Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

dimanche 23 juillet 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Boulogne Etaples

Un Boulogne Etaples au 1/10e

Albertus, Alexandre Ramon

Je vais vous présenter une maquette que je trouve exceptionnelle parce que son constructeur, Alexandre RAMON, un modéliste du MCBM "Model’ Club du Bassin de la Muette" à ELANCOURT dans les Yvelines, l’a construit en quelques mois seulement, en appliquant pratiquement tout ce qui a été écrit sur ce Webzine à propos de trucs, de méthodes, de techniques, de patine, et pour un résultat remarquable.

Malheureusement Alexandre n’est pas prolixe, mais heureusement ses photos parlent d’elles-même. Pour la compréhension, j’ai ajouté quelques commentaires en légende à ses photos.

Comme j’ai récupéré un dossier comportant une centaine de photos que j’ai sélectionnées, je ne présenterai pas la construction de ce bateau dans un ordre chronologique, mais par sections.

La coque

Découpe de la quille dans du ctp de 10mm, d’une seule pièce avec étrave, massif d’étambot, talon de quille et support du tableau arrière

La construction s’effectue quille en l’air ou quille en bas, suivant la zone en chantier

Les couples sont forés de trous qui permettront le rangement des fils électriques. Le tube d’étambot traverse la quille, renforcée à cet endroit par des joues en ctp

Des demi joncs sont collés sur la coque pour représenter les protections latérales et surtout arrières, typiques des chalutiers. La coque, enduite et poncée, a été peinte dans le vert habituel à ce modèle

Le Boulogne Etaples est un petit bateau, mais au 1/10e cela fait quand même un modèle encombrant ! +/- 109x39cm

Les détails

Un fut d’huile réalisé avec un tube de silicone et du fil électrique. Le marin rempli un bac à homards, l’eau circule avec une pompe

Un des nombreux dalots, fonctionnels, bien entendu !

Soudure de la rambarde.

Le treuil est fonctionnel. Il devra servir à descendre et remonter le filet.

Le bruiteur diesel fabriqué à partir d’un moteur 6v, d’un morceau de contreplaqué et un pot de yaourt. La came fait battre la pièce en nylon contre le fond du pot de yaourt. Ecoutez-le fonctionner en cliquant ici

La patine

La patine de ce modèle est vraiment exceptionnelle de réalisme, et je suis bien placé pour donner un avis. Lorsqu’Alexandre m’a envoyé ces deux photos, j’ai cru qu’il s’agissait d’un vrai bateau

Etonnant de réalisme !

La navigation

Pour plus de réalisme, les funes devraient être plus longues, mais il est dangereux de tracter un filet immergé dans un étang !


La cabine

Les fenêtres et la porte ont été découpées au cutter, dans un fin ctp de bouleau. L’assemblage des panneaux est renforcé dans les angles internes par des baguettes de section carrée.

Des petites lattes carrées sont collées sur la cabine pour parfaire le joint avec le pont. Les charnières de la portes ont été réalisées avec des attaches en laiton pour tableaux

Vue sur le tableau de bord. Remarquez les cartes marines roulées et le journal La Voix du Nord

Le scope du radar est fonctionnel, animé par un moteur de servo

La finition

Aspect soigné des peintures avant la patine

La caisse de transport : 116x45x68cm

La patine

Le pont est encombré, mais sans excès

Deux marins animent la maquette. Remarquez également les deux mouettes qui survolent le portique (sur de fines cordes à piano à peine visibles, elles bougent avec le mouvement du bateau)

Partie de pêche

Une des premières navigation . Par sa grande dimension, le bateau est imposant sur l’eau, et son comportement est très réaliste en navigation

Comme prévu, le bateau peut mettre ses filets à l’eau et les remonter pour simuler une marée de pêche. Sur leurs càp, les mouettes sont à la fête !


Je cède quand même la parole à Alexandre Ramon, il nous parle de la patine de son modèle :

Le bateau est tout simplement vieilli avec de la vraie rouille. La technique consiste tout d’abord à passer du vernis mat incolore aux endroits que vous voulez vieillir et ensuite à saupoudrer avec de la poussière de rouille que vous aurez au préalable fabriquée en laissant rouiller de la laine de fer "triple 0", par exemple la laine de fer Rasco.

Laisser sécher et enlever l’excédant. En ponçant à certains endroits, la peinture réapparaitra.

Avant de vieillir son modèle, il faut faire des essais sur de vulgaires morceaux de bois peints, pour ne pas risquer d’endommager le bateau. Attention, la patine est une opération délicate qui demande beaucoup d’observations sur de vrais chalutiers, car nous n’avons pas droit à l’erreur.

Cordialement, Alexandre