Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

lundi 23 octobre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Barge de travaux lacustres du lac Léman

Les accessoires

Pierre Lafontaine

Attaquons le travail de détaillage de la barge qui, à l’échelle du 1:15 va permettre de se faire plaisir et de réaliser des pièces très intéressantes. A l’échelle du 1:15, on trouve de très belles références chez Cap Maquettes, notamment dans le domaine du sauvetage, mais pour trouver du matériel spécifique de chantier, cela devient plus difficile. Il va falloir ruser et trouver des choses susceptibles de nous aider.

Photo 1

Vue générale de l’ensemble terminé.

Les treuils

Les treuils, au nombre de cinq, sont réalisés selon la même méthode que les moteurs diesel, la réalisation d’un master puis de moules en silicone permettront les tirages en résine polyuréthane.

Photo 2

Un des cinq treuils.

Les avantages de cette méthode sont évidents et permettent de refaire facilement une pièce en cas de casse. Les treuils subissent également le passage en peinture pour la patine vieux et usagé qui fait plus réaliste. A noter, la lecture des magazines consacrés aux maquettisme plastique est une source très importante de trucs et d’astuces en rapport avec les techniques de vieillissement à appliquer sur nos modèles.

Les fûts de 200 litres sont également réalisés en résine.

Le poste à souder

Les bouteilles de gaz sont réalisées avec du tube d’électricien sur lequel sont emboîtés la tête et le cul de la bouteille, moulés eux aussi en résine.

Le chariot est réalisé en fil de laiton selon un modèle trouvé dans un catalogue de matériel spécialisé dans la soudure autogène. Les roulettes proviennent d’une vieille souris d’ordinateur qui ne fonctionnait plus très bien. Le masque de protection est taillé dans un bombard de sauvetage prévu pour l’échelle 1:50, comme quoi, tout est bon pour arriver au résultat désiré.

La caisse à outils

La caisse de chantier est en CTP et semble plus neuve que le reste car sa peinture vient d’être refaite. Son couvercle est naturellement fonctionnel.

Photo 5

Caisse à outils ouverte.

Cette caisse a fait l’objet d’une modification par la suite et est maintenant équipée d’un module électronique de la Sté CONRAD, qui permet d’enregister env. 30 secondes et de reproduire à volonté l’enregistrement. Cette fonction n’est pas radiocommandée mais permet, lors d’exposition d’attirer le public vers le stand en lui faisant entendre les voix des ouvriers au travail sur la barge.

Accessoires divers et rambardes

Le reste des accessoires est réalisé avec divers matériaux récupérés au gré de démontage de matériels divers et autres petites choses qu’on garde « au cas où ».

Photo 8

Treuil, palettes, poubelles et caisses de bière !

Un des points particuliers de la construction se trouve au niveau des rambardes de protection.

Sur la barge originale, elles sont constituées avec des éléments d’échafaudages, soit des tubes assemblés à l’aide de clés en forme de croix, clavetées entre elles.

A l’échelle du 1:15, il faut représenter un système ressemblant à la réalité.

Des pièces en croix sont réalisées dans du tube carbone dont le diamètre intérieur correspond au diamètre des tubes qui constituent les rambardes. Ces pièces sont assemblées avec de la colle cyanoacrylate et sont affinées avec la représentation des clavettes de fixation et leurs câbles. Les feux de signalisation normalisés sont fixés de la même manière sur les rambardes.

Ensuite on procède à la mise en place des différents morceaux dans les orifices prévus dans les ponts et on fixe le tout ensemble avec la cyano. La mise en peinture termine la réalisation des rambardes.

Photo 12

Rambarde babord, avec ses accessoires.

Photo 13

Autre vue sur la rambarde babord.

Pour le fun et les enfants

Sur mes modèles, j’ai l’habitude de placer des animaux pour le coté « clin-d’œil ». Je possède d’ailleurs un petit ligneur-caseyeur sur lequel le chien aboie et remue la queue. Ici on trouve un gros danois, dejà vu dans le précédent article et quelques mouettes et goélands.

Photo 15

Chien et chariot motorisé, détails qui donnent vie au modèle.

Nous voilà presque arrivés au terme de la construction de cette barge du Léman. En ce qui me concerne, j’aime bien transporter et stocker mes modèles dans des caisses adéquates. Elle ne prennent pas la poussière pendant leur inactivité et sont protégées pendant le transport. Nous en reparlerons dans le prochain article et on verra également qu’il est possible de complèter l’offre offerte par notre barge, qui se trouve encore bien seule sur le plan d’eau.

A bientôt.

Photo 3

Les fûts, avec coulées suspectes.

Photo 4

Les bouteilles, derrière les ouvriers en pleine discussion.

Photo 7

Poste à soudure. Les ouvriers ne sont toujours pas d’accord.

Photo 6

Caisse à outils, fermée.

Photo 9

Vue aérienne, chargement de tuyaux, planches outillage.

Photo 10

Une partie du matériel est chargé devant la grue.

Photo 11

Chariot motorisé pour les transports divers.

Photo 14

Rambarde tribord, avec feu de position et bouée.

Photo 16

Mouette et goélands. Ne pas oublier les traces de guano.

De nombreux détails ont été réalisés grâce à l’observation de l’existant sur le terrain. Il ne faut pas hésiter à se constituer une documentation avant de réaliser en modèle réduit un objet quelconque. Voir entre autre les photos sur votre site préféré pour s’en rendre compte. Et surtout penser que les photos prises par un modéliste peuvent servir à un nombre important d’autres passionnés qui ne peuvent peut être pas se déplacer sur les sites où se trouvent les modèles originaux.