Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

jeudi 27 avril 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Phares, Bouées et Balises

Un phare inspiré d’Ar Men

Albertus

Inspiré seulement, car si la construction est assez fidèle (malgré le fait qu’elle soit réalisée uniquement d’après photos, sans plan), le rocher est tout différent ; ArMen est en réalité sur un rocher artificiel.

La base de construction est un tube à dessin coupé à la longueur voulue (diamètre 8 cm, longueur 45 cm). Dans une planchette de balsa, découper un cercle du diamètre de la base du phare (10 cm), puis enrouler plusieurs tours de papier offset de fort grammage (j’ai utilisé une affiche annonçant le Macintosh G4 d’Apple). L’enroulage se fait cônique, entre la base (balsa) et le sommet (tube). Le cône ainsi réalisé est posé sur une boite en Frigolite, emmanché sur un tube de laiton qui perfore la boite. Ensuite, on coule du plâtre dans le cône, autour du tube (celui-ci servira au passage de l’alimentation électrique de l’ampoule).

Photo 2 - 7.5 ko
Photo 2
Photo 3 - 5.9 ko
Photo 3

La boîte est transformée en rocher

La structure cahotique est donnée pas quelques morceaux de Frigolite recouverts de plusieurs couches de papier journal encollé de colle à bois. Quelques graviers sont collés à la base du phare. Le sommet du phare est coiffé d’une rondelle de multiplex, elle même contrecollée d’un cercle de même épaisseur sur lequelle est fixé le bastingage (accastillage bateau). Un couvercle de bombe de peinture raccourci sert de support à la lampe (photo 2).

Celle-ci est réalisée avec une section de pot à épices retourné, en plastique transparent, chapeautée par des éléments en laiton récupérés sur un lustre. Le phare est badigeonné de colle+sciure ultra fine (la sciure provenant des scies à panneau de magasin de bricolage), et, après séchage, la moitié inférieure est enduite de Polyfilla (enduit intérieur en poudre). Les embrasures des fenêtres et de la porte sont découpées au disque à tronçonner (Dremel), les chassis collés sur cello sont montés en place (photos 3, 4 et 5).

La structure rocheuse est obtenue par badigeon d’enduit+sciure fine, lissé à l’eau par endroits. Les rochers sont peints à l’écoline sépia, puis badigeonnés de colle à bois blanche à séchage rapide. Avant séchage complet, projeter de la sciure fine sur la colle, bien partout, puis brosser vigoureusement au pinceau sec (photo 6).

Photo 6 - 8.1 ko
Photo 6
Photo 7 - 8.6 ko
Photo 7

La mer est obtenue en stuckant le plâtre coulé au pied du rocher

Avant séchage complet, appliquer sur la surface une truelle propre, et souvever en oblique pour créer les vagues. Peinture à l’écoline bleu très foncé. L’écume est repeinte par dessus au latex blanc. (photos 7 et 8).

Fonctionnement

Photo 9 - 8.7 ko
Photo 9
 
Dans la base du phare est fixé un moteur avec réducteur, dont l’axe en corde à piano traverse tout le phare. Au sommet, cet axe entraîne une section de tube (cuivre) dans laquelle est enchassée une lentille de loupe. La lampe est suspendue au centre de ce tube, alimentée en courant par du fil de laiton collé a l’extérieur de la coiffe en plastique (photos 9, 10 et 11). L’effet obtenu par ce procédé est un faisceau tournant, la lampe étant occultée entre chaque éclat.

Dans la réalité, l’effet est différent, la lampe est tout le temps visible, mais elle est amplifiée par la lentille tournante. Pour arriver à rendre cet effet, la lentille utilisée doit être une lentille de Fresnel qui amplifie beaucoup plus la lumière. Ce type de lentille est beaucoup plus difficile a trouver. Dans ce cas, le tube supportant la lentille sera moins haut et ne masquera pas la lampe.