Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

dimanche 23 juillet 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Drague à godets Henri Boutteville

Les dragues à godets

Albertus

Les maquettes que je réalise sont toujours présentées dans leur tenue de travail. Avec la rouille et les bosses, avec l’accumulation des couches de peinture, avec la patine due à l’usure elle même due à l’usage. Comme je cherche à transposer une atmosphère, je choisis des bateaux qui en dégagent une. Les Chalutier, les Remorqueurs et autres Supply ont ma préférence, mais j’avais envie de sortir de ce milieu et de témoigner d’autres métiers de la mer, moins connus. C’est en feuilletant le catalogue des plans MRB que j’ai flashé sur la Drague Henri Boutteville. Nombreux détails possibles, rouille en principe omniprésente, structure originale... mon choix était fait.

Drague à Godets Henri Boutteville II - 22.6 ko
Drague à Godets Henri Boutteville II
Photo prise à Modelexpo 2007 par je ne sais plus qui ! Je ne connais pas non plus le nom du maquettiste. Les personnes concernées peuvent se faire connaître.

Ce modèle en navigation correspond aux critères des Fédérations de Modélisme : il est présenté propre, non usé, avec l’aspect sortie de chantiers.

Très vite pourtant j’ai du déchanter : la documentation ne foisonne pas : Les dragues actuelles sont à aspiration. Une drague Boutteville a été coulée intentionnellement en 1942 dans le port de La Réunion. Une drague Boutteville II, terminée en 1947 par les Chantiers de Bretagne à Nantes est partie en 48 pour le port de La Réunion... Merci Google ! Le plan MRB s’inspire de celle là.

Seules deux photos de modèles réalisés d’après ce plan ont pu être trouvés sur le web. Une fois le plan reçu, je me suis rendu compte qu’il s’agit en fait d’une semi-maquette et que le plan est incomplet. La documentation parue dans le magazine à l’époque (1979) décrit surtout les solutions système D trouvées par l’auteur du modèle, Monsieur Charles Ribiollet, pour accoupler les moteurs aux arbres d’hélice et organiser les commandes du safran, la commande du bateau se faisant d’ailleurs par fils par soucis d’économies, alors que de nos jours le choix de servos, d’accessoires et de radio-commande nous dispense de ces tracas.
-  Ayant pris quelques libertés avec les plans reçus du chantier naval, Monsieur Ribiollet baptisa son bateau Antée , nom d’un géant de la mythologie, fils de Poséidon et de Gaïa chez les grecs, de Neptune et de Géo chez les romains. Le rapport "terre-mer" qu’on retrouve dans la fonction d’une drague était donc astucieusement respecté.
-  Finalement je serai bien obligé de faire un peu comme lui, et plutôt que de construire LA Drague Boutteville, je vais construire UNE drague à vapeur inspirée de la Boutteville. Par les forums de modélisme, j’ai eu la chance d’obtenir quelques photos de dragues Boutteville présentées lors d’expos et qui m’ont bien servi. Un membre du Liège Marine Club, Monsieur Jean-Pierre Mertens que je remercie à nouveau, m’a procuré des photos très détaillées des dragues de la Meuse toujours en activité, bien plus petites, mais les principes et les solutions mécaniques sont d’époque.

Dragues de Meuse - 12.1 ko
Dragues de Meuse
Trois Sister-Ship à quai sur la Meuse Liégeoise il y a quelques années à peine
Roues dentées style 1900 - 99.5 ko
Roues dentées style 1900
Drague à quai - 17.9 ko
Drague à quai



La chaîne à godets vue de dessous - 9.3 ko
La chaîne à godets vue de dessous
Photo très précieuse que celle-ci, qui permettra la réalisation réaliste de la chaîne du modèle
 
L’examen des différentes photos met en exergue des détails pourtant évidents comme par exemple le fait que le fond des godets est troué pour permettre à l’eau de s’écouler. En effet, il s’agit de remplir la Marie-Salope (chaland accosté à une barge) avec plus de pierres que d’eau si possible !

La Drague Henri Boutteville II
-  Longueur hors tout : 54 m
-  Largeur 11,8 m
-  Tirant d’eau en charge 3,15m
-  44 Godets de 750 litres
-  dragage maximum par 14 m de fond

Les godets

La forme de ceux-ci est très élaborée : ils sont issus d’un moule de fonderie. Plus souvent ils sont réalisés en chaudronnerie. La contenance des godets est variables, de 100 à 750 litres

La grande roue dentée

Commune à tous les modèles

Les dragues à godets sont à vapeur

Des solutions techniques début du siècle sont partout présentes. Un régal pour l’oeil !

Efficacité avant tout

On ne fait pas dans le fignolage. Le matériel souffre, c’est visible et cela doit l’être sur la maquette (à mon avis en tous cas)

Riche de cette documentation, je me suis lancé dans la construction de cette drague au 1/50eme, une échelle qui est un défit pour mes doigts malhabiles. La série d’articles qui va suivre essayera de vous faire partager mon plaisir de chercher des solutions pour la réalisation d’un bateau pas ordinaire avec malgé tout un maximum de détails