Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

dimanche 30 avril 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Hoogaars

Détails et patine

Albertus

Les techniques mises en oeuvre par les antiquaires peuvent avantageusement s’appliquer au modelisme naval. Plutôt que d’essayer de peindre un aspect vieilli du bois, il est plus logique, plus facile et bien plus beau de vieillir effectivement les matières employées en utilisant les différents produits des restaurateurs de meubles, des antiquaires et des brocanteurs.

Pavois en noyer - 17.3 ko
Pavois en noyer
Le pavois est construit en panneau de caisse à légumes, de grandes planches souples étant nécessaires. Plutôt que d’essayer de colorer agréablement ce bois blanc (bouleau) j’ai opté pour le placage de bois noble. Une fine pellicule (0,8mm) de noyer est collée à la colle contact (la colle à bois ne convient pas)

Pour le pavois, les différents panneaux de noyer (épaisseur 0,8mm) sont découpés aux ciseaux et collés à la Pattex-Contact, car on ne peut pas utiliser de colle à bois humide avec le placage. Les panneaux dépassent légèrement la forme en bois blanc, et sont arasés au papier emeri. Après teinture du noyer (teinture des antiquaires, couleur merisier - ben oui, la couleur noyer donnait trop foncé !) on frotte vigoureusement à la laine de fer, ce qui poli le bois et rend la teinte chaude. Les joints sont soulignés à la pâte noire de poêlier-fumiste, puis vivement essuyés au chiffon doux. Un verni satiné est appliqué après une semaine de séchage.

La plage avant - 23 ko
La plage avant
Le cabestan et surtout le guide de la chaîne d’ancre ont été abondamment noircis et lustrés. Les cordages lovés sont tout d’abord trempés de colle blanche diluée avant d’être mis à sécher en forme

Tous les accessoires (dérives, cabestan, bout dehors, guide de chaîne d’ancre, clairevoie etc) sont traités de la même facon, en insistant à la pâte noire aux endroits d’usure.

Dérive lestée - 15.4 ko
Dérive lestée
La dérive est lestée d’une feuille de plomb collée et clouée. Un coup de laine de fer après le martelage de mise en place, et on jurerait un vrai ! Tous les joints de panneaux sont recloués comme dans la réalité.

Les site traitant de la restauration des Hoogaars fleurissent sur le web. Les détails à copier sont nombreux

Les voiles aussi sont patinées ! - 26.9 ko
Les voiles aussi sont patinées !
Ici la voile de réserve, toujours présente quelque part sur un voilier de travail. Les voiles ont été teintes au cachou, un mélange d’eau salée, d’huile de lin et de poudre de racines d’accacias. La recette qui est authentique imperméabilise et empêche la moisissure

Caillebotis - 26.2 ko
Caillebotis
La bête noire des modélistes. Un article séparé vous explique une technique simple pour les produire en série.

Le cockpit - 24.7 ko
Le cockpit
Le cockpit est confortable avec sa banquette circulaire. La barre franche chantournée tombe bien sous la main du barreur. Le plancher est patiné (usé au papier de verre) en respectant les endroits de passage, plus fort au milieu et devant la porte du rouf.

Aïe Marieke-Marieke

Le lettrage du pavois est élégant, notamment le grand AM22 de l’avant. Les lettres sont dessinées sur le PC et la diskette est confiée à un spécialiste de découpe vynil par ordinateur.

Fixation des dérives latérales

Un judicieux système d’axe et de queue d’aronde permet la rotation libre des dérives. Une simple cale à enlever permet le démontage total

La banquette

La banquette du cockpit est recouverte de véritable cuir retourné provenant d’un échantillon récupéré chez un marchand de salons.

Le rouf

Muni de sa large verrière, le rouf plaqué noyer présente une forme ventrue. Par facilité de réalisation, c’est le toit du rouf qui s’enlève, les cotés font office de hiloires

Patine du pont

Le plancher présentait des taches de colle blanche qui empêchaient la pénétration des produits de teinture du bois. Même après ponçage et grattage vigoureux, des marques claires persistaient. Elles s’estompent à présent dans les traces d’usure dues au passage