Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

lundi 26 juin 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Poissons, Requins et autres bestioles

Grand requin blanc "SQUALUS"
Partie 1

Daniel Read

Beaucoup connaissent mon intérêt pour les sous-marins RC, et même si mes expériences dans le domaine sont rarement fructueuses, je ne perds pas espoir de réaliser un jour un engin qui fonctionne de manière correcte.

Et c’est en tombant, un jour sur le site de Jojo (http://bateaux-alain.chez-alice.fr/jojo.html) que l’idée m’est venue d’essayer de faire quelque chose de similaire. J’ai donc envoyé un petit mail au concepteur de Jojo et j’ai reçu plein d’informations sur sa réalisation par retour de courrier.

C’est ainsi que j’ai retourné la maison de fond en comble à la recherche d’un jouet d’enfant qui pourrait me servir de modèle. Je suis tombé sur « Squalus » (+/-10 cm de long) à partir duquel j’ai conçu un master de +/- 1 m de long en polystyrène extrudé (PEX).

Voici, en résumé, les différentes étapes aboutissant à la réalisation de « Squalus RC » à l’échelle 10/1 ! Mon appareil photo étant malheureusement tombé en panne au mauvais moment, je n’ai pas pû immortaliser la fabrication des couples ni l’assemblage des blocs de polystyrène.

-  A partir de Squalus, j’ai vaguement dessiné une coupe longitudinale de 1 m de long et j’ai positionné l’emplacement des nageoires et des différents couples.

-  J’ai estimé la forme des couples et les ai découpés. Je les ai évidés au maximum par précaution (ce sera plus facile d’évider la coque ultérieurement).

-  J’ai réalisé l’assemblage « bloc polystyrène/couple/bloc polystyrène/couple/etc. » jusqu’à avoir une sorte d’empilement (une sorte de super « big-mac ») formant un parallélépipède rectangle (je n’ai malheureusement pas de photos de toutes ces étapes). Sur la photo 02 on voit très bien l’emplacement des couples (les lignes foncées circonférentielles : il y en a 3 avant l’aileron).

Photo 02 : le master - 16.3 ko
Photo 02 : le master
La master fait +/- 1 m de long. Afin de détecter les défauts, le l’ai recouvert de papier collant de masquage, qui sera enlevé avant le résinage

-  J’ai ensuite poncé à la râpe jusqu’à fleur des couples afin d’obtenir une forme grossière de requin

-  J’ai comblé les différents défauts en collant des petits morceaux de polystyrène aux endroits appropriés. J’ai ensuite poncé au papier de verre N° 80 (le PEX se ponce très bien) jusqu’à obtenir un état de surface acceptable.

-  Afin d’avoir une bonne vision de la forme finale, j’ai recouvert la structure finale de papier type « masquage peinture (voir photo 02). Cela a eu pour effet de faire ressortir les derniers défauts à corriger.

-  J’ai positionné les nageoires afin d’avoir une première idée du résultat final.

-  J’ai enfin pu commencer le moulage époxy. Le choix n’est pas anodin : quoique plus cher il n’a pas d’odeur et son temps de polymérisation de quelques heures permet de travailler à l’aise. En plus, il ne réagit pas avec le PEX. J’ai armé avec du tissus de verre de grammage 100 à 200 (selon disponibilité chez mon fournisseur favori). J’ai consommé environs 1.5 kg de résine et 4 à 5 m² de tissus répartis sur 8 couches successives (réalisé en 2 mois de temps). Je ne me suis absolument pas occupé du « fini de surface » et je n’ai strictement rien poncé.


-  Dans une première version de Squalus RC, je comptais me servir des nageoires pectorales comme barres de plongées. C’est la raison pour laquelle je les ai montées sur pivots. En pratique, cette solution s’est avérée peu judicieuse et je l’expliquerai dans un prochain article (si j’ai le courage de l’écrire ...).

Photo 08 : les nageoires pectorales - 20.4 ko
Photo 08 : les nageoires pectorales
Elles devaient servir de barres de plongées, mais la solution "telle que construite" s’est révélée désastreuse.

Photo 09 : mécanisme des barres de plongées - 18.8 ko
Photo 09 : mécanisme des barres de plongées
Solution désastreuse aussi, "telle que construite" . Sur le coin droit de la photo : ce qui aurait dû être un ballast (car au début je visait, sans l’avouer, une plongée statique)

-  La nageoire arrière devait servir de gouvernail. La solution adaptée ne s’est par révélée efficace et une autre solution a également du être adoptée par la suite. Comme pour les barres de plongée, elle a nécessité des modifications profondes des organes internes de Squalus RC

-  Les photos suivantes montrent la phase de peinture et l’aspect final de Squalus RC. L’état de surface n’est pas génial génial, mais ce n’était pas le but ...

Photo 10 : peinture - 18.7 ko
Photo 10 : peinture
Peinture de Squalus : ventre en gris et machoire en rouge/brun

Photo 11 : peinture - 23.6 ko
Photo 11 : peinture
Le dos en bleu" plus ou moins marin"

-  Enfin, les 2 photos suivantes montrent l’aménagement intérieur de Squalus RC et sa première navigation. Mais nous en reparlerons dans le second article (comme je le disais : si j’ai le courage de l’écrire ...).

Photo 12 : entrailles de Squalus - 22.6 ko
Photo 12 : entrailles de Squalus
Nous en reparlerons dans le second article. Au centre de la photo : ce qui aurait dû être la 2ème version d’un ballast

C’est avec plaisir que nous inaugurons aujourd’hui une nouvelle rubrique consacrée aux représentations réalistes de poissons, Orques, Requins, Daurades etc.

Ces sous-marins particuliers demandent une documentation particulière et une technique adaptée, la propulsion pouvant être assurée par hélice, turbine, jet d’eau ou ondulation du corps de la bête ! Le présent article convient très bien pour ouvrir la série, car son auteur nous décrit magistralement son prototype, sans gène de préciser que les résultats obtenus ne correspondent pas toujours à ce qu’il avait espéré. J’espère que cette nouvelle rubrique déclenchera une vague de créations originales que nous pourrons publier ici

Photo 01 : Squalus : le modèle de base - 11.3 ko
Photo 01 : Squalus : le modèle de base
Jouet d’enfant de +/- 10 cm de long


Photo 03 : résinage - 16.7 ko
Photo 03 : résinage
Les premiers résultats de l’époxyfiage


-  J’ai travaillé « une couche au dessus », une couche « en dessous » avec recouvrement sur les flancs, une couche « en oblique », une couche « dans l’autre sens », etc. afin de rendre la structure la plus rigide possible.

-  Les branchies ont été faites avec une sorte de « mat de verre » mais le résultat n’est pas très concluant.

-  J’ai ensuite époxifié les nageoires (= contre plaqué recouvert de PEX mis poncé sur les deux faces)

Photo 04 : assemblage - 21.1 ko
Photo 04 : assemblage
Cela commence à ressembler à quelque chose. On distingue les branchies.



-  J’ai enfin mis une couche de finition en tissus de verre de faible grammage (85 gr/m²) afin d’atténuer les défauts de surface et d’avoir une « peau continue ».

-  Puis j’ai pratiqué les ouvertures dans la coque ainsi formée afin de pouvoir évacuer le polystyrène de manière mécanique (au cutter) et non par dissolution dans un solvant (il paraît que la dissolution par l’acétone fait une poisse atroce, et en outre l’acétone ramollit l’époxy.

-  Les photos suivantes montrent ces opérations. On distingue un des couples en bois sur la photo 06.

Photo 05 : évidement de Squalus - 18.7 ko
Photo 05 : évidement de Squalus
Les choses sérieuses commencent !

Photo 06 : évidement de Squalus - 37.8 ko
Photo 06 : évidement de Squalus
On distingue un couple en bois tel que mentionné au début de l’article


-  J’ai ensuite joué à l’apprenti dentiste : j’ai implanté les dents de Squalus. Chaque dent provient d’une chute d’ABS coupée en triangle dans laquelle j’ai implanté un morceau de tige en laiton afin de la piquer dans l’époxy. Il y a environs 170 dents, réparties sur 2 rangées.

Photo 07 : les dents - 18 ko
Photo 07 : les dents
Dents sur pivots : le veinard !


Photo 13 : première navigation sur mon plan d’eau favori - 10 ko
Photo 13 : première navigation sur mon plan d’eau favori
(Photo prise par Rosse Mohet)

Dans le prochain article, je parlerai de la conception de la plateforme de commande telle que visible sur la photo 12.

A bientôt