Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

vendredi 15 décembre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Théorie

Photographier nos modèles réduits
L’appareil de prise de vues numérique

Albertus

Au jour d’aujourd’hui, tout le monde a à sa disposition un APN (appareil de prise de vues numériques) plus ou moins sophistiqué, et dès lors, comme photographier ses constructions ne coûte plus rien, on voit proliférer sur le web des milliers de photos de bateaux RC en cours de construction.
Hélas - et pour faire une comparaison simple : c’est pas parce qu’on dispose d’une machine à bois professionnelle qu’on est automatiquement ébéniste, - la possession et l’utilisation d’un APN ne fait pas automatiquement de chacun un crac de la photo...peu s’en faut.
Et puis il y a APN et APN, c’est déjà pas simple de s’y retrouver !

Pas question ici de donner un cours de photographie, mais simplement d’expliquer ce qui se passe quand on prend une photo, et d’expliquer comment améliorer les images
Alors voyons ça un peu plus en détail :

Les mégapixels, c’est quoi ?

Un apn , pour faire simple, c’est un boitier muni d’un objectif plus ou moins sophistiqué qui envoi l’image sur un capteur plus ou moins grand, couvert d’un nombre plus ou moins important de cellules (photocytes) qui généreront un nombre plus ou moins grand de pixels. Le nombre de pixels d’une image définira sa dimension pour une résolution donnée.
Ainsi, un appareil "de 12 Mpix" (millions de pixels) ne fait pas de meilleurs photos qu’un appareil "de 4 Mpix", mais il génère des images potentiellement 3x plus grandes.

Les dpi, c’est quoi ?

DPI = dot per inch, points par pouce.
Une image par exemple composée de 2000 pixels en largeur x 1500 en hauteur a une définition de 3 Mpix
Ces pixels, suivant ce qu’on va faire de l’image, seront disposés plus ou moins serrés sur une longueur de 1 pouce, et seront donc plus ou moins grands.
-  Ainsi, pour un affichage à l’écran, en 72 dpi donc 72 pixels par pouce, l’image ferait 70 x 52cm (donc impossible à visualiser complètement sans faire défiler l’image à l’écran)
-  Pour être imprimée en offset, l’imprimeur demandera qu’on la ramène à 300dpi, et la dimension deviendra 17x12,5cm
Mais sur l’écran qui affiche par construction 72 dpi, elle ne changerait pas de dimension
-  Pour une jet d’encre qui demande 150dpi, on aurait une image de 33x25 cm
-  Tout ceci permet de déduire que si on veut recadrer une photo tout en gardant une bonne définition d’image, avoir un grand nombre de pixels au départ est important pour la qualité visuelle finale de l’image.
Si pour une dimension quelconque de l’image on a un trop petit nombre de dpi, les pixels seront grands, et les courbes par exemple vont nous paraitre comme étant formées d’escaliers dont on distingue les marches. Avec plus de dpi, les "marches" deviennent plus petites pour une même courbe, on ne les distingue plus, l’image parait plus belle, plus détaillée

Qu’est ce qui fait la qualité d’une photo numérique ?

Bien plus que le nombre de pixels possible, la qualité optique de l’objectif va déterminer le "piqué" de l’image obtenue. Un APN qui possède un zoom "optique" fera des images de meilleurs qualité que si le zoom est numérique, car celui-ci ne fera que multiplier artificiellement le nombre de pixels en interpolant les pixels d’origine, ce qui se traduira par une perte de "piqué" de l’image.
Par "piqué" on veut dire "détaillé"
Si une image en trop haute résolution est par exemple envoyée à une imprimante qui n’est pas capable de gérer toutes les données reçues (trop faible résolution de l’imprimante) les données jugées superflues par l’imprimante seront ignorées, et au final l’image imprimée ne sera pas meilleure que si elle avait été à une définition plus faible, mieux adaptée à la jet d’encre utilisée


Comment déclencher ?

Cela parait simple : il suffit de pousser sur le bouton ! Hélas, c’est un peu plus compliqué que ça :
Comme la mise au point est automatique, il faut laisser à l’appareil le temps de la faire. Il faut donc appuyer à moitié sur le bouton, bien cadrer le sujet, attendre une seconde et seulement alors appuyer à fond sur le bouton. Et comme pour le tir au pistolet, attention au "coup de doigt", l’appareil ne doit pas bouger, seule la dernière phalange de l’index doit bouger

L’important pour photographier nos modèles réduits

Le cadrage
-  si on photographie un bateau sur l’eau, il ne faut pas rester debout, mais se rapprocher au maximum du niveau de l’eau. Le bateau paraitra beaucoup plus grand. Ne photographiez pas le bateau si il se trouve à plus que 4 ou 5 mètres, et n’hésitez pas à zoomer. Soleil dans le dos si possible, en soignant la netteté.

Le photographe s’est mis au niveau de l’eau, on a l’impression qu’il s’agit d’un vrai bateau car l’angle de vision correspond à celui qu’on aurait vis à vis d’un vrai bateau - 103.7 ko
Le photographe s’est mis au niveau de l’eau, on a l’impression qu’il s’agit d’un vrai bateau car l’angle de vision correspond à celui qu’on aurait vis à vis d’un vrai bateau

L’ouverture du diaphragme a été mieux réglée, les ombres sont éclaircies et les couleurs ressortent mieux. Mais aussi, le cadrage a été revu, donnant une photo plus dynamique - 135.1 ko
L’ouverture du diaphragme a été mieux réglée, les ombres sont éclaircies et les couleurs ressortent mieux. Mais aussi, le cadrage a été revu, donnant une photo plus dynamique

Il est impératif de lire le mode d’emploi de votre appareil, mais il est encore plus important de comprendre ce qu’on a voulu dire :
Parmis les modes prédéfinis, il y a par exemple et selon les différentes marques d’appareil, le mode "sport", le mode "ski", le mode "musée", le mode "feux d’artifice" etc

Le mode "sport" peut bien entendu être utilisé pour autre chose qu’une course automobile, le réglage consistant à prévoir un sujet qui se déplace rapidement, en condition d’éclairage normale, donc sans flash. A utiliser par exemple pour photographier un bateau en mouvement.

Le mode "Ski" sous entend un réglage où le sujet sera très clair et fortement contrasté, et comprendra une ouverture de diaphragme moins grande et un temps d’exposition plus court

Le mode "musée" sous entend que comme dans un musée le flash ne fonctionnera pas, que le sujet ne bougera pas, l’appareil étant même souvent sur pied ou au moins appuyé. Donc temps de pose plus long et pas de flash

Le mode "feux d’artifice" déclenchera une pose plus ou moins longue qui donnera un effet de trainée aux lumières, sans flash bien entendu malgré le manque de lumière ambiante

Et si vous être au foot en haut de la tribune, pas de flash pour photographier le terrain : le flash ne porte qu’à quelques mètres, et son éclat qui va se refléter sur les spectateurs devant vous va assombrir le terrain


Si on veut photographier un modèle réduit en donnant l’apparence d’un vrai bateau, c’est à la profondeur de champs qu’il faut faire attention Sur une maquette en gros plan, le profondeur de champs, qui est la zone de netteté, sera assez courte, parfois que quelques cm seulement, alors que dans la réalité on aurait une photo nette de puis 1m jusqu’à l’infini Le premier trc qui va permettre d’augmenter la profondeur de champs est de s’éloigner du sujet, donc de photographier une zone large. Il suffira ensuite de recadrer l’image au plusprès du sujet le second truc sera de changer l’objectif, mais ce n’esy pas toujours possible sur tous les appareils. On retiendra donc qu’il faut zoomer le moins possible Le troisième trux est de réduire l’ouverture du diaphragme. Sur un appareil de base, cela se fera automatiquement si on augmente l’éclairage du sujet. Si le réglage du diaphragme est possible, en le réduisant on va obliger l’appareil à faire une prise de vue plus lente afin de lui permettre de capter autant de lumière, ce qui va générer un flou de "bougé". Il faudra donc mettre l’appareil sur pied. EN résumé : pour photogra^hier des images de constructiuion du bateau ou de sphotos de détail, il faut ajouter une ou deux sources de lumière plutot que d’utiliser le flash, mettre l’appreil sur pied et éviter de zoomer, quitte à devoir recadrer la photo pour recentrer le sujet

La couleur
-  Attention à ce qu’on appelle la "balance des blancs"
EN supposant que vous photographiez un frigo blanc éclairé par une lumière "chaude", des ampoules à incandescence par exemple, vos yeux verront le frigo bien blanc, car votre cerveau qui sait que le frigo est blanc fera la correction automatiquement. Mais sur la photo, le frigo sera jaunasse, car l’appareil n’a effectué aucune correction. Attention aussi aux reflets de l’environnement : un bateau blanc posé sur une nappe jaune sera devenu jaune sur la photo

L’éclairage
-  Si on photographie à l’intérieur, attention à l’éclairage. Généralement, si il est insuffisant, le flash décenchera, créant une ombre portée très dure qui marquera le contour du sujet. L’emploi de lampes en suffisance permettra de se passer du flash ? Une lampe de chaque côté de l’APN, éclairant le sujet, évitera les ombres. ET comme la lumière sera faible, utilisez un pied photo ou au moins un support, car le temps de pose sera automatiquement allongé. Dans tous les cas, éloignez le plus possible le sujet de l’arrière plan sur lequel l’ombre sera projetée, surtout au flash

La netteté
-  La mise au point est importante : avec une vue large, ce que l’on appelle la profondeur de champs, sera grande, donc l’image sera nette derrière le sujet, pratiquement jusqu’à l’infini. Si on fait un zoom, la profondeur de champs diminue, et plus le zoom est puissant moins on aura de profondeur de champs. Quelques cm devant le sujet, un peu plus derrière.

Le manque de lumière aura le même effet : le diaphragme va s’ouvrir et la profondeur de champs va diminuer.

Attention donc aux images en gros plan de détails. Pensez que l’appareil aura besoin d’encore plus de temps pour faire la mise au point automatique ; Déclenchez lentement et calmement