Navimodélisme RC - Webzine de modélisme naval radiocommandé

dimanche 20 août 2017

Accueil Modèles et Kits Voile radiocommandée Vapeur Plans et documentation Radio et équipement moteur Techniques de construction Nouvelles et revue de presse Galerie de photos
  Contact  |  Liens  |  Agenda  |  Plan du site  |  Groupe de discussion  

Outillage

Ces petits accessoires et outils tellement pratiques...

Thierry Jorissens

Dans plusieurs articles, j’ai régulièrement fait mention d’outils ou d’accessoires qui facilitent la vie du modéliste. Certains catalogues ou sites Internet regorgent de ces petits gadgets qui, bien sûr, ne sont pas tous égaux dans leur fonctionnalité ou utilité, mais pourtant certains d’entre eux deviennent vite indispensables !
Je vais vous présenter quelques-uns de ces dispositifs dont j’ai apprécié l’utilisation, et les services rendus. On peut évidemment toujours s’en passer et quand même réaliser parfaitement le bricolage envisagé. Mais à l’image d’une scie à chantourner électrique par rapport à une scie manuelle, ils facilitent tellement le travail que l’investissement qu’ils demandent est vraiment vite rentabilisé.

Je ne vous parlerai donc pas de l’équipement de base d’un modéliste, Philippe HOF s’en est déjà chargé. Mais plutôt d’autres petits bidules qui peuvent vraiment vous aider. Il en existe tellement que je me suis limité à ceux que j’ai trouvé intéressants, et cet article ne reflète donc que mon expérience, qui peut être différente de celle d’un autre modéliste... Si vous avez trouvé la "perle rare" comme gadget, contactez-moi, je compléterai cet article avec votre découverte.


Je tiens aussi à préciser que ni moi, ni NavimodélismeRC, n’avons le moindre rapport ni un quelconque intérêt avec une marque ou un site Internet cité dans cet article, mais l’information ne serait pas complète sans mentionner ces renseignements.

La cloueuse Amati

Photo © Multirex
 

Quand il faut enfoncer des clous de 4 ou 6 mm (pour des micro-charnières par exemple), il est illusoire de penser les tenir entre le pouce et l’index, et utiliser un marteau... Cet outil permet par contre cette manœuvre : le clou est maintenu à l’endroit où il faut le "planter" à l’aide de brucelles, et la cloueuse est positionnée par-dessus, autour du clou ; les brucelles sont retirées, et il suffit d’appuyer fermement sur le dessus de l’outil : un piston télescopique appuie sur le clou et l’enfonce sans effort ni ripage...

1. Le clou est maintenu en place.
2. La cloueuse est positionnée sur le dessus du clou.
3. On appuie bien à fond sur la cloueuse.
4. Le clou est enfoncé !

La mini plieuse universelle de Multirex

Photo © Multirex

Un des bumpers arrière de l’Amphicar, réalisé en rond de 6 mm avec cet outil.
 

Pour les fils laiton ou alu, cet outil fait des merveilles : jusqu’à 6 mm de diamètre, ces ronds de métal sont pliés exactement au bon endroit, avec un rayon de courbure réglable (plusieurs gabarits sont fournis), et sans effort grâce au bras de levier d’une bonne longueur.
Un étau d’atelier est nécessaire pour fixer la plieuse, et un tour de main doit être acquis, mais le résultat est plus que convaincant.
Attention toutefois, comme beaucoup d’autres techniques adaptables aux fils ou aux ronds, celle-ci ne convient pas du tout pour les tubes, sauf les tout petits de 1 ou 1,5 mm. Au-delà, le tube s’écrase à la pliure : il faut utiliser d’autres "stratagèmes", déjà débattus par ailleurs dans ce webzine.
Cet outil permet aussi de courber des plats de métal (jusqu’à 3 ou 4 mm voire plus pour l’alu ou le laiton par exemple).

Exemple d’utilisation de la mini plieuse. En médaillon, une rambarde bourrée "d’angles", exécutée avec cet outil, dans un rond de laiton de 2 mm.

La pince à cintrer de Multirex

Cintrer les baguettes de bois peut se faire de plusieurs manières, souvent en mouillant ou en trempant les baguettes dans de l’eau ou de l’ammoniaque ou en utilisant de la vapeur.
Mais ces techniques ont toutes le même défaut : elles font ressortir les "poils" du bois et imposent de faire sécher le bois, naturellement ou artificiellement, mais cela prend systématiquement du temps.

Photo © Syracom Modélisme

Cet outil permet une technique à sec : en pinçant la baguette tous les 2- 3 mm, la très fine partie métallique de la pince écrase les fibres de bois en les pressant contre la très large partie en plastique et imprime un léger arc à la baguette. Plus il y a de "pincements", plus l’arc est prononcé, et plus les pincements sont rapprochées, plus le rayon de l’arc est petit. Essayer cet outil, c’est l’adopter !
Certes, la pince imprime une marque sur la face intérieure de la baguette mais cela ne gêne absolument pas puisque la partie extérieure est, elle, intacte.

Le support en carbone pour soudure de Hobby King

Photo © Hobby King
 

Que ce soit pour souder une fiche, sur un moteur ou un contrôleur, ou faire un adaptateur, ou souder deux fils, ou des LEDs, bref, dès qu’il faut souder (ou plutôt braser), cet outil est tellement pratique qu’une troisième main devient totalement inutile : en effet, il permet de maintenir les deux éléments à souder l’un contre l’autre sans utiliser les mains, ou de bloquer fermement la fiche ou la prise dans la bonne position pour y présenter le câble à y souder, jusqu’à du 4 mm2 ou de l’AWG 10 voire 8.
La matière (carbone) ne conduit pas la chaleur, et donc ne refroidit pas la soudure comme d’autres support du même genre en alu, ce qui permet de garantir un refroidissment lent, donc une bonne brasure et pas un "collage". Les multiples encoches et plots permettent de maintenir de nombreux types de fiches ou de raccords.

Une des utilisations de cet accessoire : soudure d’une épissure.

L’emporte-pièce (rond ou hexagonal) "Punch & Die" de Multirex

Aucun autre accessoire ou technique ne permet de réaliser aussi proprement des couronnes d’aussi petit diamètre !

Quand il faut obtenir des petits ronds de carton, ou de plastique, voire de laiton très fin, il n’y pas 10 façons de procéder : une perforatrice de bureau ne permet qu’un seul diamètre ; une pince emporte-pièce utilisée pour pratiquer les trous dans les ceintures de pantalon est adaptée pour créer les trous, mais n’est pas prévue pour récupérer les "petits ronds de matière" ; un cutter ou des ciseaux sont illusoires pour faire un rond parfait de moins de 10 mm...
Cet outil permet par contre de créer des ronds aussi petits que 1 mm, et jusqu’à 10 mm, parfaits, sans bavure, et... sans effort ! Il suffit de placer la matière entre la partie métallique et la partie en mica toutes deux perforées de différents trous calibrés, de placer le bon perforateur (une tige de métal dur calibrée, plusieurs diamètres sont fournis) dans le bon trou correspondant au diamètre à obtenir, et de le frapper avec un petit marteau : il traverse la matière et crée "le petit rond" désiré ! Magique !
Il existe en deux versions, l’une créant des ronds, l’autre des pièces hexagonales : idéal pour simuler des (faux) boulons parfaits à toutes les échelles !

Le serre-joint à 90° de Multirex

Les colles rapides comme les cyanos n’ont pas besoin de serre-joints, puisque le temps de les placer, la colle est sèche... Mais les colles lentes, permettant un ajustement précis des pièces, requièrent une immobilisation prolongées de ces dernières, et donc une façon quelconque d’y parvenir... Cet outil permet donc de coller deux pièces (plates) à 90° sans gabarit spécial, sans équerre, sans scotch ou élastique, et... sans erreur.
Il existe beaucoup de serre-joints spéciaux, et notamment une variante pour des assemblages en carré ou en rectangle, enserrant les 4 côtés en une fois. Malheureusement, le réglage de ce type de serre-joints est tellement lent, contraignant et imprécis (il faut mesurer chacun des 4 côtés du serre-joint et les régler individuellement par un boulon en plastique très peu maniable), que personnellement, je ne l’ai utilisé que très peu souvent, et actuellement il rouille dans un tiroir...

Il existe des dizaines de type de serre-joints. A gauche, le serre-joint 90°, utile... mais cher. Au-dessus, ce type de serre-joint universel "saute" assez vite lorsqu’on y touche à peine, et en bas, le serre-joint "4 faces" tellement imprécis et long à utiliser que je l’ai vite relégué au fond d’un tiroir...

Le double-face "pour vitre de GSM et tablette" NIUTOP (disponible sur Amazon)

Si je devais n’en retenir qu’un, ce serait celui-ci !
Ce double-face n’est pas un simple papier collant recto/verso : la matière est extrêmement fine d’une part (donc pas de surépaisseur à craindre), et la colle est... surprenante, d’autre part. D’abord parce qu’elle est puissante, et adhère à beaucoup de matériau (papier, carton, plastique, laiton, verre ou mica, peinture...), mais aussi parce qu’elle se révèle inaltérable à l’eau ! J’ai utilisé ce double-face pour remplacer des collages à de très nombreuses reprises dans plusieurs projets depuis que j’ai "découvert" ce produit. Y compris pour des parties immergées. Et jusqu’ici, je ne lui ai pas trouvé d’inconvénient !

Je ne sais plus me passer de ce double-face, dont la matière s’apparente à une espèce de polymère extrêmement fin, et très collant.

Il existe en noir et en blanc, et en largeur de 1 à 10 mm. Les rouleaux contiennent 50 m, on a de quoi voir venir...

L’outil coupe-baguettes Amati

Photo © Amati

Tellement simple à comprendre et à utiliser qu’on se demande pourquoi on ne pense pas à l’acheter avant de construire son premier bateau ! A moins de construire exclusivement en carton, il est impensable de ne pas avoir à couper à un moment ou l’autre, des baguettes de bois ou de plastique.
Oubliez le cutter imprécis et dangereux (on a souvent les doigts à 1 mm du trait de coupe), ou la scie à chantourner (lourd à pénible à mettre en œuvre pour couper un morceau de baguette de 4 mm) : cet outil permet des coupes franches, nettes, sûres, et parfaitement perpendiculaires à la baguette. Les coupes à 45° (ou 30, ou 60) sont suffisamment précises grâce aux repères, et la capacité maximale d’au moins 5 mm est suffisante.

Le plateau aimanté (disponible partout...)

Il n’est probablement pas utile de le présenter, tant il est commun, mais s’il en est encore qui n’y ont jamais pensé, c’est le moment de faire le pas : grâce à lui, vous ne perdrez plus les vis de fixation du palonnier des servos ou celles des cardans lors de leurs manipulations !

De dimension raisonnable (11,5 x 8,5 cm), ce type plateau aimanté est disponible partout, et évite de chercher les petites vis qu’on a perdues... puisqu’on ne les perd plus !
(Photo © Hobby King)



Cette présentation peut aussi être complétée par quelques astuces maintenant très connues, mais toujours utiles à rappeler :

La vitre de vieux scanner ou photocopieuse

Elle permet d’avoir un plan de travail parfaitement plan, et sur lequel la colle à bois n’adhère pas : vous comprendrez très vite l’intérêt de cette particularité !

Les poids en plomb

N’importe quel couvreur vous fournira gratuitement des (dizaines de) kilos de déchets de vieilles feuilles de plomb utilisées sur les toitures : une simple cisaille permet de les découper en petits morceaux, que vous fondez dans une casserole en aluminium sur un simple "camping-gaz" (à faire à l’extérieur exclusivement : les vapeurs de plomb sont très toxiques !!!). Les très nombreuses impuretés et saletés "flottent" au-dessus du plomb en fusion ; retirez-les avec une louche, et couler le plomb en fusion dans de petits moules calibrés, simplement créés en clouant des morceaux de (baguettes de) bois sur un déchet d’Unalit, de bois, voire de MDF. On peut réutiliser un moule 2 ou 3 fois.

Les moules sont calculés pour obtenir des poids "calibrés" (à peu près...) selon la densité du plomb : en gros, quand on sait qu’un dm³ de plomb pèse 11,3 Kg on peut calculer des dimensions de moules pour obtenir des poids de 200, 300, 500g etc... Révisez votre cours de math (collège, 3e...) !

Les lingots obtenus servent autant de presse pour les collages, que de lest amovible pour les bateaux. Et c’est gratuit !

La graisse à souder

Badigeonnez le fil à souder ou la cosse, ou la fiche, ou tout ce que vous devez souder à l’étain avec un fer traditionnel, de "graisse à souder" (solder paste) : au contact du fer, ce produit décape instantanément la matière, et la soudure coule immédiatement en une belle et mince couche bien brillante, le secret d’une bonne brasure à l’étain.

La boite de transport en polystyrène extrudé

Présentée en détail par Albertus dans cet article, je n’ajouterai que ceci : l’essayer, c’est l’adopter !
Quel plaisir d’avoir une boite de transport de près d’un demi mètre cube vraiment très résistante, et pesant... 2035 grammes...

Le rêve : une énorme boite de transport de plus d’un mètre de large, solide, pour à peine 2 Kg !


Petite mise en pratique :

4,7 Kg de lest amovible pour la pénichette "Pitchounette", en 9 poids "calibrés", assortis d’un plan d’installation.

Le lest amovible, ici installé dans la pénichette.

La boite de transport de 2 Kg vue ci-dessus, qui contient et protège la pénichette.