Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

jeudi 29 juin 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Le Mississippi 1870

La roue à aubes et la transmission

Albertus

La roue et constituée de 4 éléments en multiplex marin, enfilés sur un axe laiton et reposant sur ses supports par des paliers. Les 12 pales sont en noyer de 3x15mm. Les bielles fournies sont en bois, je les refais en laiton, le modèle devant naviguer. Les manetons de bielle sont soudés sur l’axe, avec un décalage de 90° devant permettre le redémarrage à n’importe quelle position.

Coté moteur, des bielles identiques sont montées sur un axe couplé par chaîne à un moteur avec réducteur. L’accouplement des bielles est en laiton, goupillé sur les petit manetons. La vitesse de rotation doit se situer aux alentours de 60 pales minute minimum.

Rien dans la boite ne prévoit l’implantation du système de propulsion, qui est laissé à l’initiative du modéliste. Pas évident...

Photo 3

La roue peinte, prête pour l’assemblage final. On distingue la manivelle sur laquelle la tête de bielle va venir s’emmancher.

L’embiellage

Les bielles, prévues en bois sur le modèle statique, doivent être réalisées en laiton sur le modèle naviguant, puisque devant subir des contraintes mecaniques importantes.

Elles sont tirées de plat en laiton, renforcés par du fil carré soudé sur la longueur. L’emploi de soudure liquide est indispensable. On enduit les pièces, on met en place, et on chauffe le tout. Les coussinets sont faits en tube soudé puis ajustés sur la bielle

Finalement, après essais, peu satisfait du système mis en oeuvre, j’ai installé un nouveau système de transmission plus souple que les bielles (très difficile à règler... car comme je ne suis pas très « mécanicien », réalisées avec trop peu de précision)

J’ai donc installé un système de transmission unilatéral par chaîne dont le fonctionnement est impeccable. La bielle tribord est donc devenue décorative et à présent c’est la roue qui entraîne la bielle.

Photo 6

Après essais, la transmission par bielles à finalement laissé la place à une transmission par chaîne.

Photo 1

La roue est mise en place pour ajuster l’écartement des éléments. Les aubes ne sont pas encore collées.

Photo 2

L’assemblage de la roue est terminé.

Photo 4

Les bielles, formées d’un carré de laiton soudé sur un plat, sont prêtes à être posées.

Photo 5

Un tube laiton, soudé sur le bras de la bielle, joue le rôle de coussinet et s’emmanche sur la manivelle.