Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

vendredi 22 septembre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Péniches et pénichettes

Pénichette 935 - Le bloc cabines

Thierry Jorissens

Le bloc cabines

A peine plus compliqué à construire que le bloc cuisine, le bloc cabines est également en CTP 2 mm sauf les deux "murs" principaux (dans lesquels se trouvent les portes), découpés eux dans du CTP 3 mm. Justement, la seule difficulté de cette structure sont ces deux portes, qu’il faut représenter suffisamment fines pour l’échelle, tout en garantissant leur ouverture et fermeture. Au 1/10e, le CTP 3 mm représente une vraie porte de 3 cm ce qui est correct. La charnière est un simple morceau de "papier collant" collé sur toute la hauteur de la porte, posé pour moitié sur la porte et pour moitié sur le "mur", avant le recouvrement de l’ensemble en placage d’acajou. Le système est ainsi totalement invisible, et on peut suggérer les charnières en les dessinant sur la tranche de la porte et du chambranle. La fermeture pour sa part est assurée par un aimant collé sous le plancher, attirant en position fermée la porte, grâce à la baguette de métal collée sous la tranche inférieure de celle-ci, et rendue totalement invisible après placage acajou. Les poignées proviennent d’un site de maison de poupées...

La porte de la penderie de la chambre n’est pas fonctionnelle, mais amovible, et permet l’accès à l’espace dans lequel sont situés les câbles et les connecteurs à languettes ressort permettant le transfert du courant entre le toit des cabines et la coque, lorsque le bloc chambres en mis en place dans la coque, et que le toit y est emboité.

Une des portes terminées. Il faut en effet les équiper entièrement avant de les installer, de même que les diverses pièces constitutives du bloc cabines doivent être recouvertes d’acajou avant leur assemblage.

Gros plan sur une porte : on voit sur la tranche inférieure, deux tiges de fer qui permettront la fermeture magnétique de la porte.
On voit aussi le morceau de papier collant, collé sur la porte, qui servira de charnière.
C’est la première fois que j’utilise ce principe, l’avenir me dira si c’est une bonne idée... ou pas !
Le médaillon montre en gros plan la poignée de la porte : c’est un bouton en laiton trouvé sur le site "Dentelles et Ribambelles".

Le plancher du bloc cabines dispose de 3 "entailles" : en haut, celle ou s’emboitera le petit lit. En bas, celle où l’évier de la salle de bains se glissera, et à gauche, le petit espace qui permettra l’installation du système de barre à roue fonctionnelle.
On voit le "bac à douche", simulé par un morceau de papier émeri. Le sol de la salle de bains, délimité sur la photo par du scotch jaune, sera peint en blanc. Le reste sera recouvert du même décor que le bloc cuisine.

Les premiers éléments collés sont les murs, avec leur porte. Equerres, poids et pinces sont encore une fois sollicités !

La construction du bloc cabines continue. Certains éléments sont collés avant leur placage, à l’instar de la commode tribord, pour que l’épaisseur de celui-ci ne fausse pas les assemblages des pièces de bois.
Le trou dans le mur est l’emplacement de la porte de la penderie.

Le placage et les portes de la commode sont en place. Il reste les tablettes sur les meubles, et la chambre est terminée.

Une vue du bloc cabines côté chambre. La penderie permettra d’installer un système de languettes ressort pour fournir le courant au toit des cabines où seront situées les LEDs d’éclairage des diverses pièces.

Vue côté salle de bains. L’espace dissimulé par les armoires hautes, permet d’installer de système de manette des gaz fonctionnel.

Une dernière vue du bloc cabines, côté couloir. Il reste à installer les 3 escaliers menant au poste de conduite.

La salle de bain est garnie de beaucoup d’accessoires :
-   Le WC est composé d’un capuchon retaillé de déodorant pour la cuvette, et de styrène pour l’abattant et le couvercle, tous deux fonctionnels... La pompe est un bloc de bois sculpté et décoré du logo de la marque (Jabsco), et les tuyaux sont en styrène.
-   La brosse de WC est la partie centrale d’une brosse à dent électrique ronde, le manche est en styrène de même que le support.
-   Le papier WC est... en papier WC...
-   L’évier est un godet de mélange de résine Stabilit Express, le robinet et sa base sont identiques à ceux de la cuisine mais plus petits. L’évier ne fait pas partie du bloc cabines mais est collé sous le pont (voir ci-dessous).
-   Le tuyau de douche est une espèce de chaine provenant d’un porte-clés, le pommeau est un morceau du vaporisateur d’une bouteille de parfum garni du centre d’un mousseur de vrai robinet, ce qui imite parfaitement les petites buses du pommeau... Les robinets de douche sont les mêmes boutons de "Riva" que ceux utilisés pour les poignées des portes des meubles.
-   Le miroir provient du catalogue "Rayer" (scrapbooking).
-   Et d’autres accessoires complètent l’ensemble : serviettes et gants de toilette en tissu, verres à dents (tube transparent), dentifrice (morceau de baguette et logo de la marque), brosses à dents (du commerce)...

La douche en cours d’assemblage.

La douche installée. Le support est un morceau d’alu d’offset plié en U (le pommeau est amovible...).
Gros plan sur les robinets : un simple bloc de bois recouvert d’alu autocollant, et toujours le même accastillage Riva...

La construction du WC m’a beaucoup amusé... Les abattants sont rendus fonctionnels par une charnière en fil électrique dénudé.

Cela n’a l’air de rien, mais pour arriver à ce résultat vraiment réaliste, pas moins de... 24 pièces constituent ce WC !

Une brosse à dent électrique usagée peut toujours être recyclée en... brosse de WC au 1/10e ! Le support est en styrène 0,25 mm.

La douche et le WC installés dans la salle de bains.

Sur cette vue un peu reculée, on voit que le papier WC a rejoint la cuvette...
Plus intéressant, à droite sur la photo, on voit les bandes étamées qui transmettent le courant depuis la coque, vers les languettes ressort situées dans la penderie et sur lesquelles s’appuiera le toit.
En outre, on voit bien aussi au sol l’espace dans lequel le meuble évier viendra se glisser, ou plus exactement, l’espace permettant d’emboiter le bloc cabines dans la coque, autour du meuble évier, collé lui, dans la coque, sous le pont.

Le petit lit et l’évier de la salle de bain

Le petit lit est probablement la pièce la plus simple de la pénichette : 7 morceaux de bois et un peu de placage acajou ! S’y ajoutent un matelas en mousse dure (emballage d’appareil électronique) recouvert de tissu (vieux drap...), un oreiller et une couette rembourrée, en tissu également (merci à mon épouse pour la couture...). L’évier de la salle de bain est similaire, mais avec... un évier en plus. Ces deux éléments sont collés en partie sous le pont (le lit à bâbord et l’évier à tribord) et ne sont de ce fait pas amovibles : ils servent de guide et de support pour le bloc cabines. Il faut bien calculer les emboitements de cet ensemble qui doit être librement mais fermement maintenu.

Le petit lit : un meuble particulièrement simple à construire !

Le petit lit avec le placage verni, et le matelas en mousse recouvert de tissu.

Le meuble évier de la salle de bains est tout aussi simple, mais inclut l’évier provenant d’un godet de Stabilit Express.

Ces deux "meubles" seront collés sous le pont en partie, mais dépasseront dans l’espace délimité par les ouvertures du pont. C’est pour cela que le sol du bloc cabines comportent ces "entailles", correspondant notamment l’une au lit, l’autre au meuble évier, autour desquels le bloc cabines s’emboite.
La photo ci-dessus montre la petite latte de bois collée sous ces "meubles", et contre laquelle le bloc cabines viendra se déposer.
Tout cela permet au bloc cabines de se positionner de lui-même exactement au bon endroit.

Le grand lit

Il aurait pu faire partie du bloc cabines puisqu’il compose la grande chambre avec les meubles qui eux en font partie, mais je l’ai prévu amovible indépendamment car il abrite la batterie, ce qui permet d’accéder à celle-ci sans devoir enlever le bloc cabines mais uniquement le lit.

Il est équipé de deux spots de lecture fonctionnels télécommandés, certes un peu gros pour l’échelle... Le matelas est ici aussi un bloc de mousse recouvert de tissu, la couette et les oreillers sont également en tissu et rembourrés d’ouate.

Le grand lit en construction : on voit les rainures permettant l’encastrement des fils électriques des deux spots intégrés (des LEDs).

Le grand lit a reçu son placage verni, et ses spots avec leur (trop gros...) réflecteur. Le matelas est déjà en place.
C’est sous ce lit que se trouvera la batterie LiPo dans la pénichette.

Le grand lit en place dans la coque, avec ses oreillers et sa couette.

Les dessous du grand lit, où l’on peut voir les raccordements des fils soudés aux bandes étamées de cet élément, et en médaillon, les fils et soudures des LEDs noyés dans de la résine (colle époxy).

Il faut régulièrement tester l’intégration des éléments dans la coque, pour s’assurer d’un jeu suffisant pour les installer/retirer et vérifier les bonnes dimensions de la construction.

Dans le prochain article je décrirai la construction et l’équipement du toit de la cuisine, et du toit des cabines.