Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

jeudi 23 novembre 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Salons et manifestations

RAMMA 2017

Thierry Jorissens

L’exposition phare du nord de la France, le RAMMA, a encore une fois tenu ses promesses, ces 14 et 15 octobre 2017. Succès fulgurant : près de 11.000 visiteurs lors de ce week-end particulièrement ensoleillé et chaud, ceci expliquant en partie cela, la renommée du RAMMA dépassant largement les frontières (l’expo est multidisciplinaire, et on y rencontre des centaines d’exposants venant de nombreux pays) en étant la raison principale !

NavimodélismeRC était de la fête bien sûr. Et ce, malgré le thème retenu cette année : les navires de guerre ou marine militaire en général, très peu présents sur le webzine. Mais l’expo était cependant ouverte à tous, ce que certains n’ont peut-être pas compris, les "petits gris" représentant la majorité des bateaux exposés.

Cette année, beaucoup de sous-marins ont pu être admirés. L’AGASM était représentée par l’Amicale des Sous-Mariniers de Lyon et de Rhône-Alpes, et leur stand de sous-marins radiocommandés (dont hélas seulement quelques-uns ont navigué, le plan d’eau manquant de profondeur pour les plus gros), a été très visité et apprécié, les détails fournis par les modélistes (sous-mariniers eux-mêmes pour la plupart) étant bourrés d’anecdotes et de tranches de vie dont l’authenticité n’a pas échappé au public.

Autre nouveauté de 2017 : un deuxième plan d’eau de 100m2 (le principal fait plus du double) était équipé de ventilateurs et donc consacré à la voile, avec prise en main des voiliers offerte au jeune public. Le CMRB (le Clamart Modèle Réduits Bateaux) a particulièrement bien animé cette nouveauté, littéralement prise d’assaut par les enfants (et les papas qui croyaient pouvoir montrer à leur progéniture comment faire...). Merci en particulier à Thierry Josset !

Ce dernier, encore lui, a en outre permis d’éviter le gros problème rencontré lors du RAMMA précédent (la poussière soulevée par les visiteurs), en arrosant le sol : simple et efficace ! Avis donc à ceux qui auraient décliné l’invitation par crainte de se retrouver empoussiéré : revenez en 2019 !

Vue du stand NavimodélismeRC, qui présentait en outre, 3 "première" au RAMMA, dont la construction peut être trouvée sur le webzine : la pénichette, l’Emeraude, et un Airboat.

Autre vue du stand, toujours ouvert au public (nous y tenons !), permettant à celui-ci d’admirer au plus près les détails des modèles exposés.

La fameuse jeep amphibie radiocommandée Ford GPA de NavimodélismeRC fait le buzz, expo après expo : les enfants adorent y embarquer pour faire un petit tour gratuit dans les allées !

Grosse nouveauté cette année : un plan d"eau réservé à la voile, et dont le jeune public pouvait "prendre les commandes".

Marcel François nous présentait une nouveauté bien dans le thème : une vedette de patrouille au 1/20 (Indochine), comme d’habitude faite en bois, bordé sur membrure.

Une vue du stand de Marcel François, avec au premier plan son Triton au 1/50e (voir cet article)

Didier Fontaine posant fièrement (et il y a de quoi !) devant son PRE La Saône, un des nombreux navires qu’il présente sur son stand.

Beaucoup, beaucoup de détails sur le PRE La Saône de Didier Fontaine...

Le plus gros bateau exposé : le porte-avion Charles-de-Gaulle au 1/72e du Mini-Nautic Thiervillois, oeuvre conjointe de Jean-Luc Domange et Daniel Pierre. Trois ans de travail, mais le résultat est exceptionnel !

et lorsqu’il navigue, ce porte-avions, tout le monde rentre au port ! ...sauf la jeep Ford GPA qui ne craint rien, mais c’est facile avec une échelle 25 fois plus grande !...

L’Amicale des Sous-Mariniers de Lyon et de Rhône-Alpes a offert au public un immense stand rempli de sous-marins ! Des plans, des détails, des anecdotes, des tranches de vie... le public aime !

La navigation des sous-marins est toujours surprenante voire magique. Dommage que le plan d’eau ne faisait pas 20 cm de plus en profondeur, cela a empêché les plus gros modèles de s’y exprimer.

Stand des sous-mariniers toujours, mais autre bâtiment : le magnifique Richelieu au 1/125e de Jean-Pierre. Il faut énormément de temps pour admirer l’extrême finesse du travail !

Et pour ceux qui douteraient que le 1/125e exige des doigts de fée pour représenter les détails, cette vue devrait les convaincre !

Le pétrolier ravitailleur "Meuse" au 1/100e, oeuvre de André Freyermuth.

Frégate de défense aérienne "Forbin", réalisation au 1/72e en cours de Daniel Pierre.

La frégate lance engin "Suffren" au 1/100e de Jean-Claude Cauty. Ce modèle a été construit par son auteur entre 1968 et 1972... Si, si !

Une magnifique vitrine de 4 dragueurs, superbement réalisés, toujours parfaitement dans le thème de l’expo !

Le CMRB présentait plusieurs dioramas, dont cette imposante mise en scène du B.P.C. Mistral (de Gérard Perroquin) en plein ravitaillement par le pétrolier "La Meuse" (de Georges Giglio), tous deux au 1/100e.

Toujours le club CMRB, toujours des "petits gris" au 1/100e : les visiteurs ne savent plus où donner de la tête !

Une constante avec le CMRB : tous les bateaux sont systématiquement mis en scène, et pas simplement installés sur un ber.
Il faut reconnaitre que c’est indubitablement un plus dans la présentation, et le public aime ce concept !

Le club belge Asbl Model Nautic Club de Jumet avait fait le déplacement avec plusieurs modèles à vapeur, dont cette magnifique "La Gulnare" à roues à aubes, entièrement en bois, et équipée cette année d’un sifflet (fait main !) réalisée par Pascal Courtois. Sa docilité est incroyable, ses volutes de fumées et le sifflet ont enchanté le public grâce à ses très nombreuses navigations !

Autre réalisation du Model Nautic Club, cette fois de Marc Durieux : "Le Maros", canonnière Austro-Hongroise (datant de 1871), en bois mais recouverte de 204 tôles ! Un travail d’orfèvre, à n’en pas douter.

Une vue de détail du château du porte avions Charles-de-Gaulle au 1/72e. Qui devinerait qu’il y a 9 mètres de rambardes sur ce modèle réduit !?

S’il fallait encore une preuve que d’autres modèles que des navires militaires étaient bien présents, cette vue en est une !