Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

lundi 1 mai 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Péniches et pénichettes

Pénichette 935 - Le poste de conduite

Thierry Jorissens

Il s’agit ici d’une belle pièce, aux formes très complexes, et équipées de pas mal d’accessoires et animations. A la base, un assemblage de CTP de 2 mm, avec de grandes ouvertures pour les baies coulissantes (les portes d’accès, en plexi et alu autocollant), et les fenêtres à 360°, le poste de pilotage étant surélevé par rapport aux toits des cabines et cuisine. Le toit est ici bien bombé, et qui plus est équipé d’une partie ouvrante, fonctionnelle.

Outre l’éclairage intérieur, on trouve les feux de route (feu blanc 360° à l’avant du toit, feu rouge à bâbord et feu vert à tribord), une barre à roue fonctionnelle, et une manette des gaz fonctionnelle. Plusieurs décorations intérieures donnent un peu de vie. Le siège du pilote est un capuchon de déodorant mis en forme, garni de feutrine brune autocollante, et d’un petit coussin en mousse recouvert d’un tissu brun. Le pied est un fil d’alu 2 mm mis en forme à la main.

Le tableau de bord comporte deux lampes témoins indiquant la mise sous tension principale de la pénichette (LEDs 1,8 mm), incorporées à un décor provenant de chez Cap-Maquettes. Les compteurs sont des images imprimées, plastifiées, et collées par derrière le tableau de bord. Leur encadrement est un fil de soudure, pour la finition. Les parois sont recouvertes de placage acajou verni, ou peintes en marron clair. Des petits escaliers (CTP 2 mm + placage acajou) sont présents à chaque porte, ainsi qu’un troisième aux pieds du conducteur. Le plancher est recouvert du même matériau que la cuisine et les cabines. Quelques éléments terminent le décor : un seau et un balai, une ramassette (du commerce), un extincteur (amovible de son support façonné en fil de fer !),...

Les premimers panneaux assemblés ; comme à mon habitude avec nombre de poids, scotch et équerres !

Le toit est composé de nombreuses pièces : voici la partie intérieure, totalement plate.

Le toit est maintenant équipé de ses renforts bombés, et du cadre de sa partie ouvrante, ménageant de part et d’autre un espace permettant de passer les fils d’alimentation des feux de navigation.
Les fenêtres avant étant inclinées dans tous les sens, et leur dessus devant suivre le "bouge" du toit, il faut impérativement passer par des gabarits en carton.

Les cadres des fenêtres avant maintenant bien ajustés sont alors collés et renforcent la rigidité du poste de conduite.

L’espace du tableau de bord est préparé, et protégé car déjà recouvert du placage acajou.
On aperçoit le trou prévu pour la LED d’éclairage du poste de conduite.

La partie extérieure du toit est ajustée, il reste à ménager l’espace de la partie ouvrante.

Le toit complet : la plafond intérieur, le toit extérieur, la partie ouvrante et ses rails.

Gros plan sur le système de la partie ouvrante : les rails noirs (profilé plastique en U), fixes, et les rails blancs sur la partie mobile.
Les profils blancs s’emboitent et coulissent dans les noirs.

Gros plan sur la partie ouvrante.

Equipement électrique : Les fils à gauche et à droite de l’ouverture vont aux 3 feux de navigation (rouge, vert et blanc), et on voit l’éclairage au centre.
A l’arrière (bas de la photo), deux fils descendent le long de chaque côté (2 pour l’éclairage, 2 pour l’ensemble des feux de navigation), et sont raccordés sous le plancher du poste de pilotage, aux bandes étamées. Ces 4 fils sont raccordés à la petite platine équipée des résistances de limitation de courant pour les LEDs.

Préparation des encadrements de fenêtres, en carton (bristol).

Retour sur le principe du sandwich pour les vitres : ici, le cadre intérieur est collé (au double-face), et va servir de butée pour positionner la vitre dans son emplacement (sans la coller).

Quand la vitre est placée, on colle alors le cadre extérieur (toujours au double-face).

Chaque porte d’accès au poste de conduite est composée de deux éléments en plexi : un fixe (épaisseur 0,8 mm) et un coulissant (1 mm).
Ils sont bordés d’un morceau d’alu mat autocollant pour simuler les profilés alu des vraies portes.

Gros plan sur ces portes coulissantes, basées sur le même principe de sandwich que les fenêtres : les cadres intérieurs et extérieurs débordant de l’ouverture pratiquée dans les côtés, forment une gorge en "U" dans laquelle la porte peut coulisser horizontalement et s’emboiter verticalement.

Je n’ai pas installé de rideaux dans le poste de conduite comme dans la vraie pénichette, car cela aurait masqué une partie des autres détails. Mais il n’est pas impossible que je finisse par en placer quand même...

La barre à roue de 50 mm provient du commerce, mais est motorisée par un petit servo treuil placé sous le plancher, raccordé en parallèle (câble en "Y") avec le servo du gouvernail. Cela permet à la roue de se mouvoir sur 6 tours complets sans devoir user d’astuce pour démultiplier la course d’un servo standard (qui ne ferait même pas un demi tour). La barre à roue et le servo, chacun équipé d’une petite poulie confectionnée à partir de disques de CPT 1 mm, sont reliés par un élastique, suffisant pour l’usage et ultra simple à remplacer (la tenue dans le temps d’un élastique étant... nulle...).

La manette des gaz, en bois et styrène, est collée au palonnier d’un mini-servo positionné juste sous le tableau de bord, raccordé en parallèle avec le contrôleur du moteur. La manette se meut d’avant en arrière et suit la même "course" que le manche de la télécommande ! C’est une animation ridiculement simple à réaliser, et totalement inutile, donc cela plait aux spectateurs !!!

Tout ce qu’il faut pour animer la manette des gaz : un mini servo !
Ici, il est en place sous le tableau de bord. Au-dessus, on voit le gabarit qui a servi à calculer la bonne position. On voit aussi qu’un testeur de servo permet de se passer d’une radio et d’un récepteur pour la mise au point.

La partie visible est composée du boitier de la commande (en styrène) et de la manette.

Tout ce qu’il faut pour animer la barre à roue : un servo treuil, deux poulies en bois, un axe en partie fileté, ... une roue...
Il manque l’élastique qui relie les deux poulies.

Tout ce qu’il faut pour le tableau de bord : des cadrans plastifiés, des LEDs et leur générateur de courant, quelques morceaux de CTP 1 mm...

Sous le tableau de bord, les deux LEDs en série sont alimentées par un générateur de courant de 10 mA, qui simplifie le branchement de LEDs de couleurs différentes.

Les cadrans principaux sont collés derrière le tableau de bord à la Kristal Klear, et l’entourage en fil de soudure 1 mm fait la finition.

Le tableau tout équipé est peint en bordeau, et est prêt à être collé dans le poste de conduite.

Une vue sur tous les éléments précédents : le tableau de bord, la manette des gaz et la roue.

Sous le poste de conduite, les servos sont raccordés sur les bandes étamées.

Le siège du pilote est tiré d’un capuchon en plastique, recouvert de feutrine et garni d’un morceau de mousse entouré de tissu brun.

Le pied du siège est un fil d’alu mis en forme !

Le siège est complété d’un repose-pieds en fil de fer 0,7 mm.

Une marche pour chaque porte, et un autre repose-pieds, incliné, pour le pilote.
Tout est en CTP 2 mm recouvert d’acajou.

L’essuie-glace est composé de fil de fer et de styrène.
La raclette est en vrai caoutchouc (protection d’un vieux disque dur). L’essuie-glace est ensuite peint en alu.

La pénichette 935 n’a qu’un seul essuie-glace, côté pilote, à droite.

Le toit ouvrant supporte une bouée. Celle-ci provient de Cap-Maquettes, et sa corde est fixée au toit par 4 petites pinces en alu d’offset collées sur ce dernier.

Les derniers éléments de décor côté tribord : l’extincteur sur son support, et quelques victuailles...

Une vue d’ensemble du poste de pilotage. On distingue le décor bâbord, avec un seau et sa serpillière, un balai, une ramassette (en partie du commerce, en partie scratch).
A l’arrière de cet espace, un tube alu vertical et un autre horizontal servent de garde-fou intérieur.

Le prochain article sera consacré à l’équipement RC de la pénichette.

RAPPEL : nous continuons à recevoir des mails dont l’adresse de l’expéditeur est incorrecte : nous vous rappelons que NOUS NE SAVONS PAS REPONDRE à ces mails !!! Retenez bien que nous répondons TOUJOURS aux demandes reçues, et que si vous ne recevez pas de réponse dans les 24 heures, c’est que votre adresse que vous nous avez indiquée est incorrecte !!!