à la proue présentait encore plus de difficultés.

J’ai ensuite installé moteur et radio. Un des gros avantage de ce type de bateaux est qu’ils offrent un grand volume intérieur et que le grand volume d’eau déplacé permet de ne pas trop se soucier du poids de la construction (merci monsieur Archimède)

Ensuite est venu le masticage avec un enduit gras extérieur, et le ponçage, le ponçage, le ponçage ...

La construction de la cabine est assez simple et n’a pas posé de problème majeur. Tout le vitrage est réalisé en plexiglass.

Puis est venu le moment de passer à la peinture et cela m’a pris beaucoup de temps. Le masquage est délicat avec les bandes rouge, noir et blanches. Peinture, ponçage, peinture, re-ponçage, re-peinture etc. ... jusqu’à obtenir un résultat acceptable.

Ensuite je me suis occupé de la cabine dans laquelle j’ai installé l’éclairage intérieur et que j’ai meublé avec du mobilier réalisé en carton et peint. J’ai installé un petit moteur pour faire tourner l’aérien du radar, moteur récupéré dans un vieux magnétophone. J’ai adapté la vitesse de rotation avec des résistances. Pour les feux de mât et de navigation, j’ai utilisé des diodes.

J’ai aussi installé une corne de brume, commandée par un micro-switch qui fonctionne lorsque l’on tourne le gouvernail à fond vers la droite.

Le treuil arrière est lui aussi motorisé (toujours un moteur de récupération) Il fonctionne suivant le même principe en tournant le gouvernail à fond vers la gauche. Cette astuce d’utiliser des petits contacteurs m’a permis de ne me servir que de deux voies pour quatre actions. Un bruiteur diesel (kit Weymuller) est installé avec un haut-parleur de bonne taille. Comme le pont arrière n’est pas fermé, celà fait une exxcellente caisse de résonnance et on l’entend bien.

Pour encore plus de réalisme j’ai aussi installé des projecteurs sur le portique arrière. La grue du pont se lève et se baisse au moyen d’une petite chaîne reliée à un servo.

Pour faire fonctionner tout ça, un tableau de commande est caché sous le pont.

Deux grosses batteries 6 volts (récupérées sur des aspirateurs rechargeables) alimentent le modèle, une pour le moteur de propulsion et l’autre pour les accessoires. De toutes façons je n’avait pas de problème de poids et il a encore fallut lester le chalutier de plomb pour le mettre dans ses lignes d’eau, car le modèle est assez ventru.

Résultat final - 11.3 ko
Résultat final
Prêt à naviguer. Le ber de présentation est simple mais stable. La radio utilisée, la Ranger II N Hitec, est une deux voies.

Vue sur le pont arrière

Il n’est pas fermé. J’y ai installé le HP du bruiteur diesel

La grue du bord

Elle est fonctionnelle, animée à l’aide d’un servo

Tableau de commande

Tous ces interrupteurs sont cachés sous le pont. L’utilisation d’une radio-commande plus sophistiquée permettrait de les actionner par radio

La quille

C’est par elle que tout commence. Elle est soigneusement découpée dans du multiplis

Les couples

Les couples sont ajustés sur la quille, les bouchains et les livets sont en place, le volume apparaît enfin

Finition de la coque

Après un premier ponçage au papier à gros grains, la coque est entièrement recouverte d’un enduit gras pour l’extérieur avant d’être poncée, poncée et reponcée.

Voilà ! j’ai rédigé cet article pour encourager ceux qui débutent dans le modélisme et leur montrer qu’avec de la patience, de la persévérance et quelques astuces on peut réaliser un modèle très convivial. L’ensemble fonctionne avec une simple radiocommande à 2 voies. Pour ceux qui veulent pousser plus loin le détail, voici un lien vers un site où l’on peut voir quelques photos du vrai bateau Breiz-Izel qui est un des sister-ships du Beg Ar Men II