Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

mercredi 23 août 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Les matériaux

Carton facile

Albertus

L’utilisation du carton en modélisme naval ne date pas d’hier, mais sa mise en œuvre s’est adaptée aux moyens actuels. Auparavant, le carton se collait avec de la colle papier, ou mieux, pour ne pas gondoler avec l’humidité de la colle, de la colle-tout, la fameuse colle cellulosique qui sentait bon (snif) !!!

Le résultat n’encourageait pas vraiment la technique et dans l’environnement humide des bateaux navigants, beaucoup de modélistes hésitaient à employer le carton.

Quelles réalisations ?

La réalisation des coques est possible, par exemple en utilisant des panneaux de carton pour une coque à bouchains vifs, mais je ne le recommande absolument pas ! En effet, pour la courbure harmonieuse des panneaux, le carton ne convient pas : n’étant pas composé de fibres longues, il ne se cintrera pas régulièrement sur des couples trop espacés ou mal alignés. Par contre, on peut très bien réaliser des coques moulées en lamellé-collé en utilisant du carton fin ou même du papier épais. Toutefois, l’utilisation du carton sera généralement réservée à la réalisation des roufs et autres cabines, des cheminées et autres structures hautes devant être construites le plus léger possible, et aussi le petit accastillage des bateaux à grande échelle, impossible à trouver dans le commerce, comme les feux, les fûts, les habillages de moteurs de radars, des éléments de treuils de pêche etc. Quant au papier, on le réservera à la simulation des tôles des coques métalliques pour le papier fin, ou au modelage pour le papier buvard.

Quels outils

Cutters, ciseaux, emporte-pièces... - 19.3 ko
Cutters, ciseaux, emporte-pièces...
 
Les outils à utiliser sont simples à se procurer et ne coûtent pas cher :
-  une bonne paire de ciseaux à papier (on ne le sait généralement pas, mais les ciseaux à papier sont différents des ciseaux pour tissus, de bricolage, de coiffeurs, de cuisine....)
-  un cutter fin, à corps rond, avec une lame pointue
-  un cutter plat à lames sécables
-  un gros cutter de tapissier
-  une réglette métallique en acier dont on vérifiera la rectitude (comme guide à couper, ne jamais utiliser d’alu ni de plastique !)
-  une équerre en plastique, un rapporteur.
-  un compas, un crayon dur, un crayon tendre, un bic, un marqueur fin indélébile
-  un taille-crayons, une gomme, etc
-  un tapis de découpe auto-cicatrisant, de format A4 ou A3

Quel carton ?

Pour ce matériaux de base bien plus que pour tous les autres, la récupération peut s’envisager de manière systématique. Les emballages ne se jettent plus : les boîtes à chaussures, à médicaments, à macaronis, les blisters, le dos des grandes enveloppes...
Des petites boites en carton... on récupère ! - 11.6 ko
Des petites boites en carton... on récupère !
 

Dans le monde de l’édition : les fardes, les cartes postales, les cartes de visite... tout se récupère.
-  le carton se trouve en différentes épaisseurs et en différentes textures. En général, on n’utilisera que le carton lisse, mais un usage particulier pourra être trouvé au carton ondulé (dont on enlève par exemple une des feuilles externe pour simuler la tôle ondulée) ou au carton bouilli (celui des boîtes à œufs) qui, remouillé, permettra de prendre une empreinte sur un master.
-  Les cartons recyclés sont grossiers et très peu collés (peu de colle lors de leur fabrication), ce qui les rend poreux
-  Les cartons à base de cellulose seront les plus employés : il s’agit des cartons utilisés pour la confection de boîtes de petite et moyenne dimension
Le BRISTOL, le carton des cartes de visite... - 14.1 ko
Le BRISTOL, le carton des cartes de visite...
 

-  Les Bristol, cartons très denses et fins utilisés notament pour les cartes de visite ou les couvertures des livres de poche
-  Les cartons contre-collés d’une feuille de papier blanc ou couleur
-  Les cartons aluminisés pour l’emballage alimentaire

Tous les cartons ont un sens de coulée plus souple que le sens à contre-fil plus rigide. Il faut en tenir compte lors de la fabrication et du pliage.

Quels produits

Bien entendu, le carton utilisé en modélisme naval ne va pas rester simple carton bien longtemps. Si on veut utiliser le carton sur un bateau, il faut le rendre étanche et rigide.

Colle blanche, G4, cyano, colle photo en spray... - 23 ko
Colle blanche, G4, cyano, colle photo en spray...
 
Deux produits vont être principalement utilisés à cet effet : la colle cyano-acrylate, et le G4
-  la cyano : cette colle qui colle les doigts plus facilement que ce qu’effectivement on voudrait coller est chère dans les Brico, mais nous l’achèterons en magasin de modélisme, où on la trouve en plus grand conditionnement : petits flacons de 1 oz = 28,3gr pour 10 euro (flacons de 3 à 5 gr au Brico, à prix presque équivalent) Cette colle (par exemple de marque ZAP) est proposée en trois fluidités : épaisse, normale et fluide. C’est cette dernière que nous utiliserons pour sa faculté à imbiber immédiatement un carton, même un bristol, qui se transforme alors en véritable plastique dur.
-  le G4 : cette résine polyuréthane mono-composant est une résine polymérisant avec l’humidité de l’air. Elle est très fluide, étant au départ déjà allongée avec du diluant. C’est ce diluant qui lui permet de s’infiltrer dans les fibres du carton. Après l’évaporation du diluant, reste la résine qui polymérise en place. Il ne s’agit donc pas d’un vernis dans lequel les résines sont en suspension dans un solvant, et qui fige après évaporation de celui-ci.

Du G4 solidifié ne se redilue plus : il est polymérisé. C’est devenu un plastique ! Afin d’augmenter sa faculté d’imprégnation, on peut diluer le G4 avec un thinner spécial polyuréthane (jusqu’à 200%). On pratique alors en plusieurs couches de moins en moins diluées sans délais entre les couches, et au final, après évaporation, la polylérisation s’effectuera sur une plus grande profondeur

Attention à bien utiliser un DILUANT , et pas (ainsi que le font de nombreux débutants) un dissolvant comme l’acétone qui changerait la structure du G4. Pour s’en persuader, il suffit de mélanger du G4, du diluant et deux ou trois gouttes d’eau dans un godet, et de comparer la masse obtenue quelques heures plus tard avec celle résultant du remplacement du diluant par de l’acétone

Quelle technique ?

plateforme de feux de mâts USCG - 4.3 ko
plateforme de feux de mâts USCG
 
Le dessin, bien sur !
-  Les éléments à reproduire étant décalqués du plan ou dessinés directement sur le carton
-  L’ordinateur, avec un programme de dessin vectoriel (Illustrator, CorelDraw ou similaire) qui permettra de dessiner les volumes en développement, et qui une fois imprimés sur un bristol ou une fine feuille de papier à coller sur un carton fort, seront faciles à découper au cutter.
-  Les plis seront tracés à la lame sur le tiers de l’épaisseur, côté extérieur du pli
-  Après pliage, une goutte de cyano dans la fente figera l’angle de pliage à l’ouverture désirée.
 
Porte étanche USCG - 5.9 ko
Porte étanche USCG
-Pour les découpes délicates (les encadrements de fenêtre du rouf) on découpe d’abord l’intérieur (le trou), en pratiquant par exemple les arrondis des coins avec un emporte-pièces, puis en reliant les trous d’un trait de cutter. On imbibe alors la tranche du carton (les bords du trou de la fenêtre) avec de la cyano, et après durcissement on ponce finement l’ouverture. Puis, quand c’est parfait, on coupe pour faire l’extérieur du cadre. Mise en place par collage autour de l’ouverture à garnir, quelques trous fins préforés, des têtes d’épingles pour simuler les rivets, et la fenêtre est parfaite.
-  Les différentes ouvertures d’un rouf se découpent avant le pliage, le carton bien à plat posé sur un tapis de découpe auto-cicatrisant (en vente dans les papeteries)

Des exemples

Un roof tout en carton vu du dessous - 14.7 ko
Un roof tout en carton vu du dessous
Quelques baguettes de balsa pour rigidifier la construction avant son durcissement au G4

Chapeau de cheminée - 14.3 ko
Chapeau de cheminée
En carton bien entendu, puisqu’il s’agit d’un modèle électrique et de cheminées factices vomissant seulement la fumée d’un smoke-generator A l’arrière plan, un semi-rigide en tubes à desins

L’intérieur du cokpit - 14.1 ko
L’intérieur du cokpit
les différents meubles et consoles sont dessinés à plat dans un carton fin. Un peu de soin permet même de se passer d’enduit. Eventuellement, l’enduit polyester va très bien sur le G4

Encadrements de hublots - 10 ko
Encadrements de hublots
Collés en place, puis agrémentés de têtes de clous en laiton

Ar-Men en tube de carton - 8.6 ko
Ar-Men en tube de carton
Le corps d’un phare, les boudins d’un Dinghy, les fûts d’huile etc...

Superstructures - 21.5 ko
Superstructures
Pour les petites échelle de maquettes (ici le 1/50e) l’emploi du carton se justifie encore plus

Le siege du pilote - 21 ko
Le siege du pilote
la structure dessinée à l’ordinateur est en carton, les coussins sont en balsa


voir aussi dans les rubriques trucs et astuces la réalisation de panier à homards, de chaumards, d’ancres, de lampes etc